Interview de Mme Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, à France Bleu Occitanie le 22 février 2022, sur la réglementation de la chasse et la présence de l'ours dans les Pyrénées.

Intervenant(s) :

Circonstance : Décès d'une randonneuse de 25 ans dans un accident de chasse au lieu-dit de La Bécarie, à Cassaniouze (Cantal), le 19 février 2022

Prononcé le

Texte intégral

JEANNE-MARIE MARCO
Bonjour Madame la ministre.

BARBARA POMPILI
Bonjour.

JEANNE-MARIE MARCO
Un mot d'abord sur la guerre en Ukraine qui semble désormais imminente avec, hier soir, Vladimir POUTINE qui a ordonné à l'armée russe d'entrer dans les territoires séparatistes, que va faire la France pour sanctionner ça, Barbara POMPILI ?

BARBARA POMPILI
Oui, le président POUTINE a pris une décision grave, qui est grave pour l'Ukraine, grave pour la sécurité du continent européen, ce sont des décisions qui ne sont pas conformes à ce à quoi il s'était engagé, ce sont des décisions qui violent le droit international, qui repose sur la souveraineté des États, et aujourd'hui on a un danger réel d'une escalade et c'est pourquoi le président de la République a décidé de saisir le Conseil de sécurité des Nations Unies pour réfléchir à un certain nombre de mesures, et il demande aussi des sanctions européennes ciblées, voilà ce qu'on peut faire à ce stade.

JEANNE-MARIE MARCO
Barbara POMPILI on a aussi besoin ce matin de vous entendre sur cet accident de chasse qui a eu lieu samedi dans le Cantal, la chasseuse qui aurait tué la randonneuse aveyronnaise doit être présentée à un juge ce matin. On est en plein vacances scolaires, est-ce que vous comptez protéger les promeneurs, qui sont nombreux en ce moment en forêt ?

BARBARA POMPILI
Oui, alors d'abord, évidemment je réitère toutes mes condoléances à la famille et aux proches de cette randonneuse, c'est un drame absolument terrible qui est arrivé. N'oublions pas aussi que pour la jeune fille de 17 ans qui est auteure de ce terrible accident c'est aussi un drame avec lequel elle va devoir vivre, et donc face à ��a je crois qu'il faut qu'on se pose et qu'on essaye de trouver quelles sont les bonnes réponses à apporter à ce drame terrible. Sur la question de la sécurité, la Fédération des chasseurs a d'ores et déjà mobilisé, et elle l'a annoncé, toutes ses équipes pour rappeler les règles de sécurité, et je crois que c'est la première chose à faire, après est-ce suffisant, la question se pose.

JEANNE-MARIE MARCO
Etes-vous pour ou contre, Barbara POMPILI, la mise en place de jours sans chasse à l'échelle nationale ?

BARBARA POMPILI
Alors, vous l'avez dit, ça existe déjà des jours sans chasse au niveau local, nous avons des forêts domaniales qui font l'objet de jours sans chasse, je pense par exemple aux forêts domaniales en Ile-de-France, très très…

JEANNE-MARIE MARCO
Est-ce qu'il faut sanctuariser des jours sans chasse pour protéger les promeneurs ? C'est la question que les promeneurs se posent actuellement chez nous, et qui sont en vacances.

BARBARA POMPILI
C'est une question totalement légitime, et je crois que c'est le moment, pour tout le monde, de se mettre autour de la table pour réfléchir à des possibilités de jours sans chasse, mais qui doivent se faire territoire par territoire, on n'a pas les mêmes contraintes ou les mêmes situations d'un territoire à l'autre, donc réunir les fédérations de chasseurs avec toutes les associations qui représentent les autres usagers de la nature, c'est-à-dire les randonneurs, etc., se mettre autour de la table et regarder territoire par territoire ce qu'il faut faire en termes de jours sans chasse, je pense que ce serait la meilleure solution, comme ça existe dans certains territoires, il faut le faire ailleurs.

JEANNE-MARIE MARCO
Barbara POMPILI, la chasseuse qui a tiré samedi a 17 ans, est-ce qu'il ne faut pas aussi interdire la chasse aux mineurs ?

BARBARA POMPILI
Oui, comme je vous l'ai dit tout à l'heure on doit maintenant clairement s'interroger, cette jeune fille va vivre toute sa vie avec ce qui s'est passé, et est-ce qu'on doit faire peser sur les épaules d'un enfant, qui n'est pas encore majeur, un risque aussi lourd, une responsabilité aussi lourde, qui est de manier une arme…

JEANNE-MARIE MARCO
Donc vous seriez pour, pourquoi pas, l'interdiction de la chasse aux mineurs.

BARBARA POMPILI
Je suis en tout cas pour ce qui est arrivé fasse qu'on y réfléchisse collectivement, on doit réfléchir à cette question, moi je ne veux surtout jamais prendre de décisions qui vont trop vite, suite à un drame comme celui-là, par contre il faut qu'on pense au poids qu'on fait peser sur des mineurs quand on leur donne une arme à feu.

JEANNE-MARIE MARCO
L'autre dossier, relatif à la chasse, c'est la présence de l'ours dans les Pyrénées avec un chasseur qui a été blessé par une ourse en fin d'année en Ariège, Emmanuel MACRON s'est engagé à ne plus en réintroduire, est-ce que ça vaut pour le prochain mandat également ?

BARBARA POMPILI
Oui, alors d'abord sur cette affaire vous savez que…

JEANNE-MARIE MARCO
S'il est réélu évidemment.

BARBARA POMPILI
Oui, bien sûr ; vous savez que l'affaire est en cours, donc pour l'instant on va voir ce que dit l'enquête pour établir les responsabilités des uns ou des autres. En ce qui concerne les ours il faut, quand on doit prendre une décision, il faut d'abord qu'on le fasse sur des comptages qu'on a faits, le comptage de nombre d'ours, et comme vous le savez en ce moment ils sont en hibernation, donc on a des incertitudes sur le nombre d'ours, notamment par exemple sur les oursons qui accompagnaient l'ourse qui a été tuée, donc on ne peut pas prendre de décision si on n'a pas fait ces comptages, ça c'est la première chose. Deuxième chose, je rappelle que nous avons des obligations européennes…

JEANNE-MARIE MARCO
Voilà, est-ce que vous allez remplacer, cette ourse notamment, tuée cette semaine en Ariège ?

BARBARA POMPILI
Nous avons des obligations européennes que bien sûr nous tiendrons, mais nous ne pouvons pas faire cela tant que nous n'avons pas l'état de la population d'ours, donc chaque chose en son temps, évidemment on respecte le droit, je vous rappelle que la réintroduction des ours a été faite, parce que si nous ne l'avions pas fait, la population de l'ours serait complètement éteinte en France, alors que c'est une population qui était là depuis des centaines, des milliers d'années, donc nous avons une responsabilité aussi, mais, évidemment, nous devons aussi travailler pour une meilleure cohabitation entre les ours, et le pastoralisme, et les personnes qui vivent de leur métier dans ces belles montagnes, c'est extrêmement délicat, il faut le faire, mais le faire bien.

JEANNE-MARIE MARCO
Merci beaucoup Barbara POMPILI, ministre de la Transition écologique, d'avoir participé à "La Matinale" de France Bleu Occitanie, après Toulouse hier pour parler de la ZFE, vous êtes dans le Lot ce matin pour inaugurer un centre de tri nouvelle génération. Merci et bonne journée.

BARBARA POMPILI
Tout à fait. Merci, bonne journée.

Source : Service d'information du Gouvernement, le 23 février 2022