Déclaration de Mme Christine Boutin, ministre du logement, sur la nécessaire innovation en matière de construction de logements sociaux, Paris le 15 juin 2009.

Intervenant(s) :

Circonstance : Exposition "Nouveaux logements sociaux" à la Cité de l'architecture et du patrimoine, Paris le 15 juin 2009

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Président, Cher François de MAZIERES,
Mesdames, Messieurs,
Merci de nous accueillir à la Cité de l'architecture & et du patrimoine que vous dirigez avec tout de talent et la créativité que l'on vous connaît.
Ce lieu exceptionnel rassemble de nombreux types d'architecture et l'on y apprécie comme nulle part ailleurs la richesse des productions passées, actuelles et même futures.
C'est un outil formidable pour sensibiliser le grand public et les professionnels à la culture urbaine et architecturale. Les artistes en herbe vont au Louvre. Les architectes en herbe doivent venir ici.
Je suis très fière que le ministère du logement concoure à cette nouvelle exposition aux côtés d'autres partenaires, notamment de la Caisse des dépôts et consignations qui comme chacun sait a toujours joué et jouera dans les prochaines années un rôle crucial pour le logement social.
L'architecture n'est pas une simple expression artistique.. C'est la synthèse d'un besoin, d'un désir, d'une volonté et d'une capacité à faire. Tous les projets présentés illustrent parfaitement cette approche.
Cette exposition permet de découvrir des bâtiments qui sont le fruit d'un travail important entre un bailleur, un architecte et une collectivité, quand ils n'impliquent pas les locataires.
Elle présente une grande diversité de formes, de modalités d'intégration dans le site. Et cette richesse ne porte pas seulement sur les formes extérieures, elle se retrouve tout autant dans les choix d'aménagement des espaces publics et d'équipement.
On voit à travers ces exemples que le logement social contribue à structurer la ville, à enrichir l'habitat.
Tous les projets que j'ai vu ce matin étaient intéressants, innovants et valorisants. Je le dis sans flagornerie.
Les bailleurs sociaux savent être innovants. Ce sont même parfois des constructeurs et des gestionnaires prophétiques. Ce n'est pas un fait nouveau. Il suffit pour s'en convaincre de se souvenir d'un Henri SELLIER et de ses cités-jardins, pour ne citer que cet exemple.
Les échantillons que vous nous présentez aujourd'hui attestent s'il en était besoin qu'on ne peut plus dire que le parc social est dévalorisé et dévalorisant. Le parc social est de grande qualité. Une nouvelle preuve que le logement social sait faire du beau dans la ville. Vous l'avez magnifiquement illustré ici.
Cela dit, gardons bien en tête que l'enveloppe ne fait pas tout.
Ce qui compte avant tout, ce sont les hommes. Le manque de mixité sociale, l'absence d'accompagnement, l'isolement des quartiers ont conduit certaines poches dans une spirale descendante. Il a fallu inventer l'ANRU pour les en sortir. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je viens de mettre en place les conventions d'utilité sociale afin que nous puissions désormais développer une approche globale du métier de bailleur. Ces conventions d'utilité sociale seront obligatoires à partir de 2011.
En matière de logement social, nous avons de formidables défis qui sont autant d'opportunités devant nous.
Le premier défi et je crois qu'il est particulièrement important aux lendemains d'élections européennes qui ont fait la part belle aux préoccupations environnementales, c'est le développement durable !
Nous devons nous inscrire dans une démarche qui fasse un équilibre entre les enjeux environnementaux, économiques et sociaux. Ma préoccupation première est de développer de logements à la portée du plus grand nombre. Car, il n'est pas question de laisser les ménages dont les revenus sont les plus modestes au bord de la route et qu'ils ne profitent pas - eux aussi - de la révolution en cours. Nous devons à tout prix éviter le développement d'une précarité énergétique.
Le deuxième défi dont je veux vous parler, c'est mon programme baptisé « logement : design pour tous ».
Mettre l'Homme au coeur de la démarche de conception de l'habitat est désormais incontournable, tant pour rénover que construire un logement. Dans cette approche, chaque personne doit être prise en compte avec ses différences, dans ses fragilités et dans ses forces.
Je veux inviter les professionnels et notamment, les professionnels du logement social à inventer le logement de demain.
Vieillissement de la population, nouvelles formes de familles, adaptabilité,... développement durable, c'est à ces questions, entre autres, que devra répondre le programme de recherche et d'expérimentation conduit par le PUCA, le Plan Urbanisme, Construction et Architecture, que je viens de lancer. Il a pour but d'aboutir à des préconisations concrètes.
Le dernier grand dessein dont je veux vous parler. C'est le Grand Paris.
L'aménagement d'une métropole, le développement d'un territoire, l'évolution d'un peuple, sont dus à des actions concertées d'hommes réunis autour d'une même idée, d'un idéal commun. Et c'est de cela dont il est question avec le grand Paris.
C'est un projet historique qui va concerner les bailleurs sociaux très directement puisqu'il est question de construire 70.000 logements par an, soit le double du rythme actuel.
Ce chantier va démarrer avec comme objectif d'aboutir d'ici 10 ans. Le Président de la République l'a précisé, un nouveau réseau de transports va structurer la ville, il va favoriser l'émergence de territoires de projet. Pour développer l'offre de logements, il faudra utiliser tous les outils à notre disposition. En particulier, nous devons revisiter la réglementation afin de donner plus de liberté dans le domaine de l'urbanisme, par exemple en élevant le coefficient d'occupation des sols, en rendant constructibles les zones inondables par des bâtiments adaptés, en utilisant les interstices. Tels sont les mots d'ordre.
Le logement social doit continuer à évoluer pour préparer demain. En plus de la préoccupation environnementale, j'imagine deux évolutions majeures :
- tout d'abord, le logement devra être numérique : il devra être complètement câblé en fibre optique, communiquant. Les objets eux-mêmes seront communicants.
- par ailleurs, il devra intégrer les services : on achètera un logement et des services associés, pour des courses, du maintien à domicile, un confort thermique et une qualité de l'air ...
Il nous revient de penser et d'aménager la France de demain, à travers le Grand Paris et par un effort pour l'ensemble du territoire national. Ce vaste chantier est la plus grande réforme de structure à venir. Elle conditionnera le bien-être des hommes et des femmes de ce pays, la concorde nationale et le rayonnement futur de la France.
Or, en ressortant de votre exposition, Cher François de MAZIERES, je suis confiante car dans le monde du logement social - cela ne fait aucun doute - je constate une fois encore qu'on n'a pas attendu pour repenser les logements à la mesure de l'homme.
Je vous remercie.
Source http://www.logement.gouv.fr, le 16 juin 2009