Déclaration de Mme Annick Girardin, ministre de la mer, sur l'importance du programme volontaire de certification environnementale pour l'industrie maritime européenne (Green Marine Europe), Brest, 11 février 2022.

Texte intégral

Mesdames et Messieurs les Armateurs et représentants des compagnies maritimes,
Mesdames et Messieurs les responsables de la fondation Surfrider Europe,
Mesdames et Messieurs,

Après le sommet du G7 à Biarritz en 2019, avec le lancement de la Charte "Sails", après le congrès de l'UICN à Marseille en 2021, qui a initié le rapprochement entre cette charte et le label "Green Marine Europe", le One Ocean Summit est l'occasion de faire un pas supplémentaire pour des solutions concrètes de transport et logistiques plus respectueuses de la planète.

Et quel pas ! Nous pouvons être fiers des engagements qui se nouent ici, et qui en appelleront d'autres, j'en suis certaine, et serviront d'aiguillons pour les négociations en cours sur ces sujets dans les instances internationales, notamment à l'OMI.

Je m'exprime avec beaucoup d'humilité, car sont réunis en face de moi des acteurs incontournables, d'envergure internationale, qui représentent une large majorité du transport et des services maritimes mondiaux. Vos activités irriguent nos vies. Nous dépendons tous et toutes du bon fonctionnement de ces chaînes multimodales, dont la mer est le maillon principal.

Oui nous dépendons de vous, CMA CGM, MSC, Maersk, Hapag LLoyd, Louis Dreyfus Armateur, Socatra, Sogestran, Britanny Ferries, Towt, Orange Marine et tant d'autres ici. Nous dépendons de vous pour les fournitures et services indispensables à nos économies, nos industries, notre quotidien, et bien sûr les transports de personnes.

Cette dépendance, que la crise sanitaire à particulièrement mis en exergue, fait de nous tous des acteurs engagés à vos côtés.

Alors merci de renouveler et d'accroître vos ambitions. Ces ambitions s'inscrivent pleinement dans l'objectif de développement durable numéro 14 des Nations Unies. Cet ODD 14 qui est l'ADN de la France dans son action à l'OMI et d'autres instances internationales intéressées à ces sujets. Cet objectif implique de réduire considérablement l'impact écologique de nos activités. Pour cela, le label Green Marine Europe est un outil majeur.

A Marseille, la France a souhaité un rapprochement de la charte SAILS avec le label GME autour d'indicateurs de performance exigeants qui montrent que le transport maritime vertueux est non seulement possible mais quantifiable.

Aujourd'hui 11 compagnies sont labellisées et de nombreuses autres continuent de s'engager. Je tiens à les remercier ainsi que les organisations qui soutiennent le label comme Armateurs de France, présent depuis l'origine, ou encore Le Cluster maritime français et l'association des armateurs néerlandais (KVNR).

Source https://mer.gouv.fr, le 18 février 2022