Interview de M. Gabriel Attal, secrétaire d'État, porte-parole du gouvernement, à Europe 1 le 13 juillet 2021, sur la campagne de vaccination, l'extension du passe sanitaire et les réformes de l'assurance chômage et des retraites.

Texte intégral

THEO MANEVAL
Bonjour Gabriel ATTAL.

GABRIEL ATTAL
Bonjour monsieur.

THEO MANEVAL
Porte-parole du gouvernement. Le vaccin Johnson & Johnson est-il remis en question, Gabriel ATTAL, en France, après cette annonce des autorités américaines cette nuit, il y a un risque accru, pour ce vaccin en particulier, d'atteinte neurologique, une centaine de patients ont développé, aux États-Unis, le syndrome neurologique de Guillain-Barré, est-ce qu'on garde le vaccin Johnson & Johnson ?

GABRIEL ATTAL
Je n'ai pas d'information autre que le fait que ce vaccin a été validé par les autorités européennes et françaises, qu'il est utilisé en France, je n'ai pas d'autres informations sur ce sujet.

THEO MANEVAL
Il n'est pas remis en cause, à l'heure où on se parle en tout cas. Pour le reste, après les annonces du président de la République hier soir la plateforme Doctolib a enregistré des records, 20 000 rendez-vous de vaccination pris par minute, 40% de rendez-vous en plus pour le week-end qui arrive, le spectre du pass sanitaire un peu partout ça a fonctionné ?

GABRIEL ATTAL
Oui, la logique du président de la République, dans les annonces qui ont été faites hier, c'est qu'on ne peut pas faire peser sur des personnes qui se sont faites vacciner des contraintes liées à une reprise épidémique qui serait "le fait" de personnes qui n'ont pas voulu se faire vacciner, et donc, effectivement, il n'y a pas d'obligation vaccinale, il y a une incitation maximale, et moi je suis évidemment satisfait de voir que le message du président de la République a été entendu, près d'1 million de rendez-vous qui ont été pris hier soir sur la plateforme Doctolib, cela montre qu'il y a des Français qui peut-être doutaient, ou attendaient, qui ont fait le choix de franchir le pas et de prendre rendez-vous.

THEO MANEVAL
Les Français ne sont pas des antivax, ce sont des Gaulois réfractaires au vaccin mais qui se laissent convaincre ?

GABRIEL ATTAL
Non, je pense qu'il y a des Français qui peuvent avoir des doutes ou des inquiétudes, et on peut l'entendre, on est tous humains, mais il y a un moment où, malheureusement, avec le risque de la quatrième vague, avec un variant Delta qui est nettement, très nettement, plus contagieux, malheureusement on n'a plus vraiment le temps de douter, et donc il faut y aller.

THEO MANEVAL
Une précision avec vous ce matin, le pass sanitaire, dans les cafés et les restaurants, à partir du début du mois d'août, concerne-t-il aussi les terrasses en extérieur, le président n'était pas rentré dans les détails là-dessus hier, vous l'avez fait, vous confirmez ?

GABRIEL ATTAL
Oui, je vous confirme que c'est la totalité des établissements qui est visée, donc y compris les terrasses quand il s'agit de restaurants ou de bars.

THEO MANEVAL
Et est-ce que là aussi c'est l'âge minimum de 12 ans qui s'applique, très concrètement, si je suis un adulte vacciné, est-ce que pour pouvoir m'asseoir en terrasse en famille cet été il faut que je fasse vacciner aussi mes enfants de 12 ans et plus ?

GABRIEL ATTAL
Oui, le pass sanitaire s'applique aux plus de 12 ans, et donc pour pouvoir accéder à des lieux soumis au pass sanitaire il faudra soit être vacciné, soit avoir un test négatif.

THEO MANEVAL
Question d'un restaurateur ce matin sur Europe 1 dans le journal de 7h, les clients devront être vaccinés en terrasse, les salariés des restaurants aussi, ça ne va pas se faire tout de suite, écoutez la question que pose ce monsieur.

HERVE DIJOLS, SYNDICAT NATIONAL DE LA RESTAURATION
Concernant nos salariés, le président a bien effectivement annoncé que nos salariés devraient également être vaccinés, est-ce que dans le délai qui nous est donné, jusque début août, pourra-t-on effectivement satisfaire à cette obligation en termes de nombre et en termes sanitaire, parce qu'il doit y avoir, je pense, un temps de latence entre la première et la seconde vaccination ?

THEO MANEVAL
Voilà, question d'Hervé DIJOLS, du Syndicat national de la restauration, votre réponse Gabriel ATTAL.

GABRIEL ATTAL
Alors j'entends évidemment la question, ce qu'il faut rappeler c'est que c'est le pass sanitaire qui s'applique, donc pour une personne qui n'aurait pas encore eu le temps de faire ses deux doses, elle peut évidemment bénéficier du pass sanitaire…

THEO MANEVAL
Ils vont devoir faire des tests PCR tous les trois jours ?

GABRIEL ATTAL
En faisant des tests régulièrement. J'entends bien que ce n'est pas…

THEO MANEVAL
Les salariés de la restauration vont devoir faire des tests PCR tous les trois jours ?

GABRIEL ATTAL
J'entends bien que ce n'est pas ce qu'il y a de plus confortable, moi je veux juste rappeler la situation.

THEO MANEVAL
Mais c'est ce que vous nous dites aujourd'hui.

GABRIEL ATTAL
Je dis qu'il faut avoir le pass sanitaire pour pouvoir accéder à un certain nombre de lieux, selon le calendrier qui a été annoncé, donc 21 juillet pour des lieux type musées, théâtres, cinémas, début août pour les restaurants, les bars, mais pourquoi est-ce qu'on fait un pass sanitaire ? parce que le variant Delta est beaucoup plus contagieux, on observe une reprise épidémique partout autour de nous, on l'observe y compris dans des pays où il y a des mesures draconiennes de confinement quasi permanent qui avait été mis en place, en Corée du Sud, en Australie, on a une reprise de l'épidémie très forte parce que ce variant est plus contagieux, que quand on est vacciné, non seulement on se protège soi-même, mais on a 12 fois moins de risques de transmettre le virus. Ce serait, je pense, incompréhensible pour beaucoup de Français qu'on demande un pass sanitaire précisément pour limiter la contamination dans certains lieux, à ces Français qui vont les fréquenter, mais qu'on ne le demande pas aux personnes qui travaillent dans ces lieux.

THEO MANEVAL
C'est une précision très importante et elle est apportée ce matin. La vaccination devient donc obligatoire, on l'a dit, pour le personnel soignant et non soignant en lien avec les plus fragiles, pour la question des restaurants, comme pour ces soignants et non soignants, commenceront seront les contrôles à partir du 15 septembre ?

GABRIEL ATTAL
Alors, c'est les chefs… les employeurs, qui seront chargés de contrôler, donc pour ce qui est d'un soignant qui travaille dans un établissement hospitalier c'est la direction de l'hôpital qui devra contrôler, pour un professionnel de santé libéral c'est l'Agence régionale de santé et la Caisse primaire d'Assurance maladie qui devront contrôler et recevoir l'attestation que la personne a bien été vaccinée.

THEO MANEVAL
Pass sanitaire et test PCR, donc tous les deux ou trois jours pour les personnels de la restauration, comment vous expliquez, Gabriel ATTAL, qu'on ne demande pas la même chose aux policiers, qui seront exemptés de ce pass sanitaire jusqu'à nouvel ordre ?

GABRIEL ATTAL
Encore une fois, c'est des personnels qui travaillent dans des lieux…

THEO MANEVAL
Qui sont en contact avec la population.

GABRIEL ATTAL
Où le pass sanitaire est exigé, pour les usagers, pour les clients, c'est le sens de cette mesure, vous avez des établissements recevant du public, un pass sanitaire qui est demandé aux clients ou aux usagers qui se rendent dans ces lieux, il s'applique aussi aux personnes qui y travaillent.

THEO MANEVAL
Mais pour les policiers ?

GABRIEL ATTAL
Les policiers ne travaillent pas dans des établissements, je veux dire, ce n'est pas la même situation, les policiers sont certes au contact du public, vous savez…

THEO MANEVAL
Il y a de public dans un commissariat.

GABRIEL ATTAL
Vous savez qu'on a mis en place une obligation vaccinale pour les personnes qui travaillent au contact de Français particulièrement vulnérables, c'est-à-dire très âgés ou très malades, et donc c'est 1,5 million de professionnels de santé, et administratifs, qui devront être vaccinés obligatoirement.

THEO MANEVAL
Pour le reste de la population le président a donc choisi hier de laisser encore le choix, de jouer sur l'incitation avec ce pass sanitaire, mais il n'écarte plus l'idée, à l'avenir, de rendre la vaccination obligatoire pour tous, ce qui n'était pas la promesse de départ, est-ce que malgré tout, Gabriel ATTAL, ce choix ne doit pas rester un choix libre, est-ce qu'on n'a pas le droit de refuser quelque chose ?

GABRIEL ATTAL
Vous voyez bien que c'est le choix qu'on fait aujourd'hui, avec les mesures qui ont été annoncées, on ne peut jamais, évidemment, rien exclure pour l'avenir parce que cette épidémie, malheureusement, elle continue de nous surprendre et le variant Delta, il y a quelques mois, il n'existait pas et on n'était pas dans cette situation, donc il ne faut jamais rien exclure pour l'avenir, on ne sait pas ce qui peut se passer demain. Vous savez, tant que le virus circule il peut y avoir de nouvelles mutations, de nouveaux variants, et on ne peut pas exclure, à l'avenir, un variant qui serait encore plus contagieux, voire qui serait plus agressif et plus à risque pour les personnes qui seraient contaminées, donc il faut évidemment laisser des portes ouvertes. Maintenant, je vous redis ce que j'ai dit tout à l'heure, aujourd'hui on continue à faire le choix de la confiance et de l'incitation, mais ce qui est certain c'est qu'on ne peut pas faire peser à des personnes vaccinées le risque de voir des établissements fermer, de voir leur vie freinée, en raison de personnes qui n'ont pas fait le choix de se faire vacciner.

THEO MANEVAL
On l'a bien compris. Le temps passe, j'aimerais en venir aux annonces économiques du président avec vous. Outre la réforme de l'assurance chômage qui entrera pleinement en vigueur, a dit Emmanuel MACRON hier soir, à partir du 1er octobre, autre dossier qui préoccupe au plus haut point ceux qui nous écoutent, la réforme des retraites. Le président assure qu'il ne lancera pas avant que les conditions soient réunies sur le plan sanitaire, ça veut dire quoi, que les conditions soient réunies ?

GABRIEL ATTAL
Vous savez, la réforme des retraites, c'est un constat qu'on a fait en 2017, avec un système qui est en partie inégalitaire, vous pouvez avoir deux salariés qui ont eu la même carrière, le même métier, la même rémunération, les mêmes horaires de travail, juste ils étaient, pour l'un dans un régime spécial, pour l'autre dans le régime général, du coup ils n'ont pas la même retraite, ils ne partent pas la même année. Le constat qu'on fait aussi c'est que ce système n'est pas financé. Le constat qu'on fait, enfin, c'est qu'il faut globalement travailler plus longtemps même si, évidemment, selon les carrières, la pénibilité des métiers, il faut des adaptations.

THEO MANEVAL
Mais ça veut dire quoi que les conditions soient réunies, à 2000 contaminations par jour on y va, on la fait ?

GABRIEL ATTAL
Non, je vais vous répondre, ça veut dire que si vous demandez aux Français de travailler plus longtemps il faut que la reprise économique se confirme, qu'il y ait des perspectives d'emploi, notamment pour les seniors, on sait que c'est un enjeu très fort en France l'emploi des seniors, notamment quand on se pose la question de la retraite…

THEO MANEVAL
Donc ça ne se fera pas avant la fin du quinquennat.

GABRIEL ATTAL
Et donc si on veut que les conditions de reprise économique se confirment il faut évidemment que l'épidémie soit maîtrisée, et donc que la reprise, qu'on observe, 200 000 emplois créés depuis le début de l'année, les projets d'investissement qui arrivent en France, il faut que cette situation se confirme, je ne peux pas vous dire, du coup, si ça sera d'ici à la fin du quinquennat, en tout cas notre volonté de porter cette réforme est intacte, mais évidemment on est pragmatique et on la portera dès lors qu'on saura que les conditions sont réunies pour le faire.

THEO MANEVAL
Une dernière question. Est-ce que ce quinquennat va pouvoir se terminer avec une équipe gouvernementale inchangée à partir de vendredi Gabriel ATTAL ?

GABRIEL ATTAL
Alors ça ce n'est vraiment pas à moi de vous le dire, c'est le président et le Premier ministre qui sont juges de l'équipe gouvernementale et qui savent s'il faut des évolutions ou pas.

THEO MANEVAL
Si Eric DUPOND-MORETTI, convoqué ce vendredi devant la Cour de justice de la République en vue d'une possible mise en examen pour prise illégale d'intérêts, s'il est mis en examen, il devra démissionner ?

GABRIEL ATTAL
Moi je ne fais pas de justice fiction, donc je réponds aux questions qui sont posées quand elles se posent, et aujourd'hui Eric DUPOND-MORETTI n'est pas mis en examen.

THEO MANEVAL
On vous la reposera peut-être vendredi, nous verrons bien. Merci beaucoup Gabriel ATTAL, porte-parole du gouvernement, merci d'avoir été notre invité ce matin, bonne journée.

GABRIEL ATTAL
Merci


source : Service d'information du Gouvernement, le 23 juillet 2021