Le commerce extérieur de la France s’améliore en 2019

Pour la première fois, les exportations françaises de biens franchissent la barre des 500 milliards d’euros (Md€). En 2019, les exportations ont progressé plus vite que les importations permettant une diminution du déficit commercial.

2 minutes
Commerce extérieur de la France. Vue aérienne d'un entrepôt de marchandises.
Les secteurs de l’aéronautique (et du spatial) ainsi que celui du luxe enregistrent des niveaux d’exportation élevés. © netsay - stock.adobe.com

En 2019, le commerce extérieur français est marqué par le dynamisme des exportations des industries aéronautiques, chimiques et pharmaceutiques selon le rapport annuel sur le commerce extérieur remis le 7 février 2020 par la direction général du Trésor. À l'inverse, le secteur de l’énergie reste fortement déficitaire, à hauteur de 45 milliards d’euros. 

Hausse des exportations en 2019

En 2019, la France a exporté 508 milliards d’euros de biens et 251 milliards d’euros de services. Dans le même temps, elle a importé 567 milliards de biens et 229 milliards d’euros de services. Le déficit commercial en biens atteint près de 59 milliards d’euros. En revanche, les services présentent un excédent de 21,8 milliards d'euros.

Le déficit commercial reste élevé (-58,9 milliards d'euros) mais il se réduit. Cette réduction est due au dynamisme des exportations de l’aéronautique (et du spatial), de la chimie et de la pharmacie. Ces trois secteurs et le secteur du luxe enregistrent des niveaux d’exportations élevés. L'aéronautique et le luxe enregistrent même des records qui renforcent leur excédent commercial (31 milliards d'euros pour l'aéronautique, 26,9 milliards pour le luxe).

À l’inverse, la facture énergétique pèse encore lourd dans la balance commerciale. Elle se stabilise autour de 45 milliards d’euros en 2019 après avoir connu une hausse significative en 2018 (45,8 milliards d’euros). Le solde commercial du secteur automobile, déficitaire depuis 2008, connaît une nouvelle baisse, à hauteur de  1,6 %. L’industrie textile dégrade elle aussi le solde commercial français même si ce secteur enregistre une forte hausse de ses exportations. 

Un contexte de tensions commerciales internationales

Le rapport constate que les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, et la perspective de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit) ont diminué la croissance globale des échanges internationaux. Dans ce contexte, la France parvient à maintenir sa place de cinquième exportateur mondial de biens et services. 

Ses principaux fournisseurs sont l’Allemagne (85 Md€), la Chine (54 Md€), l’Italie (44 Md€) et les États-Unis (39 Md€). Ses exportations se dirigent quant à elles principalement vers l’Allemagne (70 Md€), les États-Unis (42 Md€), l’Italie (38 Md€) et l’Espagne (37 Md€).

L'Union européenne représente 59% de l’ensemble des exportations de biens.