Interview de M. Pierre Bérégovoy, Premier ministre, à RTL le 22 juillet 1992, sur la ratification du traité de Maastricht et la situation économique et monétaire.

Résumé

Le débat sur Maastricht : volonté de dissocier l'enjeu européen et la politique intérieure (mise au point sur les prises de position de M. Giscard d'Estaing)-commentaires sur les positions des opposants à la ratification ("Le cartel des non du refus") et argumentation en faveur du oui au référendum (pas de deuxième chance en cas de non, possibilité d'amélioration ultérieure, nécessité d'une unité économique et monétaire et d'une "Allemagne européenne").<br>- Analyse de la situation économique internationale (appel à une coopération monétaire et économique selon les accords du Plaza) et des effets de la conjoncture américaine et de l'augmentation des taux d'intérêt par la Bundesbank (nécessité de "plus d'Europe"), bilan satisfaisant de la politique économique (appel au sang-froid des financiers et à la responsabilité de l'opposition)-commentaires sur le niveau du chômage et le programme pour les chômeurs de longue durée, sur la poursuite des délocalisations, sur les affaires liées au financement des partis politiques (appel au respect du secret de l'instruction, mise au point sur l'enquête préliminaire sur les activités de la société SNEP) et sur la localisation du futur Grand stade pour la coupe du monde de foot-ball.- 9 VUES