Interview de M. Olivier Dussopt, ministre des comptes publics, à RFI le 12 octobre 2021, sur le projet de loi de finances 2022 et le plan d'investissement.

Texte intégral

FREDERIC RIVIERE
Bonjour Olivier DUSSOPT.

OLIVIER DUSSOPT
Bonjour Frédéric RIVIERE.

FREDERIC RIVIERE
Le projet de loi de finances 2022 est arrivé hier à l'Assemblée nationale, sur quel scénario sanitaire ce budget a-t-il été construit, est-ce que c'est sur un retour à la vie normale ?

OLIVIER DUSSOPT
C'est un scénario de sortie de crise, un scénario d'une sortie de crise sanitaire et donc nous avons construit un budget qui est un budget de relance économique puisque nous mettons en oeuvre le plan de relance adopté l'an dernier, c'est aussi un budget qui s'appuie sur une croissance que nous allons réviser à la hausse. Nous avions une hypothèse de 6% pour 2021 et 4% pour 2022 nous allons réviser en cours d'examen la croissance de 2021 à 6,25% puisque la reprise économique est plus forte. par ailleurs ce budget n'est pas le seul outil de financement des politiques publiques, il y a aussi la loi de financement de la Sécurité sociale, je l'ai présenté avec Olivier VERAN hier devant la commission des affaires sociales et dans cette loi de financement de la Sécurité sociale nous ont prévu une provision, provision de 5 milliards d'euros pour faire face tant à la campagne de vaccination, on pense à la troisième dose que la prise en charge de test PCR pour ceux qui seront encore pris en charge en 2022. En cas de besoin nous ajusterons mais c'est un scénario de sortie de crise sanitaire.

FREDERIC RIVIERE
Le projet de finances n'intègre pas le plan d'investissement qui devrait porter sur 30 à 50 milliards d'euros que va dévoiler dans très peu de temps d'ailleurs à 10h00 ce matin le président de la République, il n'intègre pas non plus le revenu d'engagement pour les jeunes, pourquoi ces 2 éléments n'ont-ils pas été ajoutés au projet de loi de finance ?

OLIVIER DUSSOPT
Sur ces deux éléments la discussion et la réflexion est nécessaire, sont nécessaires, sur le revenu d'engagement des jeunes nous travaillons aujourd'hui pour faire en sorte que chaque jeune de 18 à 25 ans ait un accompagnement qui soit dédié, qui sont individualisé dans une période qui est très différente de celle que nous imaginions il y a 6 mois. Il y a 6 mois un an même tout le monde craignait une explosion du chômage vont en général et une explosion du chômage des jeunes en particulier. Le chômage est revenu au niveau qu'il connaissait en 2007 à 7,6% et derrière ces 7,6% qui est le plus bas niveau de chômage depuis plus de 15 ans, nous avons une baisse du chômage des jeunes, ce qui est une bonne nouvelle et ça nous invite à une réflexion plus approfondie avant de mettre en place de nouveaux outils.

FREDERIC RIVIERE
Donc le système devrait être redimensionné mais à la baisse.

OLIVIER DUSSOPT
C'est un travail qui est en cours et je ne suis pas là pour préempter des arbitrages, mais nous tenons compte de cette réalité. Sur le plan d'investissement le président de la République s'exprimera dans quelques heures, nous avons la volonté d'accompagner des objets de développement, des filières de rupture, de construire des avantages comparatifs, ça n'est pas dans le projet de loi de finances, nous avions toujours dit que ça n'y serait pas. J'ai indiqué hier devant l'Assemblée nationale que le plan d'investissement tel qu'annoncé par le président de la République qui s'étalera sur plusieurs années donc, les montants que vous avez évoqués.

FREDERIC RIVIERE
Jusqu'à 2030.

OLIVIER DUSSOPT
Seront étalées sur plusieurs années. Tout cela fera l'objet d'un amendement et cet amendement sera présenté à l'Assemblée nationale en première lecture, il sera aussi concomitant avec la révision de la croissance et du cadre macro-économique pour que le budget que nous présentons puisse être adopté à l'Assemblée nationale de la manière la plus actualisée qui soit.

FREDERIC RIVIERE
Ce plan d'investissement que va donc présenter le président de la République ce matin devrait faire la part belle au nucléaire avec notamment le développement de mini centrale, la transition énergétique n'est plus à l'ordre du jour, ce n'est plus une priorité ?

OLIVIER DUSSOPT
La transition énergétique est plus que jamais à l'ordre du jour.

FREDERIC RIVIERE
Mais ça ce n'est pas la transition énergétique le nucléaire puisqu'on l'a déjà ce n'est pas une transition.

OLIVIER DUSSOPT
Vous savez, c'est une conviction personnelle que je livre là mais si on fait le choix de la sortie des énergies carbones, de la sortie du fossile notamment la sortie du pétrole, le mixe énergies renouvelables et nucléaire est essentiel, tout le monde s'accorde à le dire et j'entendais même ce matin encore Arnaud MONTEBOURG le rappeler sur une autre antenne. La transition écologique nous la faisons et nous la finançons de manière importante. Le budget du ministère de la transition écologique augmente depuis le début du quinquennat. Et en 2022 il va encore augmenter d'un milliard et demi d'euros hors plan de relance. Et à côté de ce budget qui augmente de un milliard à un milliard et demi d'euros par an, nous avons le plan de relance de 100 milliards d'euros dont plus de 30 milliards sont consacrés à la transition écologique avec à la fois de la recherche du financement de nouvelles filières énergétiques soit dans le renouvelable, soit dans l'hydrogène mais aussi des outils de financement de la transition dans le quotidien. Lorsque nous maintenons en 2022 le même niveau de crédit qu'en 2021, c'est-à-dire en pleine relance pour ma Prime Renov' et donc pour faciliter, accompagner la rénovation de centaines de milliers de logements, c'est aussi de la transition écologique dans le quotidien par une diminution de la consommation, par une amélioration de l'isolation et aussi une préservation du pouvoir d'achat des ménages.

FREDERIC RIVIERE
Ceux qui prétendent que la France devrait se passer du nucléaire se trompent lourdement selon vous, comme Jean-Luc MELENCHON, comme Yannick JADOT ?

OLIVIER DUSSOPT
Je pense qu'ils se trompent peut-être qu'il y a et je pense même qu'il y a une perspective à moyen long terme de se passer du nucléaire lorsque l'énergie renouvelable sera suffisamment puissante, lorsque que la filière hydrogène sera structurée, mais dire aujourd'hui que l'on peut sortir du nucléaire sans prendre un risque en termes d'approvisionnement énergétique, sans prendre le risque de devoir faire comme un certain nombre de nos voisins c'est-à-dire rouvrir des centrales à charbon et finalement des outils de production beaucoup plus polluants que ceux que nous connaissons, c'est une réalité et donc il faut avoir cette horizon-là, il faut avoir l'horizon la sortie du nucléaire, mais c'est un horizon qui est à moyen et long terme et dire l'inverse n'est pas raisonnable.

FREDERIC RIVIERE
Alors ce plan d'investissement qui sera donc présenté ce matin ne sera pas le premier, en septembre 2017 un plan construit sur le travail de l'économiste Jean PISANI-FERRY avait été lancé, sur le quinquennat 57 milliards d'euros d'investissement public devaient être consacrés justement à la transition écologique, à la formation professionnelle, à l'innovation et à la transformation de l'action publique, le bilan de ce plan a-t-il été faits, est-ce que les promesses ont été tenues ?

OLIVIER DUSSOPT
Ce plan est encore en cours de développement, vous évoquez la question de la compétence, l'investissement dans les compétences, nous avons un programme d'investissement dans les compétences qui se déploie et qui a permis la montée en puissance de beaucoup…

FREDERIC RIVIERE
Mais sur les 57 milliards d'euros prévus sur le quinquennat, où en sommes-nous parce que le quinquennat on arrive à son terme ?

OLIVIER DUSSOPT
Ces 57 milliards d'euros sont essentiellement des crédits gérés par la Banque publique d'investissement dans le cadre du programme d'investissement d'avenir avec des engagements de long terme, je ne sais pas dire aujourd'hui pour être très clair si nous sommes à 40 ou à 45 sur les 57, ce sont des objets et un outil d'intervention très différent de ce que va annoncer le président de la République puisque ce qu'il va annoncer ce matin concerne des objets d'investissement, des filières à construire et comme je le disais tout à l'heure la recherche d'innovation qui permet une économie plus compétitive mais aussi une économie plus moderne et une économie décarbonée.

FREDERIC RIVIERE
Vous avez pris ce week-end Olivier DUSSOPT la présidence du parti Territoires de progrès dont vous êtes l'un des fondateurs avec Jean-Yves LE DRIAN, à quoi sert votre parti qui soutient Emmanuel MACRON puisqu'il y a La République En Marche pour ça ?

OLIVIER DUSSOPT
Il y a La République En Marche, il y a le Modem, il y a Agir, il y a Territoires de progrès depuis ce week-end, il y a aussi Horizons. Ce parti Territoires de progrès.

FREDERIC RIVIERE
Horizons c'est le parti d'Edouard PHILIPPE.

OLIVIER DUSSOPT
Ce parti Territoires de progrès est un parti à la fois de gauche et dans la majorité et avec un attachement à la majorité et à son unité qui est un attachement inébranlable. nous avons un objectif qui est de permettre l'élargissement de la majorité, son élargissement en permettant à des hommes et des femmes socio-démocrates, progressistes, attachés à des idées de gauche de rejoindre la majorité, soit parce qu'ils ne sont pas convaincus, c'est un euphémisme, de l'offre politique à gauche aujourd'hui, soit parce qu'ils considèrent et c'est là la meilleure des raisons que ce que fait Emmanuel MACRON, que ce que fait le gouvernement autour d'Emmanuel MACRON va dans le bon sens. Moi j'ai cette culture politique de gauche, je suis issu de la gauche, je l'ai toujours dit et assumé.

FREDERIC RIVIERE
Et vous n'avez pas l'impression que le gouvernement penche un peu trop à droite ?

OLIVIER DUSSOPT
vous savez quand vous faites le reste à charge zéro sur les prothèses auditives, les prothèses dentaires, les lunettes, quand vous faites le dédoublement des classes, quand vous avez augmenté les minima sociaux, quand pour parler d'aspect plus internationaux vous êtes membre d'un gouvernement qui augmente l'aide publique au développement de 70% conformément à un engagement du président de la République qui est de consacrer plus de 0,5% du revenu national brut à l'aide publique, au développement, on sera 0,56 et comme ministre du Budget j'augmente à nouveau l'aide publique au développement d'un milliard l'année prochaine.

FREDERIC RIVIERE
Donc vous vous sentez fidèle à vos valeurs dans le gouvernement.

OLIVIER DUSSOPT
Je me sens fidèle à mes valeurs et je me sens extrêmement fier de ce que nous avons fait.

FREDERIC RIVIERE
Et quel rôle voulez-vous jouer, votre parti ou personnellement dans cette campagne ?

OLIVIER DUSSOPT
Aider à la réélection du président de la République, c'est la priorité absolue pour nous parce que nous considérons que c'est lui le meilleur pour tenir la barre dans un temps de crise et pour les aider à cela il y a 2 objectifs, élargir de la majorité et en garantir l'unité.

FREDERIC RIVIERE
Merci Frédéric RIVIERE.

OLIVIER DUSSOPT
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 13 octobre 2021