Interview de Mme Élisabeth Borne, ministre de la transition écologique et solidaire, à Europe 1 le 20 décembre 2019, sur la grève de la RATP et de la SNCF contre la réforme des retraites et le plan Transport pour les fêtes de fin d'année.

Texte intégral

SONIA MABROUK
J'ai en tête, Matthieu, un autre titre et une autre chanson d'Alain DELON et de Dalida : "paroles, paroles". Non, non, non ! Il y a eu beaucoup de paroles hier mais pas seulement lors de la réunion entre le Premier ministre et les syndicats. Il y a eu des avancées aussi mais pour quelles conséquences concrètes ? Bonjour Elisabeth BORNE.

ELISABETH BORNE
Bonjour. (…)

MATTHIEU BELLIARD
Votre invitée, Sonia MABROUK, c'est Elisabeth BORNE, ministre de la Transition écologique et solidaire.

SONIA MABROUK
Oui, qui a aussi les transports dans son portefeuille. Invitée en ce jour de grands départs de vacances et au lendemain des réunions entre tous les syndicats et le Premier ministre, où l'on a observé une rupture du front syndical dans les transports. L'UNSA appelle à suspendre le mouvement pendant les fêtes mais pour quelles conséquences concrètes pour ceux qui nous écoutent, Elisabeth BORNE, pour les voyageurs notamment ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, je pense que c'est très important et moi je voudrais saluer la très grande responsabilité de l'UNSA qui a effectivement appelé à une pause en notant qu'il y avait des avancées notables. Et donc ça montre, vous voyez, que quand le gouvernement dit qu'il est évidemment déterminé à mener à bien cette réforme des retraites parce qu'elle donne plus de solidarité et de justice pour les Français, on a aussi dit qu'on était prêt à discuter et là, on le voit concrètement, des avancées soulignées par l'UNSA, ce qui va effectivement permettre d'améliorer le trafic. Il n'y a pas de doutes.

SONIA MABROUK
Ah bon ? On va parler du trafic mais est-ce que ce ne sont pas surtout des avancées au sein des deux entreprises publiques, SNCF et RATP notamment, où on dit que les discussions, le climat social tend à s'apaiser. On est prudent quand même.

ELISABETH BORNE
Il y a des discussions aux deux niveaux, vous savez, au sein des entreprises et c'est ce que le gouvernement avait demandé aux dirigeants des deux entreprises SNCF et RATP. Et puis il y a des discussions que menait le Premier ministre hier et qui ont aussi permis, et je pense que moi j'ai entendu sans doute comme vous les responsables syndicaux à la sortie, qui ont aussi noté qu'il y avait des champs de discussion, des avancées qui ont été faites déjà sur des sujets comme la pénibilité, et puis tout un programme de travail qui va se poursuivre au mois de janvier. Et je pense que c'est important de noter que l'UNSA Ferroviaire a souligné qu'il Y avait bien des avancées. Moi je sais que la CFDT de la SNCF doit aussi prendre une décision ce matin. Je souhaite évidemment qu'ils puissent aussi…

SONIA MABROUK
Vous devez avoir déjà une idée sur la prise de position de la CFDT qui devrait aller dans le même sens que celle de l'UNSA, en tous les cas à la SNCF ?

ELISABETH BORNE
Je ne vais évidemment pas me prononcer à leur place. Je souhaite évidemment qu'ils puissent aussi appeler à une pause, ce qui montrerait que le plus important pour eux c'est de permettre aux Français de se déplacer, de rejoindre leur famille et de profiter des fêtes de fin d'année.

SONIA MABROUK
Oui, mais est-ce que ce ne sont pas des postures politiques pour le moment ? La CGT Cheminots, vous l'avez entendu, appelle à la poursuite du mouvement donc le 9 janvier et pour l'instant, et à voir les prévisions de trafic, rien ne change pour les usagers, les voyageurs.

ELISABETH BORNE
Je vous confirme qu'il y a des syndicats qui sont dans la discussion, qui veulent améliorer le projet et c'est bien ce à quoi le gouvernement est prêt. Et puis il y a des syndicats qui rejettent par principe la réforme, qui ne veulent pas discuter : c'est le cas de la CGT.

SONIA MABROUK
Au début de cette interview, vous nous avez dit Elisabeth BORNE, "il peut y avoir, parce qu'il y a rupture de ce front syndical, une amélioration sur le front des transports." Parlons-en. Hier la SNCF a donc présenté son plan transport pour le 23 et le 24 décembre. En moyenne 41% des TGV et des Intercités garantis, c'est très perturbé.

ELISABETH BORNE
Alors on avait demandé à la SNCF de mettre le paquet sur ce week-end, le week-end de grands départs.

SONIA MABROUK
Vous appelez ça le paquet ?

ELISABETH BORNE
Je parle de ce week-end effectivement où ils s'efforcent de proposer des solutions, pas idéales, à tous les voyageurs qui avaient pris un billet. Effectivement après, ça ne peut pas être le même niveau quand on a 50 à 60% des TGV qui circulent. Ce n'est pas comme si 100% circulaient. Moi j'espère qu'avec la position qui a été prise par l'UNSA Ferroviaire et j'espère la CFDT…

SONIA MABROUK
Il peut vraiment y avoir une détente en fonction de cette prise de position de l'UNSA ?

ELISABETH BORNE
Mais c'est clair que l'UNSA… Vous savez, c'est le deuxième syndicat de la SNCF donc ça compte. Et la CFDT de la SNCF a aussi un rôle très important, donc voilà, j'espère que ça sera…

SONIA MABROUK
Donc si tout à l'heure la CFDT de la SNCF qui aurait rejoint l'UNSA justement à la SNCF affirme qu'il y a une pause pendant Noël, ça veut dire qu'on peut avoir des garanties plus importantes dans les transports et la présence de trains.

ELISABETH BORNE
Bien sûr, bien sûr. Il peut y avoir des syndicats qui resteront jusqu'au bout contre la réforme et il y a des syndicats qui prennent en compte les avancées qui sont importantes pour les agents et, dans ce cas-là évidemment, ça permet d'améliorer le service aux Français.

SONIA MABROUK
Elisabeth BORNE, c'est vous, c'est de manière générale le Premier ministre et le gouvernement, qui a demandé ce plan transport à la SNCF. Tout à l'heure vont être annoncées aussi les prévisions pour le 24 et le 25 décembre. Il faut quand même attendre à chaque fois avec une tension nerveuse et une grande anxiété pour les familles, à chaque fois pour avoir jour après jour la garantie ou pas de trains.

ELISABETH BORNE
Moi je suis bien consciente que tous les Français souhaiteraient pouvoir partir en toute sérénité en vacances. La SNCF, elle est très mobilisée pour faire le maximum et puis informer au plus tôt les voyageurs. Et plus effectivement les syndicats ou les agents reprendront le travail, mieux ça se passera pour les Français. Et je pense que c'est très important de permettre à chacun de rejoindre sa famille pour les fêtes de fin d'année.

SONIA MABROUK
Avec une ouverture. On va attendre la décision de la CFDT. On verra tout à l'heure mais vous semblez plutôt optimiste. Alors il y a la situation, il faut en parler Elisabeth BORNE, de milliers d'enfants privés de train et pour beaucoup d'entre eux empêchés de rejoindre l'un de leurs parents. Ce sont souvent des enfants de couples divorcés. La SNCF a dû supprimer ce que l'on appelle la prise en charge de ces mineurs jusqu'à Noël. Il n'y a rien à faire pour répondre à la détresse de ces familles ? Vraiment rien ?

ELISABETH BORNE
Je suis très consciente qu'il peut y avoir des familles effectivement qui sont séparées où les enfants doivent voyager seuls et donc accompagnés.

SONIA MABROUK
Six mille enfants.

ELISABETH BORNE
Franchement je pense que ça n'aurait pas été raisonnable avec les perturbations qu'on va avoir ce week-end d'avoir des enfants qui voyagent seuls dans ces conditions.

SONIA MABROUK
Pour des questions de sécurité, vous dites que c'est impossible.

ELISABETH BORNE
Pour des questions de sécurité, je pense qu'il n'y avait pas d'autre choix…

SONIA MABROUK
Mais pour des questions j'allais dire humaines, comment faire ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, malheureusement la sécurité ça passe avant le reste.

SONIA MABROUK
Est-ce que vous demandez, Elisabeth BORNE, d'engager bientôt une procédure de remboursement intégral de l'ensemble des usagers, des voyageurs SNCF et RATP depuis le début de la grève ?

ELISABETH BORNE
Alors bien sûr, il y aura des remboursements. Ç'a été dit déjà par la RATP il y a quelques jours.

SONIA MABROUK
Et quelles modalités ? Remboursement pour tous, intégral ?

ELISABETH BORNE
Là, c'est des discussions qui doivent avoir lieu entre la présidente de la région Ile-de-France et les deux entreprises.

SONIA MABROUK
Elles ont commencé ces discussions ?

ELISABETH BORNE
Je ne peux pas vous dire. Moi je ne suis pas la présidente de la région Ile-de-France. En tout cas ces discussions, elles doivent avoir lieu…

SONIA MABROUK
Oui, mais vous êtes l'Etat. Tutelle politique et économique de ces opérateurs.

ELISABETH BORNE
On sera évidemment attentif à ce qu'il y ait un remboursement de tous les usagers qui ont été pénalisés mais il faut que les discussions se tiennent entre Valérie PECRESSE et les deux entreprises.

SONIA MABROUK
C'est important bien sûr que ça se passe de manière contractuelle entre la présidente de MOBILITES ILE-DE-FRANCE et ces deux entreprises mais c'est important vous dites, vous, parce que vous représentez aussi et vous êtes la tutelle de ces deux entreprises publiques, qu'il faut qu'il y ait des remboursements. Et que s'il y a des modalités, les voyageurs ne vont pas comprendre pourquoi.

ELISABETH BORNE
Enfin moi, je dis bien sûr qu'il doit y avoir des remboursements. Quand les gens n'ont pas eu tout le service qu'ils ont l'habitude d'avoir voire n'ont eu aucun service, il faudra des déremboursements qui tiennent compte de ces situations.

SONIA MABROUK
Mais vous savez, Madame la Ministre, que les deux entreprises publiques vont faire valoir la mise en place d'un service minimum qui pourrait leur permettre contractuellement de ne rembourser que partiellement.

ELISABETH BORNE
Je ne pense pas que les deux entreprises publiques soient dans l'idée de renier les remboursements. La discussion maintenant, ce n'est pas moi qui vais la mener. Elle se mène entre Valérie PECRESSE et les deux entreprises.

SONIA MABROUK
Mais un remboursement pour tous, vu l'état de des voyageurs…

ELISABETH BORNE
Je ne vais pas vous répondre ce matin. Je ne suis pas la présidente de la région Ile-de-France.

SONIA MABROUK
Je ne pose pas la question à la ministre, je pose la question d'ailleurs la citoyenne. On peut tous comprendre que ce serait normal de rembourser.

ELISABETH BORNE
En tant que citoyenne et en tant que gouvernement, je peux vous dire que bien sûr il doit y avoir des remboursements. Les modalités seront décidées entre Valérie PECRESSE et les entreprises.

SONIA MABROUK
Vous prenez quelques jours de repos, Elisabeth BORNE ? Est-ce que vous avez un train prévu pour votre destination et est-ce qu'il est garanti ?

ELISABETH BORNE
Je n'ai pas prévu de prendre le train à court terme

SONIA MABROUK
Tant mieux, il n'y aura pas de galère d'échange pour vous. Parce que là aussi, on n'en a pas parlé, les échanges de billets sont terribles. Est-ce que vous dites aujourd'hui, en ce vendredi de grands départs, d'abord bonnes fêtes, j'imagine, aux auditeurs, aux voyageurs, mais aussi bonne chance. On imagine, on est vraiment avec eux, on les accompagne depuis le début de cette grève dans les gares. Aujourd'hui, ça va être compliqué.

ELISABETH BORNE
Je n'ai pas de doute que ça va être compliqué pour une partie des voyageurs. Je peux vous dire que la SNCF fait vraiment le maximum. On parle des agents qui sont en grève : je voudrais rendre hommage à tous ceux qui se sont mobilisés ces derniers jours et qui seront mobilisés ce week-end pour permettre que ces départs se passent au mieux, compte tenu des circonstances.

SONIA MABROUK
Avec peut-être une éclaircie tout à l'heure si la CFDT appelle aussi au niveau de la SNCF à rejoindre l'UNSA ?

ELISABETH BORNE
C'est la CFDT qui donnera sa position. Je ne vais pas non plus préjuger de la position de la CFDT.

SONIA MABROUK
Merci Elisabeth BORNE d'avoir été notre invitée ce matin sur Europe 1. Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 2 janvier 2020