Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'État aux personnes handicapées, à Sud Radio le 18 mars 2020, sur la situation des personnes handicapées et les personnes les plus fragiles face au Coronavirus.

Texte intégral

PATRICK ROGER

Cécile, on va on va enchaîner justement avec Sophie CLUZEL aussi.

CECILE DE MENIBUS
Oui, qui est secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées.

PATRICK ROGER
Oui. Bonjour Sophie CLUZEL.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.  

PATRICK ROGER
Vous êtes avec nous, et alors évidemment, mesures de confinement, nous sommes à distance, moi je suis un peu dans mon petit bureau dans ma chambre, vous, vous êtes j'imagine dans votre dans votre bureau, Cécile est à un autre endroit, enfin bref, mais on réussit à faire de la radio et à maintenir le lien en fait avec vous. Vous avez peut-être entendu Christine BOUILLOT à l'instant qui disait : il y a encore des gens qui continuent de sortir, de braver un peu ces interdits, et de ne pas respecter le confinement. Il va falloir être plus ferme aujourd'hui dans les sanctions, Sophie CLUZEL ?  

SOPHIE CLUZEL
 Il faut être plus ferme, mais surtout il faut expliquer pourquoi il ne faut pas sortir. Parce qu'en fait le virus se transmet par contact, et donc c'est pour ça que quand on sort pour faire ses courses parce qu'il faut bien continuer à se nourrir, quand on sort pour aller rendre justement un service à un voisin, parce que ça c'est très important, et j'y reviendrai, il faut sortir seul, il faut surtout faire tous les gestes barrières, quand on rentre chez soi, ça c'est très important, se  laver immédiatement les mains, tout simplement respecter vraiment ce confinement, c'est indispensable. Donc j'en appelle vraiment à la citoyenneté des Français. C'est pas du tout, il ne faut pas braver, c'est important de respecter ces consignes, c'est comme ça qu'on arrivera à freiner ce virus. Mais pour autant il faut exactement faire ce qu'on doit faire, c'est-à-dire aller travailler quand on doit travailler, quand on n'a pas de télétravail. Laissez circuler justement les professionnels de l'hospitalier, mais surtout aussi du médico-social, qui va apporter justement leur appui aux personnes les plus fragiles, dont les personnes en situation de handicap, on va en reparler, et voilà, donc vraiment être responsable et suivre ces consignes, c'est très important.

PATRICK ROGER
Oui. Alors, Sophie CLUZEL, précisément, sur les personnes handicapées et les aidants, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, c'est particulièrement aussi urgent d'en prendre soin. Elles sont dans quelle situation les personnes handicapées aujourd'hui et les personnes les plus fragiles, exposés au virus ?  

SOPHIE CLUZEL
Alors, les personnes, toutes les personnes handicapées n'ont pas de complications de santé, mais pour celles qui ont des complications de santé, il faut prendre vraiment des mesures drastiques, c'est pour ça que nous avons, dans celles qui vivent à domicile, il faut absolument en prendre soin, c'est-à-dire quand on est voisin, aller se renseigner sur cette personne a besoin qu'on sorte pour elle, pour aller faire ses courses, ça c'est très important. On a des familles qui depuis quelques jours ont de nouveau leurs jeunes ou leurs adultes en situation de handicap, parce qu'un établissement a fermé en externat. Ça aussi il faut prendre en compte, peut-être que ma voisine ne peut pas sortir parce qu'elle a un jeune, par exemple en situation de handicap, suscite, un jeune autiste ou  polyhandicapé chez elle, et donc je vais aussi aller l'aider et je vais aller faire ses courses à sa place. Il faut aussi pouvoir penser à ceux qui sont en établissements, qui sont restés en établissement, parce que justement dans les internats nous avons décidé de fermer des visites. Alors bien sûr je sais que c'est compliqué pour les familles, mais c'est à ce prix-là, si vous voulez, qu'on protégera les adultes et des enfants qui sont dans ces internats, de la transmission du virus. Donc les sorties collectives sont suspendues, les sorties individuelles aussi, sauf cas très exceptionnel, quand on a un problème par exemple de polyhandicap ou de handicap très psychique, avec des troubles de comportement possible, sur avis médical on peut encore peut-être avoir une autorisation de visite. Mais nous protégeons au maximum les personnes fragiles…

PATRICK ROGER  
Alors, si on résume, Sophie CLUZEL, si on résume, la consigne générale c'est plutôt le maintien et on reste à domicile pour ceux qui n'ont pas besoin de sortir, de ces handicapées surtout, elles ne vont pas travailler etc., et dans les différents centres, éviter dans la mesure du possible les visites des familles, même si comme vous l'avez dit c'est parfois un déchirement, mais ça évite de propager le virus, à ces personnes et puis au personnel soignant, bien sûr.  

SOPHIE CLUZEL
 Bien sûr. Alors, je voudrais saluer tous les professionnels des établissements médico-sociaux, des services à domicile, qui sont à la tâche justement pour éviter ces ruptures d'accompagnement. Quand on a pris par exemple une personne handicapée, un jeune handicapé chez fois, eh bien on a besoin encore de ces professionnels, donc il faut vraiment les protéger, donc ils sont prioritaires pour la garde de leurs enfants, tout comme les personnels hospitaliers, donc on s'est organisé justement pour leur faciliter la continuité de service, pour tous ces professionnels médico-sociaux. Je dis aussi aux parents qui s'arrêtent de travailler, parce que justement ils gardent leur enfant ou leur adulte, ils sont aussi prioritaires pour avoir les indemnités journalières, quel que soit l'âge de l'enfant ou de l'adulte gardé. Donc on a essayé vraiment de  simplifier la vie des personnes en situation de handicap, parce qu'il en va justement de leur protection indispensable.

 PATRICK ROGER
 Et les personnes handicapées qui sont seule ? Sophie CLUZEL ?

 SOPHIE CLUZEL
Alors, justement, alors là j'en appelle à la solidarité des voisins…

 PATRICK ROGER
Oui, c'est ce que vous disiez tout à l'heure.

 SOPHIE CLUZEL
… ça c'est très d'importants, il faut qu'on puisse éventuellement, s'ils ne peuvent pas sortir, alors toutes les personnes en situation de handicap ne sont pas en situation de complexité de santé, je tiens à le dire, et il y en a encore, si elles ne peuvent pas faire de télétravail, et si elles ont un travail, se rendent à leur travail. Mais là aussi, c'est du bon sens, c'est-à-dire que si ma santé est en jeu, eh bien j'applique tout le confinement, j'applique tous les gestes barrières plus plus, et surtout j'en appelle à la solidarité de mes voisins pour aller faire des courses, ou aller à la pharmacie, ça c'est très important, on a une responsabilité, et je sais que la société française, elle est proche, elle est prête. Je vois toutes les remontées sur les réseaux sociaux qui sont positives, et qui sont en appel à « je peux aider, dites-moi comment faire ». C'est où on voit que les Français peuvent être solidaire. Il y en a quelques-uns en effet qui ne respectent pas certaines consignes, mais ceux-là y vont venir aussi. Donc moi j'ai tout à fait confiance dans la responsabilité des Français. Je voudrais aussi saluer toutes les administrations, les Agences régionales de santé qui font un boulot extraordinaire, les associations, les gestionnaires. Je suis en ligne avec elles tous les jours en audioconférence, pour voir où sont les problèmes, sur les territoires, les départements, aussi, bien sûr, parce que nous avons une responsabilité partagée avec les départements. Il y a une vraie coopération pour battre vraiment cette guerre, comme l'a dit le président de la République.  

PATRICK ROGER
C'est vrai. Sophie CLUZEL, alors, ce que réclament aussi, beaucoup dans les administrations ou sur le terrain, comme dans l'ensemble des centres, ce sont des masques. Est-ce qu'ils vont arriver ? Parce qu'il y a des endroits où il y en a toujours pas, et il y en a quand même besoin de ces masques.

SOPHIE CLUZEL
Alors ça, le ministre de la Santé s'est exprimé. Oui, ils sont en cours d'acheminement, et tous ces professionnels que j'ai cités y auront droit, notamment les professionnels des établissements médico-sociaux et des services à domicile.  

PATRICK ROGER
Mais quand, à partir de quand Sophie CLUZEL ?  

SOPHIE CLUZEL
Tous les jours on informe. Tous les jours le ministre informe, il y a déjà des livraisons qui ont été faites dans beaucoup de territoires, donc on est en relation avec les territoires pour voir justement les problèmes d'approvisionnement.  

PATRICK ROGER
Vous pouvez rassurer, on n'est pas en rupture de stock, on en a en fait, parce que c'est vrai qu'il y a une défiance du coup de la parole, on ne sait plus, ça fait une semaine qu'on nous dit que, il y a 200 millions de masques qui vont être distribués à un moment ou un autre et on a du mal à les voir arriver dans certains où certains hôpitaux, où c'est urgent quand même.  

SOPHIE CLUZEL
Mais bien sûr qu'on a conscience de cette urgence, évidemment qu'on a conscience, et on fait le maximum et donc tout le monde est mobilisé pour justement résoudre ces problématiques de livraison, et au plus près des territoires. Et là où tout le monde en a besoin. Donc là aussi je fais appel aux Français. Ce n'est pas la peine de mettre un masque pour aller dans la rue faire sa course, si on n'a rien, là aussi faisons vraiment attention à l'utilisation de ces masques. Ils sont prioritairement réservés à tous les soignants, tous les professionnels établissements médico-sociaux, tous les professionnels des services à domicile, parce que c'est eux qui en ont vraiment besoin.

PATRICK ROGER
Un mot, Sophie CLUZEL. Il y a eu cette déclaration et cette interview assez étonnante hier d'Agnès BUZYN, qui a dit : « J'avais prévenu le Premier ministre, le président de la République, début janvier », c'est étonnant alors qu'on est mobilisé face au coronavirus, qu'il y ait cette déclaration, et elle parle de mascarade, même, pour les municipales. Comment vous interprétez cette déclaration ?  

SOPHIE CLUZEL
 Moi je n'interprète pas, je pense que la place, aujourd'hui nous ne sommes pas du tout, ce n'est pas le temps des polémiques, et on est concentré sur des décisions, on travaille nuit et jour là-dessus, j'ai confiance totalement aux administrations. On a une cellule de crise sanitaire remarquable, une interministérialité qui est là, et on est vraiment, on est aujourd'hui complètement concentré sur…

PATRICK ROGER
Oui mais c'est déplacé, quand même, c'est un peu déplacé effectivement de mettre ça sur la place publique, aujourd'hui, de la part d'Agnès BUZYN ?

SOPHIE CLUZEL
Ce n'est pas le moment de créer de polémique. Ce n'est vraiment pas le moment de créer des polémiques, donc concentrons-nous, et puis appuyons de tout notre possible tout notre système sanitaire et médico-social, qui est quand même remarquable en France, qui réagit de façon extraordinaire avec une coopération des acteurs locaux que je tiens vraiment à saluer. Donc, on est vraiment concentré sur notre tache, et je tiens à rassurer les personnes en situation de handicap, faites-vous connaître auprès de vos voisins, faites-vous connaître auprès de votre mairie, parce que les communes sont là aussi pour assurer justement le portage des repas, et tout le monde est mobilisé pour rompre cet isolement sur les aidant et les personnes qui en ont le plus besoin. Voilà.  

PATRICK ROGER
 Oui. Merci Sophie CLUZEL, secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées. Et on rappelle un d'ailleurs Cécile qu'on a lancé une opération pour essayer, nous aussi on contribue à notre petit niveau, à cette solidarité, Cécile.  

CECILE DE MENIBUS
Absolument. Vous pouvez aller sur la page Facebook, de toute façon vous la retrouvez en haut de notre page Facebook, ça s'appelle : « La solidarité SudRadio coronavirus ». Vous pouvez bien sûr poster vos questions, vos initiatives, vos réflexions, ce que vous faites au quotidien, et partager avec nous votre sentiment face au coronavirus, comment vous le vivez justement ce confinement, et les conseils que vous pouvez apporter, et nous bien sûr on partagera aussi toutes nos expériences.
 

source : Service d'information du Gouvernement, le 19 mars 2020