Déclaration de Mme Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, en réponse à une question sur le sommet international sur l'océan (One Ocean Summit), Assemblée nationale, 8 février 2022.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au Gouvernement posée par M. Jimmy Pahun, député (Modem et Démocrates apparentés) du Morbihan, Assemblée nationale, 8 février 2022

Prononcé le

Texte intégral

Merci beaucoup pour votre mobilisation. Je salue également l'engagement de M. le président de l'Assemblée nationale ainsi que celui de vos collègues, notamment Maina Sage et Philippe Bolo, sur ce sujet essentiel qu'est la protection du milieu maritime. Les propositions de résolution que vous évoquiez montrent toute l'importance d'une action internationale forte : la mer recouvre 70% de la surface de la planète et nous ne saurions nous en occuper par petits endroits seulement ; si nous voulons être au rendez-vous de la transition écologique, ce grand défi pour l'ensemble de l'humanité, nous devons trouver collectivement les moyens de mieux protéger les espaces maritimes tout en prenant en compte les contraintes des uns et des autres.

Je souligne aussi la détermination du Président de la République à promouvoir une action internationale en matière d'environnement. En 2021, alors que nous étions en pleine crise covid, la France a organisé deux événements internationaux cruciaux pour la biodiversité : le One Planet Summit à Paris et le congrès de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Marseille qui ont tous les deux abouti à des avancées majeures, qu'il s'agisse de la lutte contre la désertification au Sahel ou de la protection de la Méditerranée.

Le Président a souhaité consacrer un sommet à l'océan pour donner un coup d'accélérateur aux actions menées en ce domaine : il s'agit du One Ocean Summit, qui s'ouvre demain, pendant la présidence française de l'Union européenne donc. Nous visons quelques objectifs concrets : étendre le réseau mondial des aires protégées, notamment des aires marines dans les zones les plus sensibles, augmenter le nombre de pays prêts à s'engager pour protéger 30% des espaces afin de nourrir les négociations de la COP15, renforcer les instruments de lutte contre la pêche illicite qui fait de nombreux dégâts et lutter contre les pollutions, notamment plastiques en soutenant l'ouverture des négociations pour un traité sur les plastiques.

Ce sont autant d'actions essentielles, auxquelles s'ajouteront les propositions de résolution que vous avez adoptées. Elles nous aideront et je vous en remercie, Monsieur le Député.

Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 14 février 2022

Thématiques :