Déclaration de M. Eric Besson, ministre de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique, sur le développement des services mobiles sans contact, à Paris le 21 mars 2012.

Intervenant(s) :

Circonstance : Colloque "les territoires NFC (Near Field Communication ou Communication en champ proche), propulseurs de services mobiles sans contact", à Paris le 21 mars 2012

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Président du forum des services mobiles sans-contact,
Monsieur le Député-maire de Caen,
Mesdames et Messieurs les présidents et directeurs,
Mesdames, Messieurs,
Je suis très heureux d’être ici aujourd’hui, et de faire avec vous la clôture de ce colloque sur les services mobiles sans contact. Plus de 2 milliards de personnes sont aujourd’hui connectées à Internet dans le monde. Près de 6 milliards d’individus sont abonnés à la téléphonie mobile. L’Internet devient donc mobile : le volume mondial de données de l’Internet mobile a triplé en 2011, et sera multiplié par dix d’ici 5 ans. 15 milliards de machines seront alors connectées.
Les applications vidéo sont la cause principale de cette croissance exponentielle des données. Mais ce sont les besoins des consommateurs, des citoyens, des professionnels qui expliquent cette explosion des services en mobilité. Le paiement mobile a par exemple augmenté de 70 % en un an en France et représentera près de 5 % du commerce électronique en 2012.
Parmi ces services en mobilité, les applications mobiles sans contact (NFC) révolutionnent dès à présent les transports publics, le paiement, la billettique, ou l’information locale, culturelle et patrimoniale.
Je m’en réjouis pour plusieurs raisons.
Premièrement, alors qu’il est annoncé depuis bientôt 3 ans, le décollage du sans contact mobile est désormais effectif en France :
- 100 % des constructeurs, hormis Apple, proposent des terminaux qui intègrent une puce NFC. Cela concerne les smartphones de haut de gamme mais aussi de moyenne gamme, soit les trois quarts des terminaux achetés par les français ;
- 500 000 terminaux équipés en sans contact mobile ont déjà été vendus en France. Ils seront près de 2,5 millions d’ici la fin de l’année.
Deuxièmement, les industriels français ont pris une place majeure dans le sans contact mobile, y compris à l’échelle mondiale où certains sont leaders. Je pense notamment à :
- Inside Secure, qui a signé en décembre dernier un partenariat avec Intel pour intégrer le NFC aux puces mobiles du géant américain ;
- Gemalto, Oberthur et Cassis international, qui ont chacun obtenu, ces dernières semaines, des contrats importants dans la fourniture de services de sécurisation des transactions, notamment bancaires ;
- Je pense aussi à la société néerlandaise NXP, dont les équipes NFC sont basées en France, qui a été le premier à intégrer le sans contact dans un téléphone de grande série, le « Nexus S » de Google. Les développements issus du site français fournissent aujourd’hui les composants de la majorité des fabricants de terminaux.
Par ailleurs, le modèle NFC centré autour de la carte SIM (« SIM-centric »), promu par les industriels et les opérateurs français, semble s’imposer. Je me réjouis que l’alliance sud coréenne GNKA ait ainsi retenu ce modèle pour ses développements de système sécurisés sans contact. Ce modèle SIM-centric est bénéfique pour les consommateurs, car il apporte une sécurisation accrue de leurs données personnelles. Il est également favorable à nos fabricants de cartes SIM et à nos opérateurs de télécommunication, en capitalisant sur leur savoir faire et en préservant leur lien avec les utilisateurs des services sans contact.
Troisièmement, l’Etat a fortement contribué à l’essor et au succès du sans contact en France, en soutenant très tôt ce secteur :
- par des aides à la R&D et à l’innovation, depuis 2007. Plusieurs appels à projets, dotés au total de plus de 15 millions d’euros, ont ainsi permis les premiers déploiements NFC à Caen, Strasbourg, et Nice, qui est devenue une vitrine mondiale du sans contact ;
- l’Etat est également intervenu dans la création du Forum des Services Mobiles Sans Contact en 2008 ;
- avec la labellisation des neuf villes et collectivités « territoires leaders du sans contact » en 2010. Cela a permis la rédaction d’un guide pour les collectivités souhaitant se lancer dans les services sans contact ;
- enfin, avec l’appel à projets « déploiement de services mobiles sans contact » lancé en 2011, dans le cadre des Investissements d’Avenir.
Dix-sept projets ont été pré-sélectionnés en décembre dernier. J’ai le plaisir de vous annoncer que nous avons aujourd’hui décidé de financer les projets de neuf villes et communautés. Il s’agit de : Bordeaux, Caen, Grenoble, Marseille, Mulhouse, Strasbourg, Toulon, Toulouse, ainsi que le Comité régional du tourisme d’Ile-de-France. L’aide totale apportée par l’Etat sera de 14,2 millions d’euros. Elle sera complétée par les financements des collectivités, pour atteindre un montant global de 43,6 millions d’euros dédiés au développement et au déploiement de projets mobiles sans contact d’envergure nationale.
En complément, les décisions de financement pour les projets de Manche Numérique et de Nice devraient être arrêtées dans les tout prochains jours. L’instruction se poursuit par ailleurs pour les 6 autres projets (Besançon, Dijon, Lille, Reims, Rennes et le Syndicat des Transports d’Ile-de-France). Au final, l’Etat pourrait soutenir le déploiement de services mobiles sans contact jusqu’à hauteur de 25 millions d’euros.
Grâce au soutien de l’État auprès de ces projets ambitieux portés par nos collectivités, la France disposera dès la fin de cette année de services largement interopérables à l’échelle nationale, voire européenne.
En conclusion, la France présente de nombreux atouts pour continuer à jouer les premiers rôles dans la révolution du sans contact. A cet égard, les associations représentatives du secteur ont un rôle essentiel à jouer. Elles contribuent à :
- porter une stratégie commune, favorable au développement de nos PME innovantes. Je salue à ce titre la création d’un collège PME-startups au sein du forum SMSC ;
- consolider notre filière nationale, et faire émerger des leaders mondiaux dans le domaine du sans contact en s’appuyant largement sur nos acteurs nationaux ;
- accompagner nos collectivités, pour développer des services répondant aux attentes de nos concitoyens dans leur vie quotidienne, et reposant sur des standards interopérables et pérennes.
J’en profite enfin, puisque vous tiendrez cet après-midi l’Assemblée Générale du Forum des Services Mobiles Sans Contact, pour souligner le travail remarquable réalisé par votre délégué général François LECOMTE depuis la création du forum en 2008. Je voudrais le remercier pour l’ensemble de son action, et je présente mes voeux de réussite à sa nouvelle société, dédiée au développement de services NFC. Je souhaite également bonne chance au nouveau délégué général du forum SMSC, Pierre METIVIER.
Je vous remercie de votre attention.
Source http://www.economie.gouv.fr, le 28 mars 2012