Interview de M. Edmond Maire, secrétaire général de la CFDT, dans "Le Nouvel Observateur" le 3 novembre 1988, sur le bilan de son action et l'évolution du syndicalisme de la CFDT.

Résumé

Thèmes abordés.<br>- Les revendications salariales (infirmières, secteur public) et les incohérences d'une politique sociale de rigueur dans une situation économique de croissance.<br>- Historique de la CFDT (depuis la rupture de l'unité d'action avec la CGT, mai 1968 et l'autogestion, le recentrage en 1978), son apport dans le changement des mentalités, ses capacités d'adaptation (vers un syndicalisme de proximité avec priorité non plus aux réformes de structure mais à la formation, à l'emploi, à l'Europe sociale), son indépendance en particulier vis-à-vis du PS, des gouvernements de la gauche et de François Mitterrand.<br>- Commentaire sur les notions de lutte des classes, de "classe ouvrière" unifiée (n'est plus un thème mobilisateur du changement), de culture ouvrière (face à une culture d'entreprise), sur la grève ("dernier recours" de l'action revendicative) et sur les relations intersyndicales. Mise au point sur les "valeurs" de "réussite individuelle" ou d'individualisation. La laïcisation de la CFDT. La fonction de secrétaire général ("lanceur d'idées dérangeantes"), le style de Jean Kaspar, futur secrétaire général.<br>- En introduction : portrait d'Edmond Maire.- 4 VUES