Interview de Mme Roselyne Bachelot, ministre de la culture, à France 2 le 10 février 2021, sur un protocole de réouverture des musées et des festivals d'été.

Texte intégral

CAROLINE ROUX
Bonjour Roselyne BACHELOT.

ROSELYNE BACHELOT
Bonjour.

LAURENT BIGNOLAS
Bonjour.

CAROLINE ROUX
Elle travaille sur un protocole de réouverture des musées, alors que depuis plus de 100 jours, la culture est toujours confinée.

-Jingle -

CAROLINE ROUX
Bonjour Roselyne BACHELOT.

ROSELYNE BACHELOT
Bonjour.

CAROLINE ROUX
Vous avez rencontré lundi les responsables des musées, vous travaillez sur la réouverture des musées. Question très simple : quand, comment, et à quelles conditions ?

ROSELYNE BACHELOT
Il est encore trop tôt pour fixer une date précise, mais nous sommes évidemment dans un processus de réouverture des musées, c'est pour ça que je travaille avec les responsables à ce modèle résiliant. J'ai donc rencontré... rencontré, travaillé avec des responsables, mais les grands musées nationaux, les petits musées parisiens ou en régions, ils ont des statuts d'ailleurs juridiques extrêmement différents, des conditions de réouverture très différents. Il y a des musées qui peuvent rouvrir en 3 jours, il y a des musées qui demandent 2 semaines pour rouvrir.

CAROLINE ROUX
Qu'est-ce qu'il manque pour qu'ils puissent rouvrir maintenant ? Qu'est-ce qu'ils vous disent tous ? Ils vous disent : « Il y a des magasins qui sont ouverts », en gros, je caricature, pourquoi est-ce que les musées, quand il y a de la place, sont encore fermés ?

ROSELYNE BACHELOT
C'est-à-dire que ça rajoute des flux de population dans une situation sanitaire encore extrêmement tendue. Et vous avez vu les chiffres, les chiffres sont, même si on observe depuis une journée ou deux une légère décrue, elle n'est pas encore stabilisée, la pression est maximum sur les services hospitaliers. Vous passiez d'ailleurs un sujet sur l'hôpital de Pau et les médecins disaient à quel point la pression était forte, et il y avait vraiment un très grand épuisement des équipes, donc il ne faut pas rajouter des choses…

CAROLINE ROUX
Donc c'est trop tôt.

ROSELYNE BACHELOT
… rajouter des flux de population. Mais moi ce que j'ai vraiment constaté, c'est d'abord la volonté de réouverture, que je partage, mais enfin écoutez…

CAROLINE ROUX
Vous n'aviez pas de doute là-dessus.

ROSELYNE BACHELOT
… évidemment on veut rouvrir les musées en toute sécurité, à la fois pour les agents qui y travaillent, pour les personnes qui visitent, et puis pour l'ensemble de l'écosystème autour des musées. Ils sont disposés à avoir des jauges dures, 10 m² par personne accueillie, d'avoir des horaires d'ouverture très resserrés, pour que les flux de population ne se rajoutent pas aux flux de population des gens qui travaillent, un référent Covid qui explique les mesures sanitaires à respecter, qui applique, qui explique l'application TousAntiCovid. Donc ils sont très très déterminés.

CAROLINE ROUX
Et donc vous attendez, vous avez utilisé ce mot-là, « la décrue ». Ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu'il va peut-être falloir attendre des mois, des semaines, des jours…

ROSELYNE BACHELOT
Ah non non non, moi…

CAROLINE ROUX
Ça se compte en quoi alors ?

ROSELYNE BACHELOT
Non non non non, moi je me place dans des situations, dans une perspective, de quelques jours, sans doute pas, parce qu'on va attendre les chiffres qui se stabilisent…

CAROLINE ROUX
Parce que, eux, ils attendent les vacances scolaires. Ils disent, « ce serait une bonne opportunité d'ouvrir pendant les vacances scolaires », parce que justement les gens ont besoin aussi de penser à autre chose.

ROSELYNE BACHELOT
Oui, bien sûr, je comprends. Ce n'est pas lié aux vacances, c'est lié à une décrue continue et stable des chiffres. Ne me demandez pas de chiffres, il ne s'agit pas d'atteindre un palier à 5 000, comme cela avait été le schéma retenu au mois de décembre.

CAROLINE ROUX
Mais alors ce sera quoi, ce sera au doigt mouillé ?

ROSELYNE BACHELOT
Non, c'est un flux, un flux de croissance.

CAROLINE ROUX
Bon. Louis ALIOT a ouvert 4 musées, le préfet a saisi la justice, sur votre instruction d'ailleurs, ou pas ? C'est votre instruction ?

ROSELYNE BACHELOT
Oui oui, bien sûr, c'est l'instruction du gouvernement.

CAROLINE ROUX
Donc vous espérez une décision administrative pour fermer des musées. C'est compliqué quand on est ministre de la Justice quand même. De la Justice… de la Culture.

ROSELYNE BACHELOT
Eric DUPOND-MORETTI sera ravi.

CAROLINE ROUX
On vient de l'avoir à l'instant.

ROSELYNE BACHELOT
Pardon. Non, c'est le respect des principes républicains. Il est quand même tout à fait curieux que le maire de Perpignan fustige ceux qui ne respectent pas les lois de la République, et il ne s'applique pas ce principe républicain à lui-même. Non, ça ne convient pas.

CAROLINE ROUX
Le Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence, que vous connaissez, que vous aimez beaucoup, propose le 30 juin « Les noces de Figaro » en ouverture. Vous y serez peut-être, en tout cas tout ça pour dire que les réservations sont ouvertes. Est-ce que vous dites aujourd'hui que l'hypothèse d'un été sans festivals est exclue ?

ROSELYNE BACHELOT
L'hypothèse d'un été sans festivals est exclue. Maintenant, il y a Festival et festival.

CAROLINE ROUX
Alors, allons-y.

ROSELYNE BACHELOT
Un festival comme Aix-en-Provence, c'est une salle de spectacle. On peut imaginer, vous connaissez la salle de l'Archevêché, c'est une salle de spectacle classique. Ce qui pose des difficultés, ce sont les festivals debout, parce que là, évidemment les normes sanitaires ne sont pas de la même nature. Vous avez d'abord une masse de population de plusieurs milliers de personnes, et vous avez des conditions sanitaires plus difficiles à mettre en oeuvre. C'est pour ça que je travaille avec ces organisateurs de festivals, que ce soit les Eurockéennes, les Vieilles Charrues ou le Hellfest, pour voir les conditions dans lesquelles on pourra assurer la sécurité des personnes, des spectateurs et des gens qui sont sur la scène et autour de la scène. Là aussi c'est un travail très conséquent, avec des tests à l'entrée, comment les mettre en oeuvre, comment les financer. En tout cas je travaille également à un fonds d'accompagnement de ces festivals, pour que quoi qu'il arrive le modèle économique des festivals soit protégé.

CAROLINE ROUX
Puisqu'on parle des aides, certains directeurs de théâtre préfèrent imaginer ne pas rouvrir cet été et se projettent déjà vers une reprise en septembre. Est-ce que vous leur dites là aussi que le quoi qu'il en coûte les accompagnera quel que soit leur décision ?

ROSELYNE BACHELOT
Alors, les organisations que nous mettons en oeuvre, se situent dans une perspective où on oblige les salles à être fermée. Ensuite ce sera leur décision. Moi ce que j'incite les organisateurs de festivals, de spectacles, de théâtre, de toutes sortes, de concerts, c'est à se mettre dans la perspective qu'on va rouvrir, il faut rouvrir, il faut proposer de la musique, du théâtre, du spectacle, du cabaret, du cirque. Evidemment il faut le proposer. A partir du moment où vous le décidez, alors que la fermeture est levée, que vous décidez de ne pas ouvrir votre salle, c'est votre responsabilité.

CAROLINE ROUX
Alors, Israël et la Grèce ont conclu lundi un accord touristique, alors je ne me trompe pas non plus d'affectation, ne vous inquiétez pas…

ROSELYNE BACHELOT
Je ne suis pas ministre du Tourisme.

CAROLINE ROUX
… permettant à leurs citoyens vaccinés, de voyager sans restriction. Sur votre table, parmi les options que vous avez pour rouvrir dans de bonnes conditions, est-ce que l'idée d'un passeport vaccinal est une option non que vous gardez dans un coin de votre tête, pour plus tard ?

ROSELYNE BACHELOT
C'est une option, je dois dire que l'amoureuse de liberté que je suis a du mal à imaginer qu'on conditionnerait l'entrée dans les lieux culturels à un passeport, à un passeport vaccinal.

CAROLINE ROUX
Mais les temps ont changé.

ROSELYNE BACHELOT
Je reste…

CAROLINE ROUX
D'accord.

ROSELYNE BACHELOT
… à ce point de notre débat, opposée au passeport vaccinal, qui me paraît une atteinte aux libertés. Et je le dis franchement, si nous devions en arriver là, ce sera un recul.

CAROLINE ROUX
Des tribunes dans la Presse, des interpellations directes d'artistes, le monde de la culture a-t-il atteint la limite de ce qu'il peut encaisser, Roselyne BACHELOT ?

ROSELYNE BACHELOT
Vous parlez du monde de la culture à travers ce que nous vivons ?

CAROLINE ROUX
Oui.

ROSELYNE BACHELOT
Mais le monde de la culture à une résilience extraordinaire, et nous bâtissons cette résilience avec lui. Enfin, nous bâtissons cette résilience en étant dans un pays qui aide le monde de la culture de façon inédite. Aucun pays dans le monde n'aide autant ce monde de la culture, à enjamber ce drame, cette tragédie qu'est la…

CAROLINE ROUX
Ça reste un sujet prioritaire pour le gouvernement, c'est peut-être ça qu'ils ont envie d'entendre. Oui ?

ROSELYNE BACHELOT
Mais bien sûr que c'est un sujet prioritaire pour le gouvernement, puisque je le répète, aucun pays ne fait autant pour la culture que la France.

CAROLINE ROUX
Alors, vous avez annoncé un plan de lutte contre les violences et harcèlement sexistes et sexuels dans 3 secteurs du spectacle vivant, les arts visuels et le livre. Comment faire évoluer les mentalités ? Ce n'est pas juste en plan et des bonnes intentions ?

ROSELYNE BACHELOT
Ah non mais je suis une militante de la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, je l'ai rendue opérationnelle tout au long de ma vie à travers toutes les fonctions que j'ai remplie, et à nouveau dans la culture. La culture, il y a ces 29 000 fonctionnaires, ces 37 000 étudiants dans les écoles qui relèvent de ma responsabilité. Je veux informer, je veux former, je veux accompagner tous les signalements, je veux conditionner les aides que nous apportons dans les secteurs du cinéma, dans les secteurs de la musique, du livre, demain dans le spectacle vivant, conditionner les aides extrêmement importantes que nous apportons, au fait qu'il y a des engagements qui sont pris dans chacun de ces secteurs sur la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

CAROLINE ROUX
Il a eu raison de démissionner Frédéric MION, le patron de Sciences-Po ?

ROSELYNE BACHELOT
A partir du moment où il avait reconnu lui-même qu'il avait menti, il en a tiré toutes les conclusions.

CAROLINE ROUX
Dernière question très rapide. BERTELSMANN envisage de vendre sa participation dans le groupe M6 RTL, est-ce qu'il faut que des groupes français se positionnent, l'ont-ils déjà fait ou vous l'ont-ils déjà proposé ?

ROSELYNE BACHELOT
Non. Cette information, si elle est vérifiée que des groupes français se positionnent, nous le verrons bien…

CAROLINE ROUX
Vous seriez ravie ?

ROSELYNE BACHELOT
Je serais ravie, bien sûr !

CAROLINE ROUX
Et vous appelez de vos voeux la création de la consolidation de grands groupes français dans les médias ?

ROSELYNE BACHELOT
Mais c'est absolument indispensable…

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup.

ROSELYNE BACHELOT
Et de protéger la propriété intellectuelle des créateurs, c'est très important.

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup Roselyne BACHELOT.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 15 février 2021