Déclaration de M. Lionel Jospin, Premier ministre, après les attentats contre le World Trade Center à New York et contre le Pentagone à Washington, Paris le 11 septembre 2001.

Intervenant(s) :

Circonstance : Attentats contre les tours du World Trade Center à New York et contre le Pentagone à Washington le 11 septembre 2001

Prononcé le

Texte intégral

- "C'est évidemment une nouvelle tragique qui nous a tous frappés cet après-midi. Ce sont des attentats d'une violence et d'une gravité sans précédent qui ont frappé le World-Trade Center, le Pentagone, sans doute d'autres lieux dans des grandes villes américaines. Mon premier sentiment est celui d'une émotion profonde, de l'horreur aussi pour cette violence inacceptable, des pensées d'émotion à l'égard des victimes, de leurs familles, et l'expression d'une solidarité profonde à l'égard du peuple américain. Nous devons tirer quelques conséquences de cette situation même si elle frappe de l'autre côté de l'Atlantique. J'ai donc demandé au ministre des Affaires étrangères, au ministre de la Défense, au ministre de l'Intérieur, au ministre des Transports de me rejoindre à Matignon. Ils viennent d'arriver dans mon bureau, et nous allons examiner, de façon calme et rigoureuse, ce que nous avons à faire."
Est-ce que la France est en état d'alerte ?
- "J'ai eu une conversation avec le président de la République qui, vous le savez, revient de Bretagne, où il était. Et nous aurons sans doute à examiner ensemble, là aussi, des décisions qui doivent être les nôtres."
Des précautions sont-elles prises au niveau national ?
- "Les ministres sont là, justement, pour prendre les précautions qui apparaissent nécessaires dans une situation qui frappe les Etats-Unis, mais qui doit rendre chacun attentif."
(Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 12 septembre 2001)