Interview de Mme Marielle de Sarnez, ministre des affaires européennes, avec Europe 1 le 31 mai 2017, sur l'enquête préliminaire pour abus de confiance concernant des parlementaires européens, l'affaire Richard Ferrand et sur les relations avec les Etats-Unis et la Russie.

Texte intégral


FABIEN NAMIAS
Bonjour Marielle DE SARNEZ.
MARIELLE DE SARNEZ
Bonjour.
FABIEN NAMIAS
Etiez-vous informée qu'une enquête préliminaire pour abus de confiance vous concernant était ouverte après la dénonciation du Front national qui a été rendue publique hier ?
MARIELLE DE SARNEZ
Vous voulez dire concernant 19 parlementaires européens, je pense ? Non, je n'étais pas informée et je pense que les autres parlementaires non plus.
FABIEN NAMIAS
Comme certaines affaires dites sensibles sont signalées au garde des Sceaux, les principaux concernés ne sont pas au courant - ce qui permet aux enquêteurs de travailler tranquillement - mais les gardes des Sceaux sont par moment signalés, le ministre de la Justice François BAYROU dont vous êtes une alliée politique n'a pas été mis au courant lorsqu'il a pris ses fonctions, il ne vous en avait pas parlé ?
MARIELLE DE SARNEZ
Non, bien sûr que non.
FABIEN NAMIAS
Donc, vous n'étiez absolument pas au courant...
MARIELLE DE SARNEZ
Mais absolument pas, je l'ai appris par la presse.
FABIEN NAMIAS
Vous avez découvert par la presse ce qui a été dit hier ?
MARIELLE DE SARNEZ
Absolument.
FABIEN NAMIAS
François BAYROU qui, on l'a entendu dans les journaux ce matin d'ailleurs, a été critiqué par des magistrats pour avoir retweeté votre communiqué hier annonçant votre plainte : « c'est une forme de pression sur les magistrats » dit ce matin FO sur Europe 1 ?
MARIELLE DE SARNEZ
Ce n'est pas mon communiqué, il n'a pas retweeté ce communiqué, il a retweeté le communiqué que j'ai fait disant que j'avais une assistante, disant...
FABIEN NAMIAS
Oui. Mais enfin c'est votre communiqué Marielle DE SARNEZ, si ?
MARIELLE DE SARNEZ
Non, mais par sur la plainte. Vous savez ce n'est pas mal d'essayer d'être précis dans tout ce truc-là...
FABIEN NAMIAS
Alors c'est dans ce communiqué qu'une plainte est annoncée ?
MARIELLE DE SARNEZ
Dans ce communiqué je disais la réalité du travail de mon assistante, comme d'ailleurs je pense l'ensemble de mes collègues députés européens. Mais est-ce qu'on peut aller plus loin ? C'est-à-dire que moi j'ai décidé effectivement de porter plainte hier matin...
FABIEN NAMIAS
Non. Simplement, au nom de la séparation des pouvoirs, vous trouvez normal que le ministre de la Justice retweete un communiqué dans une affaire...
MARIELLE DE SARNEZ
Mais ce n'est pas le ministre, François BAYROU c'est aussi un homme public, c'est aussi un homme politique, c'est aussi un citoyen...
FABIEN NAMIAS
Ah ! Mais il est garde des Sceaux aujourd'hui.
MARIELLE DE SARNEZ
Et il a le droit de s'exprimer sur Twitter en tant que tel comme citoyen et pas comme ministre.
FABIEN NAMIAS
Donc, les remarques et les critiques faites par certains magistrats ce matin vous semblent parfaitement infondées ?
MARIELLE DE SARNEZ
Il faut toujours écouter les remarques et les critiques, c'est toujours très intéressant d'en tenir compte, mais en même temps un homme public c'est aussi quelqu'un qui a sa forme de liberté.
FABIEN NAMIAS
Cette plainte dont on parle à l'instant vous la déposez contre dénonciation calomnieuse, concrètement ça signifie que tout ce qui a été dit hier concernant votre collaboratrice est faux, vous n'aviez pas une collaboratrice qui travaillait pour vous, pour le Parlement européen, qui en même temps était élue régionale, tout ça est inexact ?
MARIELLE DE SARNEZ
Exactement, tout ça est faux...
FABIEN NAMIAS
Ah ! Bon.
MARIELLE DE SARNEZ
Tout ça ce sont des mensonges, c'est pourquoi j'ai porté plainte pour dénonciation calomnieuse, parce que moi je ne peux pas accepter au fond que le Front national salisse les parlementaires européens honnêtes pour couvrir leurs propres turpitudes – parce que c'est exactement de ça qu'il s'agit – d'ailleurs il suffisait d'écouter monsieur PHILIPPOT hier matin sur votre antenne, on essaie de salir tout le monde pour essayer de s'en sortir, moi je dis aux gens du Front national que nous n'avons pas les mêmes pratiques qu'eux et que nous, quand nous avons des assistants parlementaires, ils travaillent pour nous, ils font leur boulot. Vous savez pourquoi ? Parce que nous nous sommes des députés européens qui travaillons aussi au Parlement européen.
FABIEN NAMIAS
Mais alors le Front national, les concernant il y a une information judiciaire qui est ouverte - Marine LE PEN avait même été convoquée par la justice pendant l'élection présidentielle, elle ne s'est pas rendue à cette convocation...
MARIELLE DE SARNEZ
Oui ! Et le Parlement européen s'est saisi de cette question, comme vous le savez, concernant le Front national.
FABIEN NAMIAS
Mais pour bien comprendre ce dont on parle, parce que vous dites que c'est faux, mais vous nous confirmez que vous aviez bien une collaboratrice assistante parlementaire qui en même temps était élue régionale ?
MARIELLE DE SARNEZ
Et alors ?
FABIEN NAMIAS
Ah ! Mais je vous pose la question de savoir si c'est exact ?
MARIELLE DE SARNEZ
Quel est le problème ? On devrait avoir des collaborateurs ou des collaboratrices qui n'aient aucun mandat, on devrait avoir des collaborateurs ou des collaboratrices qui par exemple ne partagent pas les mêmes convictions que nous, ne sont pas de la même famille politique que nous ? Ecoutez-moi ce n'est pas du tout ma vision des choses, à partir du moment où tout se fait...
FABIEN NAMIAS
Et, en même temps, ce n'est pas ce qui a été reproché au Front national également, qu'est-ce qui fonde la différence ?
MARIELLE DE SARNEZ
Pas du tout, mais là vous faites des confusions incroyables.
FABIEN NAMIAS
Non, je vous pose des questions pour comprendre quelle est la différence.
MARIELLE DE SARNEZ
Ce qui a été reproché au Front national ce sont des emplois fictifs, c'est-à-dire que le Parlement européen avec l'argent européen finance des assistants parlementaires de députés européens Front national mais ces assistants parlementaires ne travaillent pas pour leurs députés, ça s'appelle un emploi fictif, fictif - vous voyez - mais ce n'est pas du tout le cas de mes assistants parlementaires ou des assistants parlementaires des députés européens qui sont mis en cause.
FABIEN NAMIAS
Là il est question concernant cet emploi du dernier mandat en cours, est-ce que vous aviez des assistants - cette personne ou d'autres avant – qui étaient dans la même situation lors de vos mandats précédents ?
MARIELLE DE SARNEZ
Jamais, voilà, jamais. Nous, nous n'avons pas les mêmes pratiques que le Front national : 1) on n'a pas les mêmes pratiques ; 2°) nous sommes des députés européens qui travaillons, vous savez moi j'ai été, j'ai eu la chance d'être classée dans les 2ème ou 3ème députés en présence, en activité au Parlement européen, ça ne peut pas se faire sans des assistants parlementaires qui bossent vraiment avec vous.
FABIEN NAMIAS
Corinne LEPAGE, qui est une ancienne...
MARIELLE DE SARNEZ
Une bienveillante !
FABIEN NAMIAS
Bienveillante, je ne sais pas, mais en tout cas qui a été au MoDem à vos côtés...
MARIELLE DE SARNEZ
Elle a été au MoDem assez rapidement, elle s'est fait élire députée européenne et le soir même elle est partie.
FABIEN NAMIAS
Mais elle y a été néanmoins. Elle a affirmé dans un livre, paru il y a deux ans – elle l'a répété sur cette antenne, sur Europe hier – que la secrétaire particulière de François BAYROU était payée par le biais de votre enveloppe à vous ?
MARIELLE DE SARNEZ
C'est un mensonge, c'est faux, c'est un mensonge, d'ailleurs notre avocat a eu madame LEPAGE au téléphone et il lui a dit qu'il tenait à sa disposition les feuilles de salaire de l'assistante en question toutes payées par le MoDem.
FABIEN NAMIAS
Mais si c'est faux pourquoi est-ce que vous ne portez pas plainte en diffamation, comme vous l'avez fait hier sur ce qui a dit sur le Front national ?
MARIELLE DE SARNEZ
Je peux me spécialiser dans le dépôt de plaintes....
FABIEN NAMIAS
Non, mais c'est une accusation grave.
MARIELLE DE SARNEZ
Je peux me spécialiser dans le dépôt de plaintes, c'est un mensonge oui ce qu'elle dit, c'est totalement faux - et notre avocat le lui a redit encore récemment au téléphone – je peux me spécialiser. Vous savez là j'ai porté plainte hier, c'est la première fois de ma vie que je porte plainte, parce que je trouve qu'il y a un moment où ça suffit et ça va.
FABIEN NAMIAS
Il y a un sondage qui a été évoqué ce matin à l'antenne, HARRIS INTERACTIVE, qui indique qu'une majorité de Français souhaite votre démission ainsi que celle de Richard FERRAND d'ailleurs, est-ce que vous avez pensé hier dans la journée à démissionner Marielle DE SARNEZ ?
MARIELLE DE SARNEZ
Ecoutez-moi je ne suis absolument pas accro au pouvoir, ce qui m'intéresse c'est de pouvoir faire des choses, mais j'ai une grande liberté au fond, je suis détendue par rapport à la question du pouvoir, mais par contre-pouvoir faire avancer les choses ça ça m'intéresse, pouvoir défendre l'idée européenne ça ça m'intéresse. Parce que je voudrais dire deux mots sur les collègues qui sont mis en cause avec moi dans cette affaire, qui d'ailleurs portent plainte...
FABIEN NAMIAS
Mais là vous n'avez pas... juste vous n'avez pas répondu à ma question, est-ce que oui ou non vous avez songé à démissionner ?
MARIELLE DE SARNEZ
Vous savez quoi vous posez les questions que vous avez envie de poser et moi je vous réponds comme j'ai envie de vous répondre...
FABIEN NAMIAS
Ah ! Elles peuvent appeler des réponses et en plus là sincèrement c'est plus simple comme question, je ne peux pas trouver mieux : est-ce que vous avez oui ou non songé à démissionner hier ?
MARIELLE DE SARNEZ
Je vous ai répondu que je n'étais absolument pas accro au pouvoir, mais je n'ai pas envie de répondre à votre question parce que ce n'était pas du tout mon état d'esprit hier. Mon état d'esprit...
FABIEN NAMIAS
Vous en avez parlé avec le président de la République, Emmanuel MACRON ?
MARIELLE DE SARNEZ
Pas du tout, pas du tout.
FABIEN NAMIAS
Pas du tout, vous n'avez pas échangé à ce sujet ?
MARIELLE DE SARNEZ
Mais pas du tout. Vous voyez j'ai travaillé sur la question européenne puisque ce matin au conseil des ministres nous allons avancer sur la question de l'Europe contrairement à ce que veut le Front national, parce que je voudrais juste finir là-dessus, tous les collègues qui sont mis en cause, j'en connais de très, très nombreux, ils étaient dans ma commission Commerce international : des écolos, des gens de droite, des gens de gauche, tous ces gens-là travaillent pour défendre les intérêts des Français en Europe, on a travaillé sur la défense des intérêts commerciaux, on a travaillé contre le dumping... et dans cette commission où il y a Marine LE PEN, elle, on ne l'a jamais vu, jamais un rapport, jamais une présence, jamais d'amendement et, donc, vous voyez bien que le Front national a un rapport avec non seulement son activité au Parlement européen mais en même temps avec l'idée même européenne qui évidemment est à l'opposé de ce que je pense.
FABIEN NAMIAS
On va parler de l'Europe évidemment ! Mais un mot sur la prestation hier soir au 20h00 de France 2 d'Edouard PHILIPPE qui a confirmé, il ne s'est pas exprimé sur vous d'ailleurs, mais il a confirmé que Richard FERRAND restait au gouvernement, en même temps en admettant une exaspération – c'est son mot – des Français. Ce n'est pas un peu le retour de la vieille politique que vous dénoncez tout ça, c'est-à-dire on dit : « il y a un problème » et en même temps on ferme les yeux ?
MARIELLE DE SARNEZ
Ecoutez sur le cas dont vous parlez...
FABIEN NAMIAS
Richard FERRAND !
MARIELLE DE SARNEZ
Celui de Richard FERRAND, moi je crois à la justice, c'est exactement la même chose, je crois parfaitement à ça, le procureur pour le moment ne s'est pas saisi...
FABIEN NAMIAS
Mais la justice pour l'instant elle n'a pas... elle ne s'est pas saisie.
MARIELLE DE SARNEZ
Il ne s'est pas saisi. Qu'est-ce que vous voulez que j'ajoute à ça ? Rien !
FABIEN NAMIAS
Oui. Mais la justice ne s'est saisie et il y a un projet de loi qui sera discuté, c'est le 14 juin en conseil des ministres, sur la moralisation de la vie publique...
MARIELLE DE SARNEZ
Oui.
FABIEN NAMIAS
Qui sera porté par François BAYROU.
MARIELLE DE SARNEZ
Oui.
FABIEN NAMIAS
Donc il y a la justice et il y a la morale, je reprends le terme, l'intitulé de ce projet de loi, moralisation de la vie politique. Est-ce qu'à vos yeux le maintien de Richard FERRAND aujourd'hui au gouvernement, il ne s'agit pas de savoir s'il est légal, pas légal, etc. – puisque pour l'instant rien d'illégal n'est reproché – mais est-ce qu'il est moral ?
MARIELLE DE SARNEZ
Ecoutez d'abord moi le mot moral il est dans la loi, moi je préfère l'appeler... au fond c'est une loi pour moi plus de normalisation, c'est-à-dire qu'on va enfin se mettre aux normes de nos voisins européens en matière de vie publique...
FABIEN NAMIAS
Mais Richard FERRAND au gouvernement est-ce que c'est moral ou normal si c'est le mot que vous employez ?
MARIELLE DE SARNEZ
Ecoutez le Premier ministre l'a confirmé hier soir, moi je n'ai rien d'autre à ajouter. Je n'ai pas du tout envie de passer cette émission à parler de personnes et de dossiers que je ne connais pas, moi ce que je sais c'est que je crois en la justice, le Parquet n'a pas saisi, je pense qu'il a ses raisons s'il ne saisit pas.
FABIEN NAMIAS
On en parle aussi puisque la transparence et la morale ont été au coeur de la campagne d'Emmanuel MACRON et ont été l'une des raisons qui a poussé François BAYROU, dont vous êtes proche politiquement, à rejoindre Emmanuel MACRON.
MARIELLE DE SARNEZ
Absolument, c'est évident qu'on a une vie publique à normaliser, c'est évident. On a des pratiques, je pense à la réserve parlementaire, je pense aux micro-partis, des tas de choses que nos pays voisins européens n'ont pas et qu'il faut changer chez nous.
FABIEN NAMIAS
Vous êtes ministre des Affaires européennes, vous étiez en Allemagne hier, au même moment Donald TRUMP postait un tweet dont il a le secret : « nous avons un ENORME déficit, ENORME en majuscule, commercial avec l'Allemagne, c'est très mauvais pour les Etats-Unis, ça va changer ». Il y a quelques mois Manuel VALLS avait parlé de déclaration de guerre à l'Europe en évoquant les saillies du président américain, déclaration de guerre c'est un terme que vous reprendriez à votre compte ?
MARIELLE DE SARNEZ
Moi je préfère reprendre la phrase d'Angela MERKEL, qui dit quelque chose que je trouve tout à fait intelligent et profond, elle dit : « désormais il faut compter sur nos propres forces », c'est exactement ce qu'elle a déclaré, je pense que c'est une phrase très importante parce que ça nous oblige nous européens à aller de l'avant et à avancer sur nos propres forces.
FABIEN NAMIAS
Ce matin Vladimir POUTINE parle dans Le Figaro, il dit ne s'attendre à rien de bon du président des Etats-Unis, c'est un nouvel allié pour l'Europe aujourd'hui Vladimir POUTINE ?
MARIELLE DE SARNEZ
C'est une grande puissance, il faut parler avec lui, c'est ce qu'Emmanuel MACRON a fait, mais on a des différends : l'Ukraine et la Syrie.
FABIEN NAMIAS
Et l'Ukraine d'ailleurs il n'évoque pas la tenue d'un sommet, comme ça été fait par le président de la République lundi, vous avez bon espoir que ce sommet puisse se tenir sur l'Ukraine avec la Russie ?
MARIELLE DE SARNEZ
J'ai bon espoir qu'on puisse avancer sur la réalisation des accords de Minsk.
FABIEN NAMIAS
Mais il n'y a pas de date. Marielle DE SARNEZ, on a appris ce matin qu'un attentat avait eu lieu à Kaboul dans le quartier des ambassades, il y aurait plusieurs morts, est-ce que vous savez si l'ambassade de France a été touchée ?
MARIELLE DE SARNEZ
Je sais les informations dont je dispose-là à l'instant c'est qu'il y a des dégâts matériels dans l'ambassade de France, il y a aussi des dégâts matériels dans l'ambassade d'Allemagne et je n'ai pas d'autres renseignements pour le moment sur la question des personnes.
FABIEN NAMIAS
Mais pas de victime à votre connaissance pour l'ambassade de France ?
MARIELLE DE SARNEZ
Pour le moment, mais je suis extrêmement prudente.
THOMAS SOTTO
Merci Marielle DE SARNEZ d'être venue ce matin.
MARIELLE DE SARNEZ
Merci à vous.
THOMAS SOTTO
Je regardais, puisque vous parliez de Twitter avec Fabien, le compte de François BAYROU a changé, sa bio en fait, il a enlevé la mention « ministre d'Etat, garde des Sceaux, ministre de la Justice » pour la remplacer par « maire de la ville de Pau », c'est quoi, il en a déjà marre ou c'est parce qu'il s'est rendu compte qu'il n'aurait pas du retweeter votre communiqué hier ?
MARIELLE DE SARNEZ
Je crois qu'il assume totalement d'avoir retweeté, François BAYROU c'est un homme politique public... Voilà ! Et peut-être qu'il a trouvé que ce que je disais était fondée et que c'était bien de le retweeter et, donc, je trouve ça plutôt sympathique.
THOMAS SOTTO
Mais pourquoi enlever « garde des Sceaux » sur sa biographie ?
MARIELLE DE SARNEZ
Ecoutez, vous demanderez ça à son service de com.
THOMAS SOTTO
D'accord, on filera au service de com pour avoir des réponses, merci beaucoup Marielle DE SARNEZ d'être venue ce matin sur Europe 1...
MARIELLE DE SARNEZ
Merci.
Source : Service d'information du Gouvernement, le 1er juin 2017