Conseil des ministres du 22 septembre 2021. Le bilan des journées européennes du patrimoine.

Texte intégral

La ministre de la culture a présenté une communication sur le bilan des Journées européennes du patrimoine.

Chaque année depuis 1984, les propriétaires publics ou privés accueillent les visiteurs à l'occasion des Journées européennes du patrimoine, grande manifestation culturelle qui est aussi l'un des événements les plus populaires de notre pays.

La 38ème édition de ces Journées s'est déroulée dans des conditions exceptionnelles liées à l'épidémie de coronavirus, comme en 2020.

Malgré ce contexte, le Gouvernement a fait le choix de maintenir ces Journées, avec, cette année, la mise en place du passe sanitaire. Il s'agissait d'assurer la continuité de ce qui est désormais devenu une tradition, mais aussi de donner à tous l'occasion de se retrouver autour du patrimoine, qui participe éminemment de ce qui rassemble et qui est aussi constitutif de l'identité de la France.

Toutes les précautions ont été prises pour faire en sorte que la manifestation se déroule dans le respect des règles sanitaires.

Cette 38ème édition des Journées européennes du patrimoine a connu une fréquentation de plus de 8 millions de visiteurs, en hausse par rapport à l'année 2020, avec plus de 15 000 sites ouverts (dont 2 700 lieux ouverts pour la première fois ou de manière exceptionnelle) et 23 000 animations sur l'ensemble du territoire.

Quelques chiffres pour illustrer ce très bon taux de fréquentation : 26 814 visiteurs pour le domaine national du Palais-Royal, 11 000 visiteurs pour l'hôtel de Matignon, 10 000 visiteurs pour le Palais de l'Elysée, 16 000 visiteurs pour le Sénat, 6 300 visiteurs pour la Banque de France, près de 6 000 visiteurs sur le domaine national de Chambord, 20 000 visiteurs sur le village des métiers – parvis de Notre Dame de Paris, 4 700 visiteurs aux Hospices civils de Beaune, 1 800 visiteurs à la Villa Cavrois, 1 000 visiteurs au Centre national du costume de scène de Moulins, 4 500 visiteurs au musée de la Marine de Brest, et un peu plus de 3 000 visiteurs à l'Opéra-théâtre Metz métropole.

Le désir de participer aux journées européennes du patrimoine est donc intact.

À l'heure où le numérique prend une place toujours plus importante dans les pratiques culturelles, la fréquentation des monuments historiques est l'une des activités "physiques" qui résistent le mieux : l'été l'a encore démontré. Si Paris (en particulier) a beaucoup souffert de l'absence de touristes étrangers, les monuments en région ont généralement remarquablement résisté à la crise, grâce aux visiteurs français.

En 2021, les journées ont une fois de plus confirmé leur dimension européenne, puisque 49 pays ont participé à cette édition.

En France, deux thèmes ont été mis à l'honneur cette année : "le patrimoine pour tous" et "le patrimoine ferroviaire". Ainsi, plus de 110 sites liés au patrimoine ferroviaire ont organisé des animations inédites. Cette année encore, l'opération "Levez les yeux", organisée en partenariat avec le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, a permis de proposer le vendredi précédant les journées plus de 1 000 animations au public scolaire.

Ce sont donc bien tous les acteurs du patrimoine, gestionnaires des monuments publics appartenant à l'État et aux collectivités territoriales, propriétaires privés, associations et mécènes qui ont une fois encore été au rendez-vous pour ouvrir leurs monuments et les animer par des événements. Ces acteurs, particulièrement touchés par le coronavirus et ses conséquences, ont ainsi manifesté leur capacité de rebond. La part donnée au patrimoine dans le Plan de relance est aussi un signal fort adressé à tous les passionnés du patrimoine, professionnels et visiteurs, celui d'un État qui ne les abandonnera pas, conscient de leur rôle pour faire vivre et transmettre un héritage qui constitue un atout exceptionnel pour notre pays.

Le secteur des monuments historiques a ainsi bénéficié, dans le cadre du Plan de relance, de 160 millions d'euros pour 2021 et 2022 : 80 millions d'euros sont consacrés au plan "cathédrales" à destination des 87 cathédrales appartenant à l'État sur l'ensemble du territoire ; 40 millions d'euros soutiennent les investissements réalisés par les propriétaires de monuments historiques n'appartenant pas à l'État et 40 millions d'euros concernent les monuments confiés au Centre des monuments nationaux. Une enveloppe de 100 millions d'euros a par ailleurs été consacrée à l'achèvement des travaux de restauration du château royal de Villers-Cotterêts, qui accueillera prochainement la Cité internationale de la langue française. Ces crédits permettront d'améliorer l'état des monuments historiques, favorisant ainsi l'attractivité des territoires pour le tourisme, tout en contribuant à la reprise économique des entreprises qui œuvrent dans ce domaine, fragilisées par la crise.

Il y a donc cette année encore toutes raisons de se féliciter de cette belle manifestation que sont les Journées européennes du patrimoine, qui savent résister à un contexte difficile pour répondre à ce désir de culture qui habite si fortement nos concitoyens.