Interview de M. Gabriel Attal, secrétaire d'État, porte-parole du gouvernement, à CNews le 8 juillet 2021, sur la propagation du variant Delta du Covid-19, la campagne de vaccination et une éventuelle extension du passe sanitaire.

Texte intégral

LAURENCE FERRARI
Bonjour Gabriel ATTAL.

GABRIEL ATTAL
Bonjour.

LAURENCE FERRARI
Bienvenue dans la matinale de CNEWS, l'épidémie repart à la hausse assez légèrement notamment chez les 20 à 26 ans c'est ce que vous avez dit hier il n'y a pas encore de hausse des hospitalisations mais est-ce que on fait face à un risque de 4e une bague la dès le mois de juillet ?

GABRIEL ATTAL
Oui un risque, il y a une situation en France qui est inquiétante puisque on voit le variant Delta progresser très rapidement, on sait qu'il est beaucoup plus contagieux beaucoup plus agressif il double chaque semaine, sa part dans les contaminations double chaque semaine, c'est aujourd'hui plus de 40% des contaminations et c'est vrai qu'on voit le taux d'incidence qui a augmenté depuis une semaine de l'ordre de 30% on part de très bas, parce que les Français avaient fait beaucoup d'efforts, parce que la vaccination se déploie mais il ne faut pas que ce qu'on observe soit les prémices d'une 4e vague qui déferlerait sur notre pays cet été.

LAURENCE FERRARI
Donc faire peur aux français ça les pousse à se faire vacciner c'est un peu ça votre stratégie ?

GABRIEL ATTAL
Il s'agit avant tout d'être transparent moi c'est ma responsabilité en tant que porte-parole du gouvernement depuis que j'ai pris mes fonctions il y a un an tout pile, j'essaie d'être transparent, de communiquer les informations dont on dispose, on a disposé pendant plusieurs mois d'informations plutôt encourageantes puisqu'on voyait l'épidémie baisser grâce aux efforts des Français et là on la voit remonter et donc c'est de ma responsabilité que de le dire en toute transparence et oui d'appeler à se faire vacciner puisque c'est la carte maîtresse pour éviter une 4e vague.

LAURENCE FERRARI
Hier les professionnels de santé se sont mis d'accord avec Olivier VERAN pour rendre obligatoire cette vaccination pour les soignants c'est une bonne chose, à la clé il y aura des sanctions, il y aura des licenciements pourquoi pas pour les récalcitrants ?

GABRIEL ATTAL
Ça fait partie des sujets sur lesquels on travaille en ce moment, il y a eu effectivement une réunion hier avec Olivier VERAN et le monde de la santé, cet après-midi avec le Premier ministre, on recevra les présidents d'associations d'élus locaux pour travailler avec eux sur cette question. Puis on sera amené à prendre une décision dans les prochains jours. Ce qui est certain, c'est qu'il faut augmenter la vaccination dans notre pays et notamment chez les soignants et notamment chez les soignants dans les EHPAD, elle a augmenté cette vaccination dans les EHPAD, on est passé de 52% de soignants vaccinés à 60% en un mois mais ça reste insuffisant vous savez les soignants ils ont tout donné depuis plus d'un an pour protéger les français, il ne faut pas l'oublier, et donc il ne faudrait pas qu'ils donnent la maladie voilà et donc il faut qu'ils se protègent et qu'ils protègent ceux au contact de qui ils sont au quotidien c'est-à-dire des personnes fragiles.

LAURENCE FERRARI
Est-ce qu'on n'a pas tort de se focaliser sur les soignants au fond c'est un gadget ça ne va pas changer le cours de l'épidémie ? Est-ce qu'il ne faut pas envisager tout de suite la vaccination à plus large spectre c'est-à-dire obligatoire pour tout le monde ? Est-ce que vous vous y réfléchissez très concrètement au gouvernement ?

GABRIEL ATTAL
Aujourd'hui le cadre de travail c'est les professions qui sont au contact de personnes particulièrement fragiles et exposées donc dans le monde de la santé, dans le médico-social dans le social évidemment qu'on souhaite que la vaccination en population générale elle augmente aussi et donc ça fait aussi partie des sujets sur lesquels on travaille : Comment est-ce qu'on arrive à convaincre davantage de Français qui sont pas vaccinés de se faire vacciner ? Pour moi, il y a trois pistes : C'est simplifier, convaincre, et peut-être inciter.

LAURENCE FERRARI
Donc oui convaincre ou contraindre c'est ça ?

GABRIEL ATTAL
Aujourd'hui c'est simplifier, convaincre et inciter. Simplifier…

LAURENCE FERRARI
Les Français sont favorables à la vaccination obligatoire pour tout le monde, 58% 

GABRIEL ATTAL
Oui d'ailleurs ce qu'on constate c'est que les Français massivement sont favorables à la vaccination et on vient de loin puisqu'au début de la campagne de vaccination on avait pas cette part de Français qui avait l'intention de se faire vacciner, elle a jamais été aussi haute donc évidemment il faut continuer à pousser, on l'a fait en simplifiant, aujourd'hui vous pouvez étendre votre durée entre les deux doses de trois à huit semaines selon ce qui vous arrange pour vos vacances, vous pouvez faire votre deuxième dose sur votre lieu de vacances si vous avez fait la première sur votre lieu de résidence, tout est fait pour simplifier les choses, ensuite il faut convaincre en étant transparent sur les données dont on dispose, il y a eu près de 3 milliards d'injection dans le monde, 35 millions de Français qui ont reçu une première dose, on a maintenant des mois de recul sur le vaccin, on voit que ça se passe très bien qu'il y a pas d'effets indésirables graves et donc il faut être transparent aussi sur ces données et puis probablement inciter, c'est vrai qu'on réfléchit qu'on travaille à la question des tests pris en charge par la Sécurité sociale, est ce qu'il faut qu'il le soit à très long terme alors qu'on a un vaccin gratuit qui protège ?

LAURENCE FERRARI
C'est quoi la deadline septembre ? vous pourriez-vous dire allez en septembre on arrête les tests de conforts ?

GABRIEL ATTAL
Oui autour de la rentrée parce que la réalité c'est qu'aujourd'hui vous avez encore des Français qui sont pas dans leur schéma vaccinal complet c'est-à-dire qui ont pas les deux doses + 15 jours parce qu'ils doivent attendre souvent c'est des jeunes qui ont dû attendre la fin pour pouvoir se faire vacciner et donc il ne faudrait pas les pénaliser en leur faisant payer le test mais c'est vrai qu'autour de la rentrée la question se posera sérieusement.

LAURENCE FERRARI
Un mot des professeurs, est-ce qu'il faut étendre la vaccination obligatoire à leur profession avec des sanctions à la clé c'est ce que demandait un responsable politique ce matin ?

GABRIEL ATTAL
Non ce que je vous ai dit vraiment c'est que notre cadre de travail c'est les professions qui sont au contact de publics particulièrement fragiles, exposés donc des malades maintenant moi, voilà, je redis que l'on cherche tous les moyens pour accroître la vaccination dans notre pays c'est la seule solution contre le variant Delta et c'est la carte maîtresse pour contraindre l'épidémie.

LAURENCE FERRARI
Les jeunes c'est un vrai sujet évidemment pour les inciter à se faire vacciner on va avoir la réouverture des boîtes de nuit-là le 9 juillet est-ce que c'est pas de l'inconscience ?

GABRIEL ATTAL
C'est une réouverture qui se fait sous une très grande vigilance vous savez on a mis en place un protocole sanitaire qui est extrêmement restrictif avec des jauges, avec un certain nombre de règles, avec un pass sanitaire pour rentrer, il est d'ailleurs tellement restrictif que je crois c'est les professionnels du secteur qui l'ont dit que 70% des discothèques ne rouvriront pas ce vendredi parce que on leur demande beaucoup avec ce protocole sanitaire. Déjà, il y a cette protection là et ensuite c'est le Président de la République qui nous l'a demandé hier en conseil de défense, il va y avoir énormément de contrôles, on va vérifier que les jauges sont appliquées que le pass sanitaire est bien demandé, si on constate qu'il y a des établissements qui ne respectent pas les règles ils seront fermés administrativement parce qu'on ne peut pas se permettre de prendre de risques.

LAURENCE FERRARI
Est-ce que le professeur Alain FISCHER, qui est le monsieur vaccin dit qu'il est d'accord pour l'élargissement de ce pass sanitaire aux restaurant, aux salles de théâtre, aux cinémas vous y êtes favorable ?

GABRIEL ATTAL
C'est une piste qui est très intéressante, moi j'ai déjà dit que j'étais favorable à ce qu'on travaille sur le périmètre du pass sanitaire, là aussi dans une logique peut-être d'incitation mais aussi de protection. Aujourd'hui, le pass sanitaire, il est demandé pour les discothèques donc les très grands rassemblements, les festivals et pour voyager. Et la question qui se pose, c'est est-ce que on peut avoir recours au pass sanitaire pour d'autres activités.

LAURENCE FERRARI
C'est ça, aller au restaurant tout simplement.

GABRIEL ATTAL
Ça fait partie des sujets sur lesquels on travaille ça fait aussi partie des sujets sur lesquels on consulte les élus et on va en parler cet après-midi avec le Premier ministre et les élus locaux et là aussi on sera amené à prendre des décisions mais c'est une piste qui est regardée de très près.

LAURENCE FERRARI
C'est-à-dire qu'on irait vers une fracture vaccinale entre les vaccinés, les non-vaccinés, est-ce qu'on ne va pas dresser les Français les uns contre les autres ?

GABRIEL ATTAL
Pour moi le risque de fracture vaccinale il existe surtout si on devait être amené à prendre des nouvelles mesures de restrictions qui touchent tous les Français alors même que, il y a une partie des Français qui s'est fait vacciner…

LAURENCE FERRARI
Et qui n'accepterait pas d'être confinée.

GABRIEL ATTAL
Moi j'ai beaucoup de Français qui me disent quand je me déplace ou qui m'écrivent : "Je me suis fait vacciner dès que ça a été autorisé, je ne comprendrais pas qu'on m'impose des mesures de restriction parce que l'épidémie repart chez des personnes qui elles ne se sont pas fait vacciner". Et donc l'enjeu d'avoir une vaccination de masse, de faire en sorte que le plus de français est possible se vaccinent c'est aussi un enjeu de cohésion nationale.

LAURENCE FERRARI
Tout sauf le confinement à la rentrée ?

GABRIEL ATTAL
Evidemment, vous savez qu'on a toujours tout fait pour éviter d'avoir les mesures de restriction de liberté. On a toujours mis la santé des français, la protection des français comme boussole et on prendra toujours les décisions qui s'imposent mais on a un temps d'avance sur cette possible 4e vague, vous savez quand on regarde la situation chez nos voisins, au Royaume-Uni, au Portugal, en Espagne, il y a une vague épidémique très forte, une exponentielle, on est à un niveau d'incidence et de contamination qui est bien moindre même si ça remonte et donc on a ce temps d'avance qui nous permet de nous mobiliser, de faire très attention dans les gestes barrières mais aussi de se faire vacciner.

LAURENCE FERRARI
Il faut éviter d'aller en vacances au Portugal, en Espagne c'est ce que disait le secrétaire d'État au Tourisme.

GABRIEL ATTAL
Et moi à ma connaissance ce matin je n'ai pas de recommandations à faire quand je vous disais que je suis transparent dès lors que j'ai des informations qui sont validées et vérifiées quel que soit le lieu où on se rend en vacances il faut évidemment faire très attention, respecter les mesures barrières être très vigilants, se faire vacciner encore une fois c'est mieux et puis évidemment nous on s'est toujours engagé, on a toujours fait en sorte que les français puissent rentrer en France s'ils sont à l'étranger.

LAURENCE FERRARI
Le Président de la République doit s'exprimer, est-ce qu'il va le faire là dans les tout prochains jours lundi, mardi, avec un contexte très sanitaire évidemment pour son discours ?

GABRIEL ATTAL
Oui le Président de la République va s'exprimer parce que indépendamment de la situation épidémique on voit que notre pays est à un tournant, il y a des difficultés économiques, il y a un Plan de Relance qui se déploie qui permet à notre économie de repartir on a eu 90 000 créations d'emplois au 1er trimestre, la consommation repart, le climat des affaires repart, on a des projets d'investissements en France, il y a des réformes qui doivent continuer à être menées, sur tous ces sujets le Président va s'exprimer. Il s'exprimera d'ici au 14 juillet, je ne peux pas vous donner de date encore mais d'ici au 14 juillet.

LAURENCE FERRARI
Vous parlez des Affaires économiques j'entends, Eric DUPOND-MORETTI est-il sur la sellette outre le fait qu'il a une menace de mise en examen par la Cour de Justice de la République devant laquelle il est convoqué le 16 juillet, le journal L' Opinion a révélé qu'il avait oublié de déclarer de 300 000 euros aux impôts 300 000 euros c'est une somme ce que l'intéressé confirme puisque c'est son comptable lui-même qui a fait la démarche auprès du fisc, est-ce que la situation d'Eric DUPOND-MORETTI est tenable ?

GABRIEL ATTAL
Il s'est expliqué lui-même hier vous l'avez dit, il a beaucoup d'activités, il a un comptable qui gérait ses affaires, il a changé de comptable et le nouveau s'est rendu compte que le comptable précédent avait omis effectivement de déclaré une somme et c'est lui-même Eric DUPOND-MORETTI qui a saisi l'administration fiscale qui a d'ailleurs reconnu qu'il était de bonne foi, voilà, je pense que c'est important d'expliquer les choses, il s'est expliqué.

LAURENCE FERRARI
300 000 euros c'est une somme, vous comprenez que ça puisse choquer les français ? Qui se qui se disent qu'il y a un deux poids deux mesures, lui il oublie 300 000 euros mais on lui dira rien, nous on nous matraque dès qu'il s'agit d'un feu rouge ou un problème d'impôts.

GABRIEL ATTAL
Je pense que dès lors que l'administration fiscale dit elle-même qu'il n'y a pas de dissimulation et qu'il y a une bonne foi je pense que c'est important de de le retenir.

LAURENCE FERRARI
A quoi sert la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique qui n'a pas noté ce détail. ?

GABRIEL ATTAL
Elle sert à contrôler le patrimoine et les intérêts des membres du Gouvernement c'est une autorité qui a été créée dans le quinquennat précédent, c'est normal…

LAURENCE FERRARI
Elle n'a pas fonctionné, elle a dysfonctionné ?

GABRIEL ATTAL
Alors franchement je ne sais pas comment les choses se sont faites avec elle, ce que je sais, c'est qu'elle est très rigoureuse, moi-même vous savez, quand j'ai été nommé au Gouvernement, j'ai dû remplir ma déclaration sur le patrimoine et puis voilà et évidemment il y a des contrôles.

LAURENCE FERRARI
Pourquoi François BAYROU a démissionné alors lui c'était juste une ouverture d'une enquête préliminaire sur les soupçons d'emplois fictifs concernant les assistants au Parlement européen ? Il y a un deux poids, deux mesures encore une fois ?. On peut être mis en examen et pas mis en examen et démissionner quand même ?.

GABRIEL ATTAL
C'est un choix qu'il a fait François BAYROU quand il a dû démissionner d'ailleurs vous l'avez rappelé, il n'était pas mis en examen, il a fait le choix de démissionner et moi je respecte évidemment son choix, ça lui a permis ensuite de se défendre.

LAURENCE FERRARI
C'est ça la République irréprochable d'Emmanuel MACRON.

GABRIEL ATTAL
Vous savez la République irréprochable c'est la loi de confiance dans la vie politique qu'on a fait adopter quand j'ai été élu député, vous savez je m'en souviens, on a interdit les emplois familiaux pour les responsables politiques, on a mis en place des règles sur les frais de mandat pour les députés, on a interdit un certain nombre d'activités de conseils en plus d'être parlementaire parce qu'il pouvait y avoir des conflits d'intérêts voilà on a fait progresser aussi ces règles.

LAURENCE FERRARI
Il y aura un remaniement du Gouvernement ?

GABRIEL ATTAL
Ca vous savez, c'est le Président de la République et le Premier ministre qui le savent comme on dit souvent sur ces sujets-là ceux qui savent ne disent pas et ceux qui disent ne savent pas, voilà, donc je peux pas vous répondre.

LAURENCE FERRARI
En face, la droite est en train de tenter de s'organiser pour approuver un champion ou une championne décision en septembre en tout cas Xavier BERTRAND a déjà décidé qu'il n'irait pas à la primaire de la droite et qu'il sera candidat à la présidentielle quoiqu'il arrive. Vous saluez la cohérence de son engagement ?

GABRIEL ATTAL
Enfin moi vous savez je note que Xavier BERTRAND est probablement l'un des plus grands contorsionnistes de la vie politique, je trouve assez peu de sujets sur lesquels il n'a pas changé d'avis, il était contre le mariage pour tous maintenant il est pour, il était totalement…

LAURENCE FERRARI
On peut changer d'avis ?

GABRIEL ATTAL
Il a le droit, sur à peu près tous les sujets ça commence à être assez curieux. Il était très favorable à la primaire considérant que c'était un passage essentiel pour s'engager dans la présidentielle aujourd'hui il est contre. Il a participé à des gouvernements qui ont supprimé des postes de policiers dans notre pays 12 500 puis aujourd'hui il considère qu'il faut en créer, il dit qu'il est pour que les entreprises puissent recruter parce qu'on sait que les entreprises aujourd'hui nos PME nos TPE notamment elles ont un problème de main-d'œuvre, on met en place une réforme de l'Assurance chômage justement pour permettre aux entreprises de recruter il est contre la réforme de l'Assurance chômage. Vous voyez, j'ai du mal à voir quelle est la colonne vertébrale et quelle est vraiment la ligne de Xavier BERTRAND.

LAURENCE FERRARI
Il veut aussi un seul mandat, il veut faire une réforme constitutionnelle et ramener le septennat pour celui qui lui succédera.

GABRIEL ATTAL
Bon ça vous savez c'est un débat qui est pas nouveau je crois que dès la présidentielle précédente c'était Alain JUPPE qui s'était engagé sur ce sujet-là, il y aura à mon avis un débat institutionnel dans le cadre de l'élection présidentielle et pour le coup sur ce sujet-là je pense que chacun peut y participer et faire des propositions.

LAURENCE FERRARI
A force de lui taper dessus, vous n'allez pas en faire le challenger d'Emmanuel. MACRON

GABRIEL ATTAL
Moi, vous savez, je ne tape pas, je constaste…

LAURENCE FERRARI
Vous n'êtes pas sympathique avec lui.

GABRIEL ATTAL
Non mais je constate voilà, vous savez c'est aussi ça le débat politique le débat présidentiel il faut que ça se fasse dans le respect évidemment mais c'est important de souligner de mettre en avant ce qu'on constate chez ses adversaires.

LAURENCE FERRARI
Mais c'est lui votre challenger à droite ?

GABRIEL ATTAL
Non vous savez je constate qu'à droite, il y a un match entre plusieurs candidats potentiels et vous savez nous aujourd'hui, on n'est pas du tout focaliser sur cette échéance de l'élection présidentielle.

LAURENCE FERRARI
Vous n'y pensez même pas le matin ?

GABRIEL ATTAL
On a une épidémie à gérer dans notre pays avec encore une fois. des signaux inquiétants, on a une relance économique qu'il faut mener à son terme, on a des réformes qu'il faut poursuivre, la présidentielle elle est dans un an, donc franchement aujourd'hui…

LAURENCE FERRARI
Un peu moins.

GABRIEL ATTAL
Un peu moins, dans une dizaine de mois.

LAURENCE FERRARI
En avril attention, le chrono est enclenché.

GABRIEL ATTAL
Aujourd'hui objectivement c'est pas du tout notre cœur de travail.

LAURENCE FERRARI
Un dernier mot avec une séquence qui s'est déroulée il y a quelques semaines d'ailleurs le 31 mai aux Invalides, c'était un concours d'éloquence organisé au ministère des Armées vous êtes intervenu pendant le discours d'un des de ceux qui s'exprimaient, on va juste regarder la petite séquence et vous allez nous la décrypter.

(…)

LAURENCE FERRARI
Alors c'était évidemment votre rôle puisque vous faisiez partie du jury d'interrompre le candidat pour tenter de le mettre en défaut mais ça pose un certain nombre de questions : Vous pensez qu'il y a des assignations à résidence quand on porte tel ou tel prénom Charles-Henri il ne peut pas livrer des sushis en fait ?

GABRIEL ATTAL
Effectivement j'étais membre du jury de ce concours d'éloquence et le rôle d'un membre du jury c'est de bousculer les candidats de tester leur répartis et ce qu'on constate c'est que le candidat a une très bonne répartie, et ce que j'ai souligné, ce que j'ai mis en avant c'est que l'exemple qu'il a utilisé ne me semblait pas refléter la réalité sociale de ce que sont aujourd'hui les travailleurs des plateformes. Voilà.

LAURENCE FERRARI
Parce que ce sont les Karim qui sont…

GABRIEL ATTAL
Non c'est lui qui a employé ça,

LAURENCE FERRARI
Qui sont livreurs de sushis ?

GABRIEL ATTAL
Justement je n'ai pas fait référence à des questions culturelles ou ethniques mais plutôt à des questions sociales il a choisi un prénom qui est dans l'imaginaire collectif hein je ne dis pas que c'est une réalité mais dans l'imaginaire collectif c'est-à-dire pour ça que la salle a réagi comme ça, assez connoté socialement donc voilà c'est ça…

LAURENCE FERRARI
Assez bourgeois.

GABRIEL ATTAL
De tester peut-être, je ne sais pas.

LAURENCE FERRARI
Il n'y a pas d'assignation à résidence en fonction de son prénom dans notre pays.

GABRIEL ATTAL
Ce qui est certain, c'est qu'il y a des inégalités sociales en France qu'il y a un enjeu d'émancipation et c'est tout le cœur de notre politique et de ce qu'on fait pour réduire les inégalités à la racine, c'est-ce qu'on fait en matière d'éducation, c'est-ce qu'on fait en matière de formation et c'est pour nous un enjeu très fort notamment sur les travailleurs des plateformes, vous savez, ils ont une situation qui est fragile, qui est précaire depuis début de ce quinquennat on prend des mesures on travaille pour déprécariser leur statut même si je n'aime pas beaucoup ce terme qui est un peu difficile mais en tout cas pour les accompagner avec une vraie protection sociale et une vraie protection juridique.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 juillet 2021