Apprentissage : une croissance soutenue en 2019

50 000 apprentis supplémentaires ont été dénombrés en 2019 par rapport à 2018, soit une hausse de 16%. Ces chiffres sont à mettre en regard avec des mesures qui font suite à la loi de septembre 2018 réformant l'apprentissage.

2 minutes
Jeunes en formation devant des ordinateurs
Pour rendre l’apprentissage plus attractif, l’âge maximum d'entrée a été repoussé à 29 ans. © mapo - stock.adobe.com

Les chiffres communiqués par le ministère du travail annoncent un niveau record du nombre d'apprentis en France avec 491 300 jeunes enregistrés dans une formation en apprentissage en 2019. 

2019, une croissance à deux chiffres

En hausse continue depuis 2016, l’année 2019 enregistre une croissance du nombre d’apprentis.

Cette progression concerne la majorité des secteurs d’activité comme par exemple le secteur de l’industrie (+11%) et le secteur du bâtiment et des travaux publics (+13%). De nouveaux secteurs sont également en développement comme le sport et le domaine médico-social.

La croissance s’étend aussi à l’ensemble du territoire. Toutes les régions françaises enregistrent un essor de l’apprentissage (+10,2% en Nouvelle-Aquitaine, +27,3% en Corse, +2,6% en Martinique,+78,3% en Guyane, etc.).

Des mesures pour favoriser l'apprentissage

Depuis la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, il est possible de créer un centre de formation d’apprentis (CFA) sans autorisation juridique de la part des régions. Au 31 décembre 2019, 1 200 CFA sont en activité contre 965 avant cette loi, dont l'un des objectifs était de développer l'apprentissage.

Pour rendre l’apprentissage plus attractif, l’âge maximum d'entrée en apprentissage a été repoussé à 29 ans. La rémunération a aussi connu une revalorisation accompagnée d’aides financières au permis de conduire B. Une aide unique aux employeurs d'apprentis a été instaurée pour les entreprises de moins de 250 salariés.