Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur le Brexit, à l'Assemblée nationale le 11 février 2020.

Prononcé le

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale

Thématique(s) :

Texte intégral

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Monsieur le Député,


Nous avons pris note des récentes annonces du gouvernement britannique sur ses objectifs de négociation et sur les mesures qu'il compte prendre pour relancer l'attractivité de son territoire, comme son intention, vous venez de le dire, de créer une dizaine de ports francs d'ici à la fin de l'année 2021.

Etant donné que les ports francs permettent de différer la perception des droits de douanes et autres taxes, au moment où les marchandises sont mises sur le marché, nous examinerons cette annonce au regard des enjeux indispensables de transparence fiscale, et nous le ferons en lien avec la Commission européenne qui va être chargée de son mandat de négociation le 25 février prochain, sous la responsabilité de M. Michel Barnier, dans la cohérence de l'Union des 27.

Mais je voudrais vous dire ici, à nouveau, que nous serons d'une vigilance absolue pour empêcher toutes formes de concurrence déloyale quel que soit le domaine, et que s'il faut prendre du temps pour négocier il faudra le prendre. Nous n'avons pas l'intention de voir apparaître près de nos côtes, près des côtes des Hauts-de-France, un paradis fiscal, environnemental et commercial susceptible de concurrencer anormalement les produits européens sur nos propres marchés.

Je veux vous dire aussi, Monsieur le Député, que l'accès au marché intérieur n'est pas mécanique, c'est un levier de négociations, et nous abordons cette négociation dans la clarté, la fermeté, mais jamais en position ni de faiblesse, ni de demandeur.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 12 février 2020

mots-clés :