Sécurité routière : chute de la mortalité sur les routes de France en 2020

En 2020, 2 780 personnes sont décédées des suites d’un accident de la route en France, contre 3 244 en 2019. Cette diminution s’explique en grande partie par la mise en place de mesures visant à limiter les déplacements dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Triangle de sécurité posé sur la chaussée suite à un accident de la route.
Entre le 16 mars et la fin avril 2020, le nombre d’accidents corporels enregistrés par les forces de l’ordre a atteint un niveau historiquement bas. © Halfpoint - stock.adobe.com

En 2020, la mortalité routière est en baisse de 21% par rapport à 2019.

Le nombre d’accidents corporels est lui aussi en net recul, avec 45 121 accidents, soit -19% qu'en 2019, selon les résultats définitifs de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), relayées par un communiqué du ministère de l’intérieur sur les chiffres de la sécurité routière en 2020

De même, le nombre de personnes blessées est aussi en nette diminution (-21% par rapport à 2019).

Diminution du trafic routier

Depuis 1924, jamais la mortalité routière n'a atteint un niveau aussi peu élevé

La baisse du nombre de morts sur les routes de France métropolitaine en 2020 par rapport à 2019 est de l’ordre de 700. Sur la même période, le nombre de blessés est passé de 70 490 à 55 836. Selon la Déléguée interministérielle à la sécurité routière : "le caractère exceptionnel de cette baisse est à relativiser en raison du contexte de crise sanitaire ayant entraîné des mesures de restrictions de déplacements qui ont eu des effets massifs sur le trafic routier". Ce constat met en évidence la corrélation entre la baisse du trafic routier et la mortalité routière

Le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) confirme cette analyse. Il estime que le trafic routier a ralenti de 75% au mois d’avril 2020, en période de confinement, par rapport aux premiers mois de 2020, hors confinement. D'autre part, entre le 16 mars et la fin avril 2020, le nombre d’accidents corporels enregistrés par les forces de l’ordre a atteint un niveau historiquement bas.

La mortalité routière en outre-mer 

239 personnes sont décédées sur les routes outre-mer. La mortalité y diminue globalement de 6%, soit une baisse moins importante qu’en métropole (-21%). Les conséquences des restrictions de déplacements mises en place dans la cadre de la crise sanitaire ont eu moins d’effets. La mortalité est même plus élevée qu’en 2017 (236 décès).

Baisse de la mortalité pour tous les modes de transport

Selon, l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), les transports routiers motorisés ont connu une baisse importante de la mortalité en France métropolitaine :

  • 1 243 décès d’automobilistes, soit 379 tués de moins qu’en 2019. Pour la première fois, la mortalité des automobilistes représente moins de la moitié de l’ensemble des décès sur la route ;
  • 479 motocyclistes ont perdu la vie. Ce chiffre, en baisse, est lié aux conséquences du confinement au printemps mais aussi aux conditions à un temps pluvieux en juin et en septembre ;

Les usagers de modes de déplacements dits "doux" enregistrent des baisses moins significatives :

  • la mortalité des piétons baisse de 19% moins que la moyenne. 391 piétons ont été tués, soit 92 décès de moins que l’année précédente ;
  • 178 cyclistes sont décédés en 2020. Ce chiffre est proche de celui des années précédentes. La stabilité du nombre de cyclistes décédés s’explique par le développement de ce mode de transport : +31% d’augmentation de la pratique sur les périodes hors confinements en milieu urbain et +15% en milieu rural.