Texte intégral

Les décisions du gouvernement dans le domaine social.
- Conformément aux engagements qui ont été souscrits, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures qui concernent la vie quotidienne des français. Elles ont été présentées par le ministre d'Etat, ministre de la Solidarité nationale, le ministre du Travail et le ministre du Logement.
- Le salaire minimum de croissance (SMIC).
- Le salaire minimum de croissance - parmi les personnes qui sont à ce niveau de rémunération, les 3/4 sont des femmes - sera revalorisé, au 1er juin 1981, de 10 %, passant de 15,20 F à 16,72 F l'heure. Le gouvernement a pris cette décision, qui s'applique aux DOM-TOM, après avoir consulté la Commission supérieure des conventions collectives. Cette hausse est une première étape. L'augmentation du pouvoir d'achat du SMICsera en effet poursuivie au-cours des prochains mois et des prochaines années de façon à rattraper le retard pris. Le gouvernement engage les employeurs et les salariés à éviter de réper cuter la hausse du SMIC sur toute la hiérarchie des rémunérations. Les cotisations sociales appliquées jusqu'à un salaire égal à 1,2 fois le montant du SMIC seront réduites de façon à compenser à hauteur de 50 % les charges des entreprises résultant de l'augmentation du SMIC.
- Cette décision, de caractère exceptionnel, exprime la volonté du gouvernement d'alléger, dans l'immédiat, les charges sociales qui frappent les entreprises - et notamment les PME, les PMI et les entreprises de "main-d'oeuvre" - avant d'engager une réforme de l'assiette des cotisations patronales permettant de défendre l'emploi, de favoriser l'investissement et de créer de nouveaux et de nombreux postes de travail.