Déclaration de M. Jean Castex, Premier ministre, en réponse à une question sur la fermeture des remontées mécaniques en raison du Covid-19 et les mesures d'accompagnement pour les stations de sports d'hiver, à l'Assemblée nationale le 26 janvier 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au Gouvernement posée par Mme Virginie Duby-Muller, députée (Les Républicains) de Haute-Savoie, à l'Assemblée nationale le 26 janvier 2021

Prononcé le

Texte intégral

Vous avez parfaitement raison, Madame la Députée : la décision que nous avons dû prendre est extrêmement douloureuse et grave dans les conséquences qu'elle emporte. Je tiens à l'affirmer devant la représentation nationale : cette décision était nécessaire.

Nous avons déjà débattu des stations de sport d'hiver avant les vacances de Noël, quand nous avons dû prendre une mesure comparable. Nous avons dû prolonger cette mesure pour des raisons strictement sanitaires. Je vous invite à considérer les décisions qu'ont prises les autres pays en la matière durant les congés de fin d'année.

Certes, toutes n'ont pas été exactement identiques, notamment en Suisse... mais je tiens à le réaffirmer devant la représentation nationale : quand des préoccupations sanitaires sont en balance avec des préoccupations économiques - certes tout à fait légitimes -, je privilégierai toujours la santé de nos concitoyens. L'enjeu - vous le savez, au-delà des polémiques, et en dépit des comparaisons injustifiées que vous faites - est, là où c'est possible, d'éviter au maximum les rassemblements de population.

Vous avez fort légitimement soulevé la question des indemnisations et des mesures d'accompagnement.

La position du Gouvernement a toujours été constante : s'il donne, je le répète, la priorité aux considérations sanitaires, il prend également en compte toutes les conséquences économiques, sociales et psychologiques des décisions qu'il envisage.

Chère Madame la Députée, permettez-moi de vous rappeler que j'étais moi-même un élu de la montagne. Dans mon canton des Pyrénées, il y a Les Angles et Font-Romeu. Je connais donc parfaitement la situation des stations et les conséquences de la fermeture des remontées mécaniques. Ce canton est également frontalier de l'Espagne. Mesdames, Messieurs les Députés, faites un petit tour dans les pays qui nous entourent pour connaître les mesures d'accompagnement prises en faveur des secteurs concernés : vous constaterez avec moi que nous n'avons aucune raison de nous flageller. Au contraire, et je m'en réjouis, les collectivités territoriales s'associent avec l'Etat pour les soutenir, ce dernier mettant - et c'est bien naturel - le maximum d'argent.

Comme je l'ai indiqué au président Patrick Mignola, je recevrai la semaine prochaine les élus et les professionnels pour amplifier, au besoin, les mesures d'accompagnement, comme nous l'avons déjà fait, car nous sommes toujours à leur écoute, et - je vous rejoins parfaitement sur ce point - pour préparer l'avenir.

En effet, au-delà du drame que représente actuellement la fermeture des stations de ski, il conviendra d'élaborer un plan plus durable pour préparer l'avenir de la montagne, car la montagne a un avenir.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 29 janvier 2021