Communiqué du secrétariat d'Etat à l'Outre-mer, en date du 1er décembre 1999, sur les initiatives menées Outre-mer pour informer et sensibiliser l'ensemble de la population au problème du sida.

Intervenant(s) :

Circonstance : Journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre 1999

Prononcé le

Temps de lecture 3 minutes

Texte intégral

A l'occasion de la Journée mondiale du 1er décembre de lutte contre le sida, Jean-Jack QUEYRANNE, Secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, tient à saluer les initiatives menées dans les départements, territoires et collectivités d'outre-mer.
Associations, acteurs de prévention, institutions oeuvrent en commun outre-mer à travers de très nombreuses actions, notamment sportives et culturelles, ayant pour but d'informer et de sensibiliser l'ensemble de la population au problème du sida. Ces actions réclament beaucoup d'énergie et de dévouement de la part de tous et sont le fruit d'un travail conduit tout au long de l'année.
Parmi ces actions, la réalisation d'un CD et d'un vidéo clip à La Réunion, à l'initiative de la mission locale Sud de Saint-Pierre, illustre bien l'effort de mobilisation autour d'un projet. Cette opération qui a réuni notamment des jeunes en difficulté d'insertion et des semi-professionnels du spectacle, avec le concours de RFO, est significative d'une volonté commune "de faire avec les jeunes et pour les jeunes". Elle s'inscrit dans les orientations fixées depuis trois ans par ONUSIDA qui cible la campagne mondiale sur les jeunes de moins de 25 ans.
A travers ses actions de communication spécifiques aux départements d'outre-mer (réalisation de sketches radiophoniques, de spots TV), le gouvernement souhaite diffuser de manière régulière et originale des messages ciblés et adaptés aux différents contextes culturels des DOM. Ces messages traitent notamment des réflexes de prévention, du dépistage précoce, de la solidarité avec les personnes touchées par le VIH, déjà souvent fragilisées par une situation sociale très précaire.
Les progrès thérapeutiques réalisés ces dernières années en matière de diagnostic précoce, de traitement antirétroviral et de multithérapie ne doivent pas être des prétextes pour relâcher la vigilance à l'égard de ce fléau qui malheureusement continue de frapper, dans certaines régions de l'outre-mer, de manière très préoccupante.
C'est pourquoi l'effort de l'Etat doit être maintenu, particulièrement en direction des publics les plus défavorisés plus difficiles à atteindre, en matière de prévention, d'accès aux soins et d'accompagnement social.
(Source http://www.outre-mer.gouv.fr, le 2 octobre 2001)