Déclaration de M. Michel Mercier, ministre de l'espace rural et de l'aménagement du territoire, sur la mise en oeuvre du plan d'actions en faveur des territoires ruraux, à Paris le 2 mars 2010.

Texte intégral

Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur le délégué, Pierre DARTOUT,
Mesdames et Messieurs les directeurs,
Mesdames et Messieurs,
Je suis particulièrement heureux de vous accueillir au salon de l'agriculture sur le stand du Ministère de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire. C'est une première et je tiens, à ce titre, à remercier la DATAR, qui a beaucoup oeuvré pour aider mon cabinet à monter ce stand au pied levé !
Ce stand se veut d'abord, dans un format sobre, un élément de relais auprès du grand public de notre action au service du développement des politiques du ministère...il est aussi organisé pour poursuivre la dynamique des assises des territoires ruraux, après le travail dans les départements, la clôture par le Président de la République et l'annonce des principales mesures, avant la matérialisation de la plupart d'entre elles à l'occasion d'un CIADT.
Cette présence de l'espace rural au côté du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, et du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer s'inscrit dans l'engagement au quotidien de l'Etat auprès de l'agriculture de notre pays. Pas d'espace rural sans habitants, pas d'espace rural sans agriculteurs ! A ce titre je tiens également à saluer tous les organismes présents sur le salon, qui concourent au quotidien à favoriser la vie du monde agricole : mutualité sociale agricole, SAFER, organisations agricoles et professionnelles...
A travers la présence du MERAT, je veux aussi assurer la profession agricole de toute ma sympathie, de mon écoute attentive et de mon soutien, dans les limites de mes compétences, dans un contexte, je le sais, difficile.
Nous sommes aujourd'hui réunis au coeur d'un salon parmi les plus importants d'Europe voire du monde ; un lieu hautement symbolique aussi pour l'ensemble de nos concitoyens qui sont particulièrement attachés au monde rural et agricole, souvent parce qu'ils y ont leurs racines, mais aussi parce que de plus en plus souvent ils souhaitent s'y installer. Cette nouvelle dynamique est fondamentale pour l'avenir des territoires ruraux.
Les attentes sont fortes. Nous n'avons pas de temps à perdre.
A l'issue des assises , de nombreuses mesures sont d'application immédiate. Elles seront complétées par un plan d'ensemble qui sera acté en avril prochain lors d'un Comité interministériel. J'ai déjà eu l'occasion d'en parler. Je rappellerai brièvement les pistes d'action suivantes :
* les pôles d'excellence rurale : le premier appel à projets, clos le 20 février, a fait émerger environ 200 projets au titre de la première vague sur les thématiques du développement économique des territoires ruraux et des services au public.
Le second appel à projets, à l'horizon d'octobre 2010, prendra plus en compte les priorités des Assises des territoires ruraux. Je compte inclure plus spécifiquement :
? au titre des services au public
- les modes de transport individuel respectueux de l'environnement (annonce du Président de la République) ;
- les modes en faveur des gardes d'enfants ;
- les projets de télémédecine
? au titre de l'économie et de l'emploi
- le développement des télécentres ;
- la valorisation des ressources et des productions locales, notamment au moyen des circuits courts.
* l'accord signé par les opérateurs de téléphonie mobile sous l'égide de l'ARCEP, pour apporter une couverture 3G dans toutes les communes rurales dès 2013, en attendant le déploiement de la quatrième génération permettant le très haut débit mobile.
* l'objectif fixé par le président de la République pour que tous les foyers aient accès au très haut débit, grâce notamment au déploiement de la fibre optique. Objectif prolongé à travers la mission du sénateur MAUREY relative à l'alimentation du fonds d'aménagement numérique qui commence.
D'autres mesures nécessitent d'être arrêtées et seront précisées lors du prochain Comité interministériel
Vous le savez bien, le monde rural et agricole a besoin d'un environnement favorable pour se développer dans de bonnes conditions, et ses habitants doivent avoir accès à tous les services qui sont aujourd'hui indispensable pour vivre et travailler au quotidien : qu'il s'agisse de l'accès au numérique, aux soins, aux services à la personnes ou à des prêts, des mesures concrètes vont être prises prochainement. Les agriculteurs ont besoin d'Internet et du très haut débit pour pouvoir commercialiser leurs productions en ligne et être le plus compétitifs possible. C'est devenu absolument essentiel !
* Je pense ici au déploiement de distributeurs automatiques de billets dans les bourgs-centres isolés.
* Le lancement de l'appel à projets maisons de santé : 250 maisons pluridisciplinaires de santé vont être financées en 3 ans.
* Je pense au soutien à la transmission des entreprises en zone de revitalisation rurale
* J'ai souhaité mettre en place un dispositif de suivi qui garantisse que le FSI intervient aussi dans les territoires ruraux, en particulier dans les zones prioritaires définies par le gouvernement, ainsi qu'un dispositif d'orientation préférentiel en faveur des entreprises des zones rurales, afin qu'elles aient plus facilement accès aux fonds engagés par le Gouvernement pour accélérer la sortie de crise.
* Je pense également au développement des circuits courts pour soutenir les productions locales. C'est essentiel pour aider la profession agricole. Nous sommes en train d'expertiser les moyens de lever tous les obstacles réglementaires pour autoriser les collectivités à privilégier les produits agricoles locaux dans les cantines scolaires. Car si l'agriculture doit satisfaire aux marchés mondiaux, elle a également vocation, en parallèle, à satisfaire des attentes locales, via la vente directe ou les commerces de proximité.
Vous le voyez, c'est un vaste chantier qui, s'il doit bien évidemment s'inscrire dans la durée, appelle aussi des décisions rapides. Nous avons encore beaucoup de travail à mener ensemble. Nous aurons de nouvelles occasions d'évoquer l'avenir des territoires ruraux ensemble et d'y travailler de concert. Je pense en particulier à la Conférence de la ruralité que je réunirai à l'automne prochain, six mois après le Comité interministériel, pour faire le point sur la mise en oeuvre des mesures des Assises.
Je vous souhaite une excellente journée.
Source http://www.datar.gouv.fr, le 24 juin 2010