Conseil des ministres du 14 avril 2021. Règlement du budget et approbation des comptes de l'année 2020.

Intervenant(s) :

Prononcé le

Texte intégral

Le ministre de l'économie, des finances et de la relance et le ministre délégué auprès du ministre de l'économie, des finances et de la relance, chargé des comptes publics, ont présenté un projet de loi de règlement du budget et d'approbation des comptes de l'année 2020.

Pour la première fois cette année, ce texte a été présenté lors du même conseil des ministres que le programme de stabilité, en avance par rapport aux années précédentes. Ce nouveau calendrier permettra au Parlement d'exercer sa mission de contrôle et d'évaluation des politiques publiques dans les meilleures conditions, la connaissance des résultats de l'exécution budgétaire contribuant à la préparation du prochain projet de loi de finances.

Ce chaînage vertueux est particulièrement utile en cette année exceptionnelle, fortement marquée par la lutte contre l'épidémie de covid-19.

La dégradation du solde budgétaire, qui s'établit à - 178 milliards d'euros  en 2020, soit une baisse de 85 milliards d'euros  par rapport à la loi de finances initiale pour 2020, résulte à la fois d'une diminution des recettes fiscales de 37 milliards d'euros  liée à la contraction de l'activité économique et de l'effort sans précédent mis en œuvre par le Gouvernement pour soutenir les ménages et les entreprises dans la crise. Ainsi, près de 42 milliards d'euros  de dépenses supplémentaires ont été déployés au titre de la seule mission "Plan d'urgence face à la crise sanitaire", qui porte les crédits du fonds de solidarité, de l'activité partielle, et la compensation des allégements de cotisations à la sécurité sociale.

Les comptes 2020 de l'État retracent également les engagements pris au titre du dispositif exceptionnel de prêts garantis aux entreprises, doté d'une autorisation maximale à hauteur de 300 milliards d'euros. Ce dispositif a permis de faire jouer l'effet de levier de la garantie de l'État pour renforcer l'accès au financement bancaire des entreprises.

L'exécution du budget reflète aussi le choix du Gouvernement de mettre en œuvre rapidement le plan de relance, avec 10 milliards d'euros  d'engagements et environ 9 milliards d'euros  de paiements déployés dès 2020. La relance doit permettre de maintenir et de renforcer la capacité d'investissement et d'innovation de l'économie française pour accélérer la reprise en sortie de crise. Dotée de 100 milliards d'euros  de financements, dont 40 milliards d'euros  de contributions issues de l'Union européenne, et comprenant des actions à engager sur la période 2020-2022 en faveur de trois priorités que sont l'écologie, la compétitivité et la cohésion, elle vise à renforcer durablement le potentiel de croissance de l'économie française.

Les mesures d'ampleur prises par le Gouvernement depuis le début de la crise ont permis de protéger les Français et ont contribué à la résilience de l'économie, permettant une croissance et un déficit moins dégradés que prévu, respectivement de - 8,2% et - 9,2% du PIB, au lieu des – 11% et - 11,3% du PIB anticipés en fin d'année dernière.

Le soutien du Gouvernement en faveur des mesures d'urgence et de la relance se poursuivra en 2021 aussi longtemps que la crise durera.