Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Violence dans le couple : une étude nationale dénombre 149 décès en 2018

le 12 juillet 2019

En 2018, 149 morts violentes au sein du couple ont été recensées. Dans 54,6% des cas, l’auteur des violences avait consommé au moins une substance susceptible d’altérer son discernement.

Depuis 2006, la Délégation aux victimes des directions générales de la police nationale et de la gendarmerie nationale produit chaque année une étude nationale sur les morts violentes au sein du couple. La dernière édition portant sur les chiffres 2018 a été rendue publique le 10 juillet 2019.

Un décès tous les 2 jours et demi

En 2018, 149 personnes sont décédées sous les coups de leur partenaire ou de leur ex partenaire de vie (contre 151 en 2017 et 157 en 2016). Parmi ces victimes, on dénombre 121 femmes (contre 130 en 2017), et 28 hommes (contre 21 en 2017). Un décès criminel survient au sein du couple tous les deux jours et demi et une femme décède sous les coups de son partenaire ou de son ex-partenaire tous les trois jours.

Les faits sont principalement commis par un homme (79,2%) au sein d’un domicile, qu’il soit celui du couple ou de l’un des deux membres (83,2%). Dans près de 70% des cas il s’agit de meurtres intentionnels, commis avec une arme (arme blanche dans plus de 50% des cas), liés à une dispute ou dans un contexte de séparation.

40% des auteurs d’une mort violente se sont suicidés ou ont tenté de se suicider à l’issue de la commission des faits.

Dans trois cas d’homicide au sein du couple, des mineurs ont également été tués. Des infanticides ont aussi été commis dans le cadre de conflits conjugaux sans que l’un des parents ne soit victimeVictimePersonne qui subit personnellement et directement un préjudice physique, moral ou matériel, du fait d’une infraction pénale. (16 enfants tués en 2018).

Qui sont les auteurs et les victimes ?

Les familles sans activité professionnelle (chômage ou retraite) sont les plus touchées par ces violences meurtrières et les statistiques mettent en avant que, dans la majorité des cas, la violence était déjà présente.

Les auteurs les plus impliqués dans ces violences appartiennent à la tranche d’âge des 30-49 ans. Néanmoins, on compte 31 auteurs et 32 victimes de plus de 70 ans.

Les décès sont survenus au sein de couples mariés dans 47,7% des cas.

Par ailleurs, dans 54,6% des homicides, la victime ou l‘auteur étaient sous l’effet d’alcool, de stupéfiants ou de médicaments psychotropes. La présence d’alcool dans le sang au moment de la commission du crime a été constatée dans 29,5% des cas. Dans 18,8% des cas, les deux membres du couple étaient alcoolisés au moment des faits. La présence de stupéfiants a été constatée dans 12,1% des cas.

La lutte contre les violences sexistes et intrafamiliales a été régulièrement renforcée. Depuis le 27 novembre 2018, un portail de signalement des violences sexuelles et sexistes a été mis en place pour faciliter les démarches des victimes. Un "Grenelle des violences conjugales" est annoncé pour le 3 septembre 2019.

Mots clés :

Rechercher