Interview de Mme Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, à France Info TV le 24 novembre 2021, sur l'épidémie de Covid-19, le nouveau président de l'Association des maires de France et les relations entre l'État et les collectivités locales.

Texte intégral

SAMUEL  ETIENNE
C'est l'heure de retrouver l'invitée de la matinale avec Alix BOUILHAGUET. Alix, ce matin vous recevez la ministre de la Cohésion des territoires, des Relations aussi avec les Collectivités territoriales, Jacqueline GOURAULT.

ALIX BOUILHAGUET
Oui, on va notamment parler, naturellement, de l'Association des maires de France, c'est un gros évènement qui a eu lieu, la campagne d'Emmanuel MACRON, et puis aussi de ce qui se passe sur le front sanitaire.

SAMUEL ETIENNE
L'invitée de la matinale.

ALIX BOUILHAGUET
Jacqueline GOURAULT, bonjour.

JACQUELINE GOURAULT
Bonjour.

ALIX BOUILHAGUET
Merci beaucoup d'être avec nous ce matin. Un mot d'abord sur le Conseil de défense sanitaire, il commence dans une heure et demie, est-ce que la 3e dose pour tous, conditionnée au Pass sanitaire, c'est dans les tuyaux, c'est sur la table, c'est acté ?

JACQUELINE GOURAULT
Ecoutez, il est certain en tout cas que la 3e dose est fortement conseillée. On voit bien qu'avec l'évolution du climat, que le virus circule beaucoup, qu'il y a eu hier beaucoup plus de malade, plus de 30 000 nouveaux malades. On va voir ce qui ressortira du Conseil sanitaire, mais en tout cas la vaccination c'est fondamental.

ALIX BOUILHAGUET
C'est le b.a.-ba d la lutte contre le Covid. Jean CASTEX, il a attrapé lui-même le Covid. Vous avez de ses nouvelles ? Il va bien ?

JACQUELINE GOURAULT
Ecoutez, il va bien. Il a hier fait en visioconférence, quelques réunions, et je peux vous dire que demain il y aura, demain jeudi donc, il va réunir toutes les associations d'élus, pour parler justement des décisions qui auront été prises au niveau du Conseil de défense sanitaire.

ALIX BOUILHAGUET
Vous étiez au Congrès de l'Association des maires de France, j'imagine.

JACQUELINE GOURAULT
Oui, bien sûr.

ALIX BOUILHAGUET
On dit qu'il y a eu pas mal de relâchement aussi sur les gestes barrières, sur le port du masque, y compris de la part du Premier ministre. Une dizaine d'élus du Cantal sont même revenus contaminés. Est-ce que vous, vous avez constaté ce relâchement ?

JACQUELINE GOURAULT
Ecoutez, le Premier ministre est quelqu'un qui applique strictement les gestes barrières, et qui a toujours toujours son masque. Alors, il peut arriver comme moi, là je suis devant vous, on enlève le masque parfois pour s'exprimer, mais évidemment si on… le Premier ministre était positif, il ne le savait pas, et des gens se sont approchés ou même lui ont serré la main, ce qui n'est pas recommandé, ça peut se transmettre bien évidemment.

ALIX BOUILHAGUET
Le Congrès a consacré un nouveau président, David LISNARD, un Républicain. Comment vous le jugez ?

JACQUELINE GOURAULT
Eh bien d'abord, je n'ai pas de jugement à apporter, mais je dirais qu'un Républicain succède à un autre Républicain, et ce n'est pas nouveau, puisque ça dure depuis longtemps. C'est une élection…

ALIX BOUILHAGUET
Vous le regrettez ça ?

JACQUELINE GOURAULT
Ah non, pas du tout, je le constate. C'est une élection démocratique, bien évidemment. Ce qui est nouveau cette année, c'est qu'il y a eu la capacité pour les maires qui n'étaient pas au Congrès, de voter par Internet. Mais, la participation s'est élevée à peu près à 10 400 maires, et il y avait 34 000 maires qui pouvaient voter. Vous voyez que là aussi, je dirais, comme chez les citoyens, il faut que la participation s'élève. Je crois que c'est très important. Alors, bien sûr il y avait aussi la candidature d'un autre candidat, Philippe LAURENT…

ALIX BOUILHAGUET
Oui, candidat UDI, centriste maire de Sceaux.

JACQUELINE GOURAULT
Oui, absolument, maire de Sceaux, et…

ALIX BOUILHAGUET
Qui était plutôt soutenu par les macronistes, c'est ce que l'on dit.

JACQUELINE GOURAULT
Ecoutez, le gouvernement ne s'est pas mêlé à l'Association des maires, mais il y avait, c'est vrai, sur la liste de Philippe LAURENT, des gens qui sont proches du gouvernement. Je crois d'ailleurs dire qu'il y en a aussi quelques-uns sur la liste de David LISNARD. Mais la démocratie a parlé, et je crois qu'il est important de savoir aussi que, au bureau de l'association des maires, il y a une représentation proportionnelle au votre, ce qui fait que sur 36 membres, il y en a 23 pour la liste de David LISNARD, et 13 pour la liste de Philippe LAURENT.

ALIX BOUILHAGUET
On vous entend là-dessus. Un dernier mot sur David LISNARD, c'est un petit peu la figure montante au sein des Républicains ; vous au gouvernement, vous êtes celle qui fait le lien avec les territoires, est-ce que ce sera pour vous un partenaire ou est-ce que ça sera un adversaire ?

JACQUELINE GOURAULT
Ah non, j'ai toujours travaillé en partenariat avec les présidents d'Association des maires. J'ai travaillé en partenariat avec François BAROIN et les membres du bureau, et naturellement j'ai bien l'intention de proposer à David LISNARD qui vient d'être élu, une première rencontre dans laquelle nous verrons la manière dont nous travaillerons.

ALIX BOUILHAGUET
Dans le JDD, dimanche dernier, 600 maires, pour la plupart de droite, ont pris parti pour un second mandat d'Emmanuel MACRON. Est-ce que finalement c'est une contre-offensive à l'élection du républicain David LISNARD à la tête de l'AMF ?

JACQUELINE GOURAULT
Non, ce n'est pas une contre-offensive. Vous savez très bien qu'il y a déjà beaucoup de candidats qui sont entrés en campagne, un certain nombre de maires qui soutiennent Emmanuel MACRON et qui souhaitent sa réélection, se sont exprimés, on entre dans une période de campagne voilà.

ALIX BOUILHAGUET
On a souvent décrit les relations entre Emmanuel MACRON et les élus, comme étant un petit peu fraîches, ils s se sont sentis un petit peu peut-être méprisés en début de mandat, on les faisait un petit peu passer peut-être aussi pour l'ancien monde, est-ce que cette relation s'est améliorée ?

JACQUELINE GOURAULT
Je crois d'abord, que l'on a reproché au président de la République de ne jamais avoir été élu, et ça, ça a été je dirais une posture politique dès le départ, d'un certain nombre de force politiques, qui elles-mêmes ont été déçues bien sûr de ne pas avoir remporté la présidence de la République, et ça a été un pas un leitmotiv utilisé contre le président de la République. Mais le président de la République a montré au cours de son mandat, combien il savait se rendre auprès des maires. La semaine dernière j'étais encore dans le département de l'Aisne, sur un dossier qui concerne le territoire de l'Aisne, de La Thiérache et de la Sambre, et nous avons parlé avec, il y avait peut-être, je ne sais pas, 200 maires qui étaient là, et le président de la République est habituellement très au contact des maires.

ALIX BOUILHAGUET
Bon, donc ça s'est amélioré. Est-ce que vous allez prendre en compte leur requête ? Ils souhaitent que le gouvernement prenne à sa charge la fameuse dette Covid, c'est à peu près 6 milliards, ce sont 6 milliards que les collectivités locales ont engagées au cours de la crise sanitaire.

JACQUELINE GOURAULT
Mais vous savez que nous avons déjà pris beaucoup de choses. On a inventé ce qui s'est appelé un filet de sécurité, notamment grâce à un député qui est à la tête de la délégation aux collectivités territoriales, qui s'appelle Jean-René CAZENEUVE, nous avons fait un filet de sécurité, quand les communes ont perdu des ressources, nous avons compensé.

ALIX BOUILHAGUET
Mais, est-ce que vous allez aller au-delà ?

JACQUELINE GOURAULT
Eh bien on va au-delà, parce que par exemple dans les communes qui ont des régies par exemple, je prends des communes de montagne qui ont des stations thermales, etc., nous compensons aussi les pertes.

ALIX BOUILHAGUET
Emmanuel MACRON sera peut-être bientôt candidat à la présidentielle, je voudrais juste qu'on vienne sur la méthode. Les fameuses 500 signatures, c'est vrai qu'en 2017, seuls 34% des élus ont donné leur signature, ils sont de plus en plus rétifs, parce qu'ils doivent se faire connaître, maintenant les listes sont rendues publiques. Marine LE PEN, Eric ZEMMOUR, Jean-Luc MELENCHON, ils disent que vraiment c'est anti-démocratique, cette méthode. Est-ce que vous allez la remettre en cause ?

JACQUELINE GOURAULT
Non, ce n'est pas antidémocratique, c'est une règle que nous n'avons pas inventée, nous.

ALIX BOUILHAGUET
C'est antidémocratique dans le sens où par exemple Marine LE PEN, Jean-Luc MELENCHON, Eric ZEMMOUR, qui pèsent un certain nombre de, enfin, un poids dans les sondages, pourraient ne pas aller au bout de la présidentielle, donc ce serait finalement ne pas représenter suffisamment le pape.

JACQUELINE GOURAULT
Ecoutez, je pense que c'est une méthode qui a été instaurée il y a longtemps, enfin il y a longtemps, il y a une vingtaine d'années à peu près, et qui permet effectivement d'être parrainés par des élus qui sont les représentants eux-mêmes des Français. Donc ça n'est pas choquant.

ALIX BOUILHAGUET
Donc il n'y aura pas de changement, pas de modification.

JACQUELINE GOURAULT
Ah non. Non non, il n'y aura pas de modification.

ALIX BOUILHAGUET
Merci beaucoup Jacqueline GOURAULT, merci d'avoir été avec nous ce matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 25 novembre 2021