Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur, à RTL le 15 septembre 2021, sur le bilan et les réformes annoncées par le président de la République en matière de procédure pénale et de forces de l'ordre.

Texte intégral

ALBA VENTURA
Bonjour Gérald DARMANIN

GERALD DARMANIN
Bonjour.

ALBA VENTURA
Avant d'en venir au discours du président devant les policiers à Roubaix hier, vous avez fait un aller-retour dans la soirée dans le Gard, vous avez d'ailleurs déclaré l'état de catastrophe naturelle. La situation n'est pas encore stable ?

GERALD DARMANIN
Elle n'est pas encore stable parce qu'il y a encore une personne officiellement disparue, même si de nombreuses personnes disparues, hier, ont été retrouvées, fort heureusement. Elle n'est pas encore stable, parce qu'il y a encore des milliers d'habitants qui n'ont pas d'électricité, et puis, parce qu'il y a encore sans doute beaucoup de prévisions orageuses dans les heures qui viennent. Et je veux le dire aux habitants du Gard, de l'Hérault, du sud-ouest de la France, de faire extrêmement attention aux messages officiels du gouvernement, des pompiers, des collectivités locales, et de se mettre en hauteur si jamais des choses dramatiques devaient arriver, puisqu'on évoque ces passages orageux.

ALBA VENTURA
Venons-en à présent aux annonces du président donc hier à Roubaix, Emmanuel MACRON est venu clore le Beauvau de la sécurité, qui avait été mis en place pour calmer la colère des policiers. Alors, il y a les annonces, bien sûr, Gérald DARMANIN, de court terme, mais à quoi bon annoncer une grande loi de programmation pour la police, si cette loi ne peut pas être votée avant la fin du quinquennat ?

GERALD DARMANIN
Non, mais d'abord, le président de la République, il a annoncé énormément de choses extrêmement concrètes ici et maintenant, alors, d'abord, un passé de 4 ans extrêmement fort sur le champ de la sécurité, j'y reviendrai, et surtout, un milliard et demi d'euros de budget pour le budget 2022, c'est-à-dire pour les mois qui viennent. Celui que je suis en train de construire avec le ministre des Comptes publics. Ça veut dire 11.000 véhicules, c'est-à-dire que nous avons changé les trois quarts des véhicules de police et de gendarmerie…

ALBA VENTURA
Ça, c'était annoncé effectivement, vous l'aviez dit…

GERALD DARMANIN
Avant l'élection présidentielle, si vous prenez cette échéance, ce que vous avez l'air de prendre évidemment.

ALBA VENTURA
Eh bien, parce que vous assumez enjamber la présidentielle, je vous ai entendu, vous l'avez dit au Sénat d'ailleurs…

GERALD DARMANIN
Non, mais le ministre de l'Intérieur, il est, comme tous les ministres sans doute, dans l'urgence, le ministère doit être dans le temps long, il n'y a pas eu d'organisation, de pensées de l'organisation du ministère de l'Intérieur depuis Nicolas SARKOZY, ministre de l'Intérieur, ce qu'on appelle une loi d'orientation de la sécurité intérieure, ça fait 20 ans. Quand Nicolas SARKOZY a imaginé l'arrivée de la vidéosurveillance dans les collectivités locales, ça date. Aujourd'hui, nous avons affaire à des dangers absolument nouveaux, le cyber, les nouvelles formes de terrorisme, la délinquance numérique, les crypto-monnaies, les messageries cryptées, tout ce qui empêche aujourd'hui les policiers et les gendarmes à être plus efficaces dans la lutte contre ceux qui maltraitent les enfants, dans la lutte contre la drogue, dans la lutte contre le terrorisme. Et nous devons penser le temps long du ministère. Donc le président, il a fait deux choses, il…

ALBA VENTURA
Oui, mais vous le disiez justement, la sécurité, c'est aussi une urgence, est-ce que ça n'arrive pas trop tard…

GERALD DARMANIN
Mais vous avez raison…

ALBA VENTURA
Les syndicats de policiers disent eux-mêmes : on voit que le temps de la campagne a commencé.

GERALD DARMANIN
D'abord, les syndicats de policiers, je les en remercie, ont été extrêmement laudatifs sur le discours du président, c'est assez rare pour être souligné. Deuxièmement, moi, je constate, depuis 4 ans, tout ce qui a été fait par le président de la République, et je n'en ai pas été le ministre de l'Intérieur, mais j'étais son ministre des Comptes publics, j'ai vu tout ce qui a été dépensé pour la police et la gendarmerie. Il y a eu 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires, aujourd'hui, il y a plus de monde dans chacun des commissariats de France que quand le président de la République est arrivé. C'est extrêmement concret, Madame VENTURA, il y a eu un changement, je l'ai fait quand j'étais ministre des Comptes publics, puis, ministre de l'Intérieur, très important pour 700 commissariats et brigades de gendarmerie, qui ont été entièrement rénovés. Il y a eu des organisations, notamment la lutte contre le terrorisme, 36 attentats déjoués, parce qu'on a mis en place la coordination du renseignement, parce qu'on a recruté 1.900 personnes à la DGSI et les renseignements territoriaux, il y a eu énormément de travail qui a été fait depuis 4 ans. Mais comme disait le président SAKORZY, lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, on va vite, et à la fin, on accélère. Eh bien, c'est ce que nous faisons…

ALBA VENTURA
Ça fait deux fois que vous citez Nicolas SARKOZY…

GERALD DARMANIN
Oui, parce que…

ALBA VENTURA
Emmanuel MACRON fait du SARKOZY ?

GERALD DARMANIN
J'ai trouvé que, très différemment, chacun dans son style, mais j'ai trouvé que le discours du président de la République s'inscrivait dans les grands discours républicains de monsieur JOXE, de monsieur SARKOZY et de lui-même, dans : c'est quoi la police dans 10 ou dans 15 ans, il y a l'urgence, ça, c'est le travail du ministre de l'Intérieur, et il y a le temps long. Et ça, c'était le temps du président de la République.

ALBA VENTURA
Alors, la volonté, c'est de doubler les effectifs de police en 10 ans, donc vous avez parlé des 10.000 policiers, une réserve de la police, 30.000 policiers. C'est quoi cette réserve, c'est la même que la gendarmerie, et à quoi seront-ils affectés ?

GERALD DARMANIN
Exactement, donc la gendarmerie nationale a ce qu'on appelle une réserve opérationnelle, c'est-à-dire des boulangers, des professeurs, des journalistes qui, indépendamment de leur métier, donnent plusieurs jours par mois à la gendarmerie et vont les aider, ce qu'on appelle la réserve opérationnelle, elle n'existe pas pour la police nationale, elle existe un peu pour les retraités de la police nationale, mais pas pour les citoyens. Et dans la réconciliation qu'il peut y avoir, moi, je ne pense pas que la population soit fâchée avec la police, mais dans cette réconciliation nationale, il y a l'idée de cette réserve opérationnelle, nous le portons dans la loi qui est aujourd'hui au Parlement, donc c'est ici et maintenant très concret, et demain, ceux qui voudront s'engager, et ce sera thématisé pour ceux qui le souhaitent, dans la lutte des violences faites aux femmes, contre les enfants, pour lutter contre un certain nombre de méfaits qui touchent chacun d'entre nous, eh bien, vous pourrez vous engager, donner des jours dans la police nationale, alors en uniforme et pas en uniforme, ça peut être dans les bureaux, ça peut être à l'écoute téléphonique.

ALBA VENTURA
Vous croyez qu'on va s'engager quand on voit que la délinquance ne baisse pas ?

GERALD DARMANIN
Mais la délinquance, elle baisse, le président de la République…

ALBA VENTURA
Les cambriolages baissent, les homicides ne baissent pas…

GERALD DARMANIN
Mais attendez, vous avez des choses qui augmentent ou qui sont difficilement… comment dirais-je… c'est dur de lutter contre elles, c'est le cas effectivement des violences contre les personnes, et notamment les violences intrafamiliales…

ALBA VENTURA
Oui, les atteintes aux personnes…

GERALD DARMANIN
Donc contre les enfants, contre les femmes, c'est vrai, alors sans doute dû à la liberté de la parole désormais, mais c'est vrai, et nous devons nous dire que nous devons faire mieux là-dessus, mais vous avez beaucoup, beaucoup d'indicateurs de la délinquance, comme on dit aujourd'hui, qui baissent, il y a beaucoup moins de voitures volées qu'avant, il y a beaucoup moins de voitures brûlées qu'avant…

ALBA VENTURA
Vous reconnaissez que les homicides ne baissent pas ?

GERALD DARMANIN
Alors les homicides restent en moyenne à peu près à 900 depuis 10 ans, et donc, c'est effectivement une question qu'il faut que nous nous posions, hors attentats, c'est vraiment important d'évoquer que partout dans les pays occidentaux, européens, ces homicides ne baissent pas. Et donc on doit continuer à travailler autour de la lutte contre les personnes, la lutte contre les violences faites aux personnes.

ALBA VENTURA
Sur le front du trafic de drogue, je pense à Marseille, on entendait ce matin le reportage d'Alice MORENO, c'est un phénomène en pleine explosion, il y a encore eu un règlement de comptes lundi soir, deux semaines après votre venue avec le président de la République, ça ne s'arrêtera jamais, en fait, on est impuissant ?

GERALD DARMANIN
Le phénomène de grande explosion, c'est celui de la lutte contre la drogue auquel nous apportons des coups définitifs…

ALBA VENTURA
On en est où de l'enquête, là ?

GERALD DARMANIN
Alors, d'abord, il y a deux fois moins de règlements de comptes aujourd'hui qu'il y en avait il y a dix ans. Et ces règlements de comptes sont toujours le thermomètre de l'activité de la police et de la justice, parce que quand les gens sont arrêtés, des trafiquants qui, je l'ai déjà expliqué ici, font du commerce avec 100.000 euros de points de deal par jour, quand ils sont arrêtés et sont mis en prison, d'autres essayent de prendre leur territoire, et ces règlements de comptes sont parfois commandés de ces prisons, et pour plein de raisons, le travail fait par la police, par la gendarmerie et par la justice en ce moment est extrêmement efficace dans les cités, notamment dans les cités Nord de Marseille, et ces règlements de comptes sont des règlements entre trafiquants, nous les regrettons évidemment, mais ils sont toujours aussi le thermomètre de l'activité de la police.

ALBA VENTURA
Monsieur le Ministre, ce que réclamaient les policiers, c'était aussi plus de simplification dans leur travail, et c'est pour ça qu'Emmanuel MACRON veut étendre ce qu'on appelle les amendes pénales forfaitaires, sauf que, il y a 6 amendes sur 10 qui ne sont pas payées.

GERALD DARMANIN
Alors, c'est faux, c'est faux, parce que l'amende forfaitaire pénale pour la drogue, il y en a 100.000 qui ont été mises, d'abord…

ALBA VENTURA
Pour la drogue ?

GERALD DARMANIN
Oui, parce que c'est celle qu'on a mise…

ALBA VENTURA
Il y a 40 % des amendes qui ne sont pas recouvertes…

GERALD DARMANIN
Non, mais elles ne sont pas recouvertes dans la première instance, c'est-à-dire que quand vous avez une amende, Madame, quelle que soit cette amende, l'amende routière, soit vous la payez tout de suite, soit, vous êtes relancée, dans un délit routier, quand j'étais ministre des Comptes publics, j'étais en charge des impôts, seuls 30% des gens qui avaient une amende routière la payaient systématiquement, puis, ensuite, vous avez une relance de la part des impôts, eh bien, avant la relance, l'amende stup', l'amende contre la consommation de stup' aujourd'hui, elle est payée à effectivement 50%. C'est-à-dire qu'elle est l'amende la mieux payée de toutes les amendes que nous mettons. Et puis, ensuite, il y a la relance par le Trésor public, chacun sait que ça prend du temps, cette amende, Madame, on l'a mise en place, il n'y a même pas 9 mois, donc elle marche, elle marche bien, et c'est une amende pénale, c'est-à-dire qu'elle est en plus sur votre casier judiciaire, et c'est extrêmement important.

ALBA VENTURA
Emmanuel MACRON avait aussi annoncé une réforme de l'IGPN, alors cette fois, on parle du contrôle des policiers. Et finalement, ce sera une délégation de parlementaires, c'est-à-dire qu'il va y avoir des députés et des sénateurs de tous bords politiques qui vont contrôler, qui vont faire le boulot de l'IGPN, la police des polices ; en quoi, ils sont légitimes ces élus ?

GERALD DARMANIN
Alors, non, ce n'est pas tout à fait ça, mais il y a eu beaucoup de commentaires de gens qui n'avaient pas entendu le président de la République, aujourd'hui, les policiers et les gendarmes, je veux le dire, ce sont les personnes les plus contrôlées de tous les agents publics, c'est sans doute normal, puisqu'ils ont la force avec eux, mais enfin, c'est quand même à souligner, 7%, c'est le nombre de policiers que représente, dans le total des fonctionnaires, représente 55% des sanctions de tous les fonctionnaires, il n'y a pas un corps plus contrôlé, plus suivi que les policiers, il y a plusieurs façons de les contrôler, il y a l'IGPN ou l'IGGN, c'est-à-dire ceux qui s'occupent en interne du contrôle de la police ou de la gendarmerie, il y a évidemment la Défenseur des droits, autorité administrative indépendante, il y a la judiciaire, bien évidemment, qui…

ALBA VENTURA
Et donc on ajoute une délégation d'élus…

GERALD DARMANIN
D'abord, nous ne changeons pas, c'est, je veux le dire, très important, le travail de l'IGPN, qui sont de belles structures, qui agissent au nom de la justice et qui sont dépendants du directeur général et dont le président de la République n'a pas remis en cause…

ALBA VENTURA
Mais c'est parce que vous voulez plus de transparence, c'est parce que vous voulez publier tous les rapports…

GERALD DARMANIN
Et qu'est-ce qui se passe, mais nous publions tous les rapports désormais…

ALBA VENTURA
Disciplinaires ?

GERALD DARMANIN
Tous les rapports…

ALBA VENTURA
Donc on va savoir du début à la fin comment est menée l'enquête…

GERALD DARMANIN
Tous les rapports seront désormais publiés, ce qui n'était pas le cas aujourd'hui, comme ça, chacun pourra le constater…

ALBA VENTURA
C'est anonyme…

GERALD DARMANIN
Puisqu'il y a beaucoup de fantasmes, et qu'on n'a rien à cacher dans la police, rien à cacher dans la gendarmerie, et qu'on doit prendre très rapidement, plus rapidement peut-être, les propositions de sanctions, désormais sous un mois, avant, il n'y avait pas de délai. Mais le Parlement, on n'a rien à cacher au Parlement, une grande démocratie doit montrer que l'exécutif, le ministre de l'Intérieur, le premier, peut répondre à toute question des parlementaires, dès qu'il y a un problème, on l'a vu dans l'affaire ZECLER, on l'a vu dans l'affaire des problèmes des gilets jaunes, on l'a vu dans les attentats…

ALBA VENTURA
Un tir de LBD…

GERALD DARMANIN
Il y a des commissions d'enquête parlementaires qui se créent comme ça ex nihilo, eh bien, nous, on propose, comme dans la délégation parlementaire au renseignement, c'est-à-dire des parlementaires qui contrôlent les services de renseignement, qu'il y ait une délégation parlementaire qui soit ad vitam en charge des forces de l'ordre.

ALBA VENTURA
Gérald DARMANIN, la France est un Etat négrier, ça, c'est le responsable de la Ligue de défense noire africaine qui l'a affirmé sur un plateau de télé après des incidents dans la commune de Val-de-Reuil, vous avez annoncé engager la dissolution de cette association. Ce sera fait quand précisément ?

GERALD DARMANIN
Eh bien, nous avons lancé… donc la notification a été faite hier, il y a 15 jours, dit le droit, pour avoir un contradictoire, c'est-à-dire pour qu'ils puissent donner leur propre vision des choses, et donc, dans le troisième Conseil des ministres qui suivra ce contradictoire, c'est-à-dire désormais dans trois semaines, je proposerai au président de la République et au Conseil des ministres la dissolution de la Ligue de défense dite de Défense noire.

ALBA VENTURA
Et ce sera fait dans la foulée ?

GERALD DARMANIN
Ce sera fait dans la foulée, vous savez, je n'ai pas eu la main qui tremble à la demande du président de la République sur tous les autres sujets, beaucoup d'associations racistes, xénophobes, antisémites, islamistes vivaient sur notre sol, et je constate que le Conseil d'Etat nous a toujours suivis quand on a fait ce choix très dur.

ALBA VENTURA
Gérald DARMANIN, rapidement, vous êtes ravi de vous appeler Gérald ou vous auriez préféré Moussa, votre deuxième prénom ?

GERALD DARMANIN
Alors, je vois à peu près à quoi vous voulez faire allusion, moi, je suis très heureux du prénom…

ALBA VENTURA
Eric ZEMMOUR…

GERALD DARMANIN
Du prénom que m'ont donné mes parents.

ALBA VENTURA
Mais ça a été un sujet entre vos parents, Gérald, c'était mieux pour s'intégrer ?

GERALD DARMANIN
Eh bien, avant de naître, je n'étais pas forcément au coeur des débats…

ALBA VENTURA
Non, non, mais vous avez pu en parler avec eux…

GERALD DARMANIN
Mais je suis très fier que mon…

ALBA VENTURA
C'était pour s'intégrer ?

GERALD DARMANIN
Je suis très fier que mon deuxième prénom soit Moussa. Mon grand-père était harki, il s'est battu en 1940 pour la France, il a libéré Saint-Amand-les-Eaux des Allemands, et dans trois semaines, j'ai l'honneur d'inaugurer une rue à son nom, adjudant-chef Moussa OUAKID, 14ème tirailleur algérien, je ne vois pas si on peut être plus français qu'un Français de volonté.

ALBA VENTURA
Merci Gérald DARMANIN.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 16 septembre 2021