Note d'alerte du Conseil scientifique COVID-19 du 22 décembre 2020 - Le clone anglais "VUI-UK" - Anticiper une reprise épidémique en janvier

Auteur(s) moral(aux) : Conseil scientifique COVID-19

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

La note d'alerte du Conseil scientifique comprend deux parties.

La première partie fait le point sur les connaissances concernant la nouvelle souche du virus de la covid-19, le clone "VUI-UK" et formule trois recommandations devant les nombreuses incertitudes qui existent à propos de cette souche :

  • Pour les laboratoires de virologie : en cas de signal de risque donnée par la RT-PCR séquençage de la souche sur place ou au niveau des Centres nationaux de référence (CNR) avec une centralisation des données ;
  • Pour REACTing mettre en place un suivi virologique des patients infectés immunodéprimés ;
  • Pour les autorités de santé avant franchissement de la frontière, possibilité d’utilisation de certains tests antigéniques reconnaissant la protéine N, quand le test RT PCR (technique de référence) ne peut être utilisé pour dépister les professionnels ou les personnes venant de Grande Bretagne.

La deuxième partie présente les scénarios de reprise épidémique de janvier et les options de prévention de ce risque. Elle n'exclut pas une reprise incontrôlée de l'épidémie en janvier 2021. Face à ce risque et dans un contexte d'incertitude, le Conseil scientifique estime que trois options peuvent être envisagées par les autorités sanitaires : 

  • Option 1 : un "renforcement préventif" rapide, strict et possiblement de courte durée, des mesures pour limiter les contaminations pendant la deuxième semaine des congés de fin d’année dès le 28 décembre. Les mesures actuelles (fermeture de certains lieux, couvre-feu…) risquent de se révéler insuffisantes pour dissuader les rassemblements familiaux et amicaux à l’occasion des congés et du réveillon de la Saint-Sylvestre.
  • Option 2 : une réponse différée et adaptée au surcroît de contaminations intervenues en fin d’année. Cette option vise à réagir après coup, mais rapidement, en ralentissant début janvier la circulation du virus, limitation d’activités sociales ou économiques pouvant favoriser des contaminations en s’appuyant sur les données scientifiques issues des différentes enquêtes sur les lieux de contamination pour mieux cibler les mesures de restrictions.
  • Option 3 : une réponse plus tardive visant à limiter les effets d’une reprise de l’épidémie. Cette option consiste à réagir au moment de la reprise épidémique (évaluée pas seulement sur le nombre de nouveaux cas, mais surtout sur le nombre de nouvelles hospitalisations), par des mesures de restriction accrues, pouvant aller jusqu’à un confinement prolongé. Cette réponse présente le risque d’intervenir trop tardivement et de conduire ensuite à des mesures plus sévères, plus longues et/ou restrictives que celles entrant en vigueur plus tôt. 
Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 15 pages

Édité par : Ministère des solidarités et de la santé

Revenir à la navigation