Interview de Mme Elisabeth Moreno, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, à France Inter le 8 avril 2021, sur le lancement d'une consultation citoyenne nationale sur les sources de discriminations qui existent en France.

Texte intégral

MATHILDE MUNOS
Comment lutter contre les discriminations, le gouvernement veut connaître l'avis des Français sur cette question et leurs idées pour faire reculer les inégalités, toutes les inégalités, c'est pour cela qu'il lance aujourd'hui une grande consultation citoyenne via un site Internet. Bonjour Elisabeth MORENO.

ELISABETH MORENO
Bonjour Mathilde MUNOS. Bonjour à toutes et à tous.

MATHILDE MUNOS
Vous êtes la ministre déléguée chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Egalité des chances, ce dossier mobilise plusieurs ministères, mais c'est vous qui le pilotez, dites-moi vous avez vraiment besoin d'un tel outil pour connaître les principales sources de discriminations qui existent en France et pour y apporter des solutions ?

ELISABETH MORENO
Eh bien écoutez, je pense que nous traversons aujourd'hui une période très tourmentée où les tensions sont exacerbées et forcément à chaque crise il y a des discriminations qui sont croissantes et dans ce contexte, je pense que les défis humains auxquels nous sommes confrontés exigent que nous redonnions ses lettres de noblesse au concept de justice sociale et par conséquent tous les outils sont les bienvenus. Et surtout il est important que nous ayons un dialogue ouvert, apaisé, serein sur des questions qui peuvent toucher tous nos concitoyens et concitoyennes. Donc oui cet outil est utile, c'est la première fois que nous lançons une consultation citoyenne nationale sur la question des discriminations et je me réjouis que toute la France puisse s'en saisir.

MATHILDE MUNOS
Mais il y a des associations qui vous alertent là-dessus et depuis bien longtemps sur les discriminations liées au genre, à la couleur de peau, je pense aussi aux associations sur l'handicap, les associations LGBT, il vous manque vraiment des choses, vous pensez que vous allez découvrir des choses ?

ELISABETH MORENO
alors vous avez tout à fait raison, les associations d'ailleurs font un travail remarquable sur ce sujet et nous travaillons au quotidien avec elles, notamment la LICRA, SOS Racisme mais aussi beaucoup d'autres et après le lancement justement parce que nous savons que ces discriminations existent, après le lancement de notre plateforme de lutte contre les discriminations que nous avions confié aux au défenseurs des droits au mois de février dernier, eh bien cette consultation que nous lançons, c'est le deuxième pilier de la stratégie du président de la République pour lutter contre ces discriminations. Et vous l'avez dit tout à l'heure c'est une consultation qui est portée par mon ministère mais qui a mobilisé l'ensemble du gouvernement. Pourquoi est-ce que nous avons besoin de cet outil, parce que jusqu'ici les politiques publiques sur les questions des discriminations ont été construites par les différents gouvernements, ces trente dernières années mais nous n'étions jamais allés directement parler à nos concitoyens et concitoyennes pour leur demander comment eux les vivaient, que ce soient les victimes mais également les témoins parce que vous le savez il y a 25 critères de discrimination prohibées dans notre loi. Mais nous savons que ces discriminations évoluent avec le temps et c'est en étant au plus proche des terrains, en débattant, en dialoguant sur ces questions que nous pensons pouvoir mettre en oeuvre les meilleures politiques publiques pour pouvoir répondre à cette situation.

MATHILDE MUNOS
Elisabeth MORENO, vous évoquiez cette plateforme que vous avez lancé il y a deux mois, il y a également un numéro vert, qu'est-ce qu'il vous est déjà remontés par ces deux mécanismes-là ?

ELISABETH MORENO
Alors d'abord je veux rappeler que le numéro vert, c'est le 39 28 et c'est la plateforme antidiscrimination.fr. Ce qui nous a été remonté jusque-là c'est que les principales discriminations reposent sur l'emploi, le logement et l'accès aux soins. Et je veux préciser que vous avez raison nous ne les avons pas particulièrement découvert, ce que nous avons découvert, c'est l'ampleur du sujet parce que depuis que nous avons lancé la plateforme il y a deux mois, il y a eu plus de 10000 consultations sur le site et il y a eu plus de 3000 contacts, donc c'est à peu près 300 appels par jour qui sont arrivés.

MATHILDE MUNOS
10 000, ce n'est pas beaucoup, pour le cannabis récréatif on était à plus de 20 000.

ELISABETH MORENO
Alors je vais vous dire pourquoi c'est beaucoup, parce qu'avant le lancement de cette plateforme chez le défenseur des droits, il recevait une dizaine d'appels par jour sur les discriminations, parce que les personnes sont tellement discriminées et certains se sont tellement habitués qu'ils n'osent plus en parler, qu'ils ne savent pas vers qui se tourner et l'intérêt de cette plateforme, c'est justement de renvoyer soit vers les services de l'Etat compétents, soit de renvoyer vers les associations qui sont expertes en la matière, mais en tout cas c'est de ne pas laisser les personnes seules avec leurs discrimination parce que c'est ce qui crée la fracture dans notre société.

MATHILDE MUNOS
Et on parle de toutes les discriminations, toutes les thématiques possibles, il n'y a pas de sujet tabou.

ELISABETH MORENO
Il n'y a absolument aucun sujet tabou, nous allons parler du handicap, nous allons parler de l'identité de genre, de l'orientation sexuelle. nous allons parler de l'origine, du sexe, de l'âge, de l'engagement syndical ou les croyances, les 25 sujets de discrimination pourront être couverts et peut-être d'autres que nous ne connaissons pas parce que le racisme anti-asiatique qui est né par exemple avec la Covid-19 parce que des personnes pensaient que les Asiatiques étaient responsables de cette pandémie, eh bien c'est un sujet qui évolue avec le temps et dont nous devons absolument saisir, parce que je veux rappeler quand même que ces discriminations sont des atteintes inacceptables à la dignité humaine et que c'est la raison pour laquelle nous devons tous nous en saisir.

MATHILDE MUNOS
Est-ce qu'on peut témoigner de manière anonyme ?

ELISABETH MORENO
Bien sûr. Alors c'est une plateforme internet malheureusement j'aurais voulu que nous ayons un grand Tour de France et que nous allions à la rencontre des citoyens et des citoyennes françaises et que nous puissions avoir des discussions animées, malheureusement la pandémie ne nous le permet pas, donc la plateforme Internet va être accessible dès aujourd'hui. Elle sera anonymement, nous demanderons par exemple la notion de genre et peut-être d'âge pour savoir qui sont les personnes qui participent, mais elle sera accessible à tout le monde, aux entreprises, aux associations parce que l'idée aussi derrière tout cela, il y a trois objectifs. Le premier, c'est d'évaluer les dispositifs qui existent pour lutter contre les discriminations. La deuxième, c'est de se prononcer sur des mesures nouvelles que le gouvernement souhaite mettre en oeuvre et puis la troisième, eh bien c'est de contribuer en proposant des solutions concrètes. Et ces solutions concrètes peuvent venir des associations, elles peuvent venir des entreprises, il y a de bonnes pratiques partout dans notre pays et je suis heureuse de savoir que nous puissions les porter au niveau national.

MATHILDE MUNOS
Et cette consultation va durer deux mois et après qu'est-ce qui va se passer, il y a un calendrier, il y a des critères sur lesquels vous allez retenir telle ou telle proposition ?

ELISABETH MORENO
Alors absolument, la consultation commence aujourd'hui et elle se terminera au 31 mai. Nous allons à la fin de cette consultation, le Premier ministre Jean CASTEX et moi-même allons recevoir un rapport qui sera évidemment étudié avec l'ensemble du gouvernement, puisque vous l'avez dit c'est un sujet interministériel. Nous allons tester sur le terrain les différents dispositifs nouveaux qui vont être mis en place et nous reporterons à Jean-Michel BLANQUER, à Emmanuelle WARGON, à Olivier VERAN et tous les autres ministres tous les sujets qui sont arrivés du terrain et nous allons nous appuyer sur cela pour construire nos prochaines politiques de lutte contre les discriminations. Moi-même avec la LICRA je porte en ce moment le plan national de lutte contre le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. Nous allons nous appuyer sur ce plan et je recevrais les vingt meilleures propositions, je les recevrai au ministère, les personnes qui les auront faites, afin que nous puissions en discuter plus largement et voir comment nous pouvons avancer sur ces questions.

MATHILDE MUNOS
Elisabeth MORENO, une dernière question, je rappelle que vous êtes chargée notamment de l'Egalité des chances. Emmanuel MACRON doit annoncer aujourd'hui une réforme en profondeur de toute l'administration avec possiblement la suppression de l'ENA, c'est une mesure que vous soutenez vous la suppression de l'ENA ?

ELISABETH MORENO
Moi je soutiens toutes les mesures qui peuvent faire en sorte que notre pays fonctionne de manière beaucoup ouverte, de manière beaucoup plus inclusive en prenant en considération la manière dont la société évolue. L'ENA est une très, très belle administration qui a donné de très bons résultats, je pense qu'il faut continuer mais peut-être qu'il faut l'adapter et la rendre plus moderne.

MATHILDE MUNOS
L'adapter donc, pas la supprimer ?

ELISABETH MORENO
Vous savez, je pense que ce que souhaite faire le président de la République, c'est ouvrir le débat. Donc je crois en ces périodes tourmentées qu'il faut échanger, débattre entendre les idées et prendre les décisions qui s'imposent, c'est exactement ce que Marc FESNEAU et moi nous faire en ce moment et nous allons faire en sorte que le dialogue soit fait sur les sujets importants de société.

MATHILDE MUNOS
Elisabeth MORENO, ministre déléguée chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Egalité des chances.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 13 avril 2021