Texte intégral

L'accès des handicapés au travail.Ï Le ministre du Travail et de la Participation a présenté le bilan de l'action de son département en faveur de l'insertion professionnelle des handicapés. Cette action comporte trois aspects principaux :Ï - la mise en place d'un dispositif complet d'orientation,Ï - l'intensification des actions de réadaptation et de reclassement,Ï - l'augmentation du nombre des bénéficiaires de la garantie de salaires accordée aux personnes handicapées.Ï 1) Le dispositif d'orientation repose essentiellement sur les commissions techniques d'orientation et de reclassement professionnel (COTOREP) qui fonctionnent depuis 1978 avec le concours et les moyens de la direction des affaires sociales de chaque département et qui ont examiné, en 1980, plus de 400 000 dossiers.Ï 2) La réadaptation et le placement des travailleurs handicapés, préparés par l'action menée au-niveau du système éducatif, renforcés par la loi du 7 janvier 1981, sont assurés par priorité dans les entre prises qui doivent réserver 10 % de leurs emplois aux personnes handicapées aptes à un travail (actuellement 550 000). Des équipes de travailleurs sociaux spécialisés préparent le reclassement et veillent à sa réalisation ; le nombre des emplois légers ou à mi-temps dans les entreprises est en-cours d'accroissement. Les 98 ateliers protégés qui relèvent du ministère du travail et de la participation offrent 4 800 postes de travail à des handicapés, et les centres d'aide par le travail, qui dépendent du secrétariat d'Etat auprès du ministre de la Santé et de la Sécurité sociale, accueillent 40 000 personnes, chiffre qui a presque doublé en quelques années.Ï 3) Afin de leur assurer une réelle autonomie financière, les travailleurs handicapés peuvent recevoir, depuis 1978, un complément de rémunération : le budget de l'Etat complète, quand cela est nécessaire, le salaire versé par l'entreprise au travailleur handicapé. Pratiquement inexistante en 1974, cette aide, qui s'est élevée à 4 85 millions de francs en 1978, représente 1 milliard 200 millions pour 1981.Ï Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Santé et de la Sécurité sociale a indiqué que si l'on considère toutes les aides que la collectivité consacre aux handicapés, et notamment l'allocation aux handicapés adultes dont le pouvoir d'achat a crû de 65 % depuis 1974, l'effort a représenté 23 milliards de francs, en 1980.