Interview de Mme Élisabeth Borne, ministre de la transition écologique et solidaire, à France Info le 19 juin 2020, sur le devenir des propositions de la Convention citoyenne sur le climat et le soutien de l'État aux secteurs aérien et ferroviaire.

Texte intégral

MARC FAUVELLE
Bonjour Élisabeth BORNE.

ÉliSABETH BORNE
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Cette fois c'est le grand jour, les 150 citoyens tirés au sort, les 150 membres de la Convention citoyenne sur le climat se réunissent aujourd'hui et pour 3 jours. Ils vont voter leurs dernières propositions, avant de les remettre ce dimanche à l'exécutif. Est-ce que vous leur dites : "lâchez-vous", ou "on se calme" ?

ÉliSABETH BORNE
Non, je pense que c'est ce qui leur a été demandé dès le départ, d'avoir des propositions fortes, parce que l'urgence climatique elle est là, et ce n'est pas avec des petites mesures qu'on va y répondre.

MARC FAUVELLE
Donc "lâchez-vous".

ÉliSABETH BORNE
Voilà, allez au bout de l'exercice et votez ce que vous pensez.

MARC FAUVELLE
Et on en fera quoi après ?

ÉliSABETH BORNE
Alors, ça a été dit par le président de la République, on attend beaucoup de ces propositions, et il y en a de différents types. Il y en a d'abord qui vont alimenter le plan de relance sur lequel on est en train de travailler, des propositions d'accélération de la rénovation des bâtiments ou des transports propres. Le président de la République l'a dit dimanche, ce sera au cœur du plan de relance. Ensuite ça dépend aussi du degré sur lequel ils ont, enfin jusqu'où ils ont été un dans la présentation de leurs propositions. Certaines sont finalisées, et la logique c'est qu'elles soient transmises sans filtre, soit au Parlement, soit à référendum, et puis il y en a d'autres qui nécessiteront encore du travail complémentaire, et on va voir avec les citoyens comment ce travail peut se poursuivre.

MARC FAUVELLE
Vous parliez de 19°, 19° maximum de chauffage par exemple, c'est envisageable ? Comme ils le préconisent. La mesure n'est pas encore définitivement votée.

ÉliSABETH BORNE
Je pense qu'on va d'abord laisser les citoyens aller au bout de leur exercice, et puis ensuite on verra sur ces propositions.

MARC FAUVELLE
Au ministère, il y a un thermostat, ça ne monte pas au au-delà de 19 ?

ÉliSABETH BORNE
Au ministère il fait chaud l'été, et il fait plutôt froid l'hiver. Ça n'est pas…

MARC FAUVELLE
On utilise la clim en été ?

ÉliSABETH BORNE
Non, moi je déteste la clim, donc ça n'est pas un exemple de bâtiment rénové. C'est un bâtiment un peu ancien.

RENAUD DELY
Mais ça, ça relève de la loi, ou du décret pardon, la hauteur, la chaleur du thermostat…

ÉliSABETH BORNE
Ça fait partie des recommandations que fait la convention…

RENAUD DELY
Mais vous, vous considérez que ça peut légitimement relever de la loi ?

ÉliSABETH BORNE
Je crois que si on prend un peu de recul, je pense que, moi je ne vais pas vous répondre mesure par mesure, d'abord parce que les citoyens ne les ont pas encore votées, et parce que je pense que ça leur tient à cœur, et moi je partage cette vision, le fait que réussir la transition écologique, c'est une démarche globale. Ça suppose de transformer toutes nos activités, ça suppose des changements des comportements individuels, et ce qui fait la force du travail qui a été fait pendant 9 mois par ces citoyens, et je pense qu'il faut leur rendre hommage, parce que pendant ces 9 mois il s'est passé des choses, on a tous vécu une crise sanitaire, comme on n'en a pas connu depuis des décennies ou qu'on n'a jamais connues dans notre pays, eh bien pendant ce temps-là ils ont continué à travailler, et voilà, c'est un travail global qui mérite d'être regardée comme tel.

MARC FAUVELLE
Justement, que vont devenir ces propositions, comment est-ce qu'elles vont être soumises ou pas aux parlementaires ? Ou est-ce qu'éventuellement le chef de l'État pourrait recourir à un référendum ? Ce matin le cinéaste écologiste engagé en faveur de l'écologie, Cyril DION, était l'invité de France Info, et il rappelait les engagements d'Emmanuel MACRON en la matière.

CYRIL DION
Ce à quoi il s'est engagé, c'est à ce qu'il passe sans filtre les propositions au Parlement, au référendum, ou à application réglementaire directe. Donc on sait déjà qu'il y aura un paquet pour le Parlement, ça c'est certain, et les citoyens devront décider quelles mesures pourraient aller au référendum, et ils pourraient choisir effectivement cette voie du référendum à choix multiples, qui éviterait que ce référendum devienne un plébiscite pour ou contre Emmanuel MACRON, ce qui n'est pas le sujet.

RENAUD DELY
Au vu de l'enjeu, Élisabeth BORNE, l'enjeu de la lutte contre le réchauffement climatique, est-ce qu'effectivement un référendum n'est pas indispensable ?

ÉliSABETH BORNE
Alors, d'abord les citoyens vont se prononcer sur le sujet. Donc on va leur laisser aussi là encore terminer leur travail. Je pense…

RENAUD DELY
S'ils demandent un référendum, il y aura un référendum.

ÉliSABETH BORNE
Je pense que le président de la République a eu l'occasion de leur dire, et c'est ce que Cyril DION évoquait, qu'effectivement un référendum est envisageable si les citoyens le demandent. Moi, à titre personnel, je pense que ça serait très bien un référendum sur des enjeux écologiques, parce que vous voyez, ce qui est frappant quand on regarde le travail qui a été fait par la convention, c'est que les citoyens, comme beaucoup de Français, ils avaient en tête que le réchauffement climatique c'est grave, ils ont aussi dit que tout le travail qu'ils ont fait, les échanges qu'ils ont eus avec les experts, leur ont montré qu'il y a vraiment urgence. Et qu'on ait ces débats dans le pays, je pense que c'est important, mais le président de la République leur a aussi dit qu'il reviendra dans quelques jours pour leur dire la suite qui sera donnée à leurs propositions.

MARC FAUVELLE
Votre position de ministre, Élisabeth BORNE, c'est si les citoyens décident de soumettre quelques-unes de ces propositions à référendum, il faut les suivre, très nettement.

ÉliSABETH BORNE
Moi je vous dis qu'à titre personnel, je pense que ça serait bien qu'on ait un référendum sur des enjeux écologiques. Ce n'est peut-être pas de référendum comme on l'a conçu dans la Vème République sur le traité constitutionnel, sur des sujets un peu institutionnels. C'est des sujets qui concernent le quotidien des Français. Sur des sujets où il y a des débats de société, ça peut être assez clivant, et je crois que c'est aussi important de souligner…

RENAUD DELY
Mais c'est toujours le risque d'un référendum. Vous pensez que le pays aujourd'hui serait en état effectivement de supporter une campagne, un référendum souvent c'est clivant, vous le disiez, ça scinde le pays en deux, il faut répondre par oui ou par non.

ÉliSABETH BORNE
Il y a des choix de société, et je crois que c'est vraiment l'esprit de la convention, de dire que les choix qui concernent les Français, eh bien c'est important que les Français soient acteurs des propositions. C'est déjà, enfin je pense vraiment à un vrai succès pour notre démocratie, qu'on ait montré que 150 citoyens peuvent travailler pendant 9 mois, d'arrache-pied, pour faire des propositions, et que le débat puisse se poursuivre dans la société. Je pense que c'est une bonne chose.

MARC FAUVELLE
A qui est-ce qu'ils vont remettre ce dimanche leurs conclusions ? Est-ce que c'est à vous ou est-ce que c'est à Emmanuel MACRON ?

ÉliSABETH BORNE
Alors, je vous confirme que c'est à moi qu'ils vont remettre leurs propositions, mais que le président de la République reviendra très vite pour échanger avec eux sur la suite qui sera donnée à leurs propositions.

MARC FAUVELLE
Il ne sera pas là dimanche.

ÉliSABETH BORNE
Je vous confirme que c'est…

MARC FAUVELLE
Ou il réserve son effet de surprise. Bon, vous n'avez pas envie de nous le dire 2 jours avant ce qu'on peut entendre. Il y a une proposition sur laquelle je voudrais vous entendre, Élisabeth BORNE, encore une fois elle n'est pas définitive, elle doit être soumise au vote de cette convention, dans les 3 jours qui viennent. Les 28 heures payées 35. Est-ce que vous imaginez ce gouvernement, votre gouvernement et le chef de l'État, mettre en place une mesure comme celle-ci, ou au moins la soumettre à référendum ?

ÉliSABETH BORNE
Enfin, j'insiste, laissons les citoyens terminer leur travail, laissons-les se prononcer sur ce sujet…

MARC FAUVELLE
S'ils disent oui, s'ils demandent un référendum sur ce point ?

ÉliSABETH BORNE
… ne réduisons pas le travail de 9 mois, à une mesure, et ça fait partie des sujets évidemment qui ont fait débat dans la convention, qui feraient certainement débat, et il faudrait que le débat puisse se poursuivre avec le pays.

RENAUD DELY
Vous évoquez la nécessité d'intégrer certaines de ces mesures au plan de relance, justement, et au contexte économique. La convention elle propose aussi des mesures pour limiter le recours au gazole, et au même moment on apprend que Bercy envisage de reporter d'un an la suppression d'un avantage fiscal qui est lié à l'utilisation de ce qu'on appelle le gazole non routier, pour justement venir en aide au BTP. Est-ce que là aussi…

ÉliSABETH BORNE
Vous imaginez que c'est un sujet qui me tient à cœur, que la fiscalité écologique, qu'on accélère plutôt que de ralentir, et c'est ce qu'on est en train de faire sur cette mesure, puisque la première étape…

MARC FAUVELLE
Là, vous ralentissez plutôt qu'accélérer.

ÉliSABETH BORNE
Puisque la première étape est différée, mais…

RENAUD DELY
Repoussée.

ÉliSABETH BORNE
La première étape est différée, mais c'était une suppression de cet avantage fiscal par étapes, et qu'in fine on le fera plus vite.

RENAUD DELY
Mais la première étape est repoussée.

ÉliSABETH BORNE
La première étape est repoussée, et la suppression totale se fera plus vite que prévu.

MARC FAUVELLE
Ça veut dire que c'est toujours Bercy qui gagne à la fin les arbitrages.

ÉliSABETH BORNE
Je pense que c'est votre présentation des choses, moi je…

MARC FAUVELLE
C'est une question, pardon, on n'a pas entendu le point d'interrogation à la fin, mais il y était.

ÉliSABETH BORNE
Depuis le début de la crise, moi je suis attentive à ce qu'on accélère sur la transition écologique et c'est ce qu'on va faire en sortie de crise.

MARC FAUVELLE
On va parler de cette convention, on va en parler également de ce qui se passe en ce moment chez AIR FRANCE, Élisabeth BORNE si vous le permettez. D'abord le "Fil info" à 08h40 avec Stéphane MILHOMME.

MARC FAUVELLE
Je retente ma chance, Élisabeth BORNE, sur une autre proposition qui est faite par les citoyens, la vitesse maximum à 110 km/h sur les autoroutes au lieu de 130, quand vous vous souvenez, et qu'on se souvient tous, de ce qui s'est passé quand le Premier ministre a abaissé la vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire, est-ce que vous vous dites que c'est envisageable, et est-ce que vous suivrez l'avis des citoyens ?

ÉliSABETH BORNE
Je le redis, cette proposition elle n'a pas été encore votée par les citoyens, la logique, et je crois que ce sera important qu'ils aient l'occasion d'expliquer pourquoi ils proposent un certain nombre de choses, la logique c'est que c'est clair que ça réduit les émissions de gaz à effet de serre, vous avez bien pointé que ça avait été mal reçu le 80 km/h…

MARC FAUVELLE
Je crois que ça n'avait échappé à personne.

ÉliSABETH BORNE
Voilà, vous avez raison, donc on va déjà voir ce que les citoyens vont faire sur cette proposition, sur laquelle ils vont devoir voter, déjà eux, ce week-end.

MARC FAUVELLE
Vous savez pourquoi la taxe carbone a disparu de leurs propositions ?

ÉliSABETH BORNE
Je pense qu'ils se sont posé beaucoup de questions sur effectivement leur souhait de ne pas être instrumentalisés, et ce sujet ils n'ont pas souhaité le réaborder, donc c'est leur choix, et ça montre qu'ils ont travaillé en toute indépendance.

RENAUD DELY
Élisabeth BORNE, parmi les secteurs économiques qui ont été durement touchés par la crise, il y a évidemment le secteur aérien, qui a été quasiment cloué au sol, l'État a volé au secours d'AIR FRANCE en avançant un prêt garanti de l'ordre de 7 milliards d'euros, et on vient d'apprendre que la compagnie envisage 8 000 suppressions d'emplois. Est-ce que vous saviez, au moment où le gouvernement a décidé d'avancer cette somme de 7 milliards d'euros, que la compagnie s'apprêtait à supprimer ces emplois ?

ÉliSABETH BORNE
Quand on a décidé de faire ce prêt garanti par l'État, je pense que c'était une question de survie pour AIR FRANCE. Il ne vous aura pas échappé que le transport aérien s'est effondré, je crois qu'il est tombé à 3 % de l'activité normale pour AIR FRANCE, et donc c'est un enjeu de survie, et on ne s'est pas posé de questions, parce que depuis le début de la crise notre objectif c'est de sauver nos entreprises et de sauver nos emplois, et si AIR FRANCE avait disparu, je crois que le sujet, eh bien voilà, il serait clair en termes d'emplois.

MARC FAUVELLE
Quand vous dites on ne s'est pas posé de questions, à aucun moment le patron d'AIR FRANCE, Ben SMITH, ne vous a dit "il faut m'aider, mais de toute façon il y aura des suppressions de postes" ?

ÉliSABETH BORNE
Attendez. Toutes les compagnies aériennes, dans le monde, ont un trafic qui s'est effondré, un trafic qui par ailleurs, durablement, ne retrouvera pas le niveau qu'il avait avant, donc c'est un enjeu de survie pour notre compagnie, on a évidemment…

RENAUD DELY
Donc AIR FRANCE doit en passer par là, doit passer par ces suppressions d'emplois ?

ÉliSABETH BORNE
Je ne vais pas commenter les chiffres, parce que vous savez, il y a une règle, c'est les syndicats qui ont la primeur de ce genre de plan, et la présentation elle se fera le 3 juillet devant les syndicats d'AIR FRANCE…

MARC FAUVELLE
Mais ça a été le cas, pardon Élisabeth BORNE, dans cette affaire, les syndicats en ont eu la primeur, ou vous en avez été informés avant eux et au moment de la négociation sur ce prêt ?

ÉliSABETH BORNE
Au moment de la négociation sur le prêt, on a demandé à la compagnie, évidemment de faire le nécessaire pour survivre, et ça me tenait aussi à cœur, et ça ne vous aura pas échappé aussi, pour accélérer sa transition écologique. Maintenant, les dirigeants de l'entreprise, ils travaillent pour préparer un plan, de survie et d'accélération de la transition écologique d'AIR FRANCE, la primeur elle sera donnée aux syndicats.

MARC FAUVELLE
Est-ce que ce prêt aujourd'hui il est remis en cause par ces suppressions de postes ou pas du tout ?

ÉliSABETH BORNE
Attendez, je pense que ce qui est en cause c'est la survie d'AIR FRANCE, voilà, c'est ça le sujet, et donc cette capacité à surmonter la crise en accélérant sa transition écologique. Le débat il doit se placer dans l'entreprise, avec les syndicats, et c'est ce que se fera le 3 juillet.

RENAUD DELY
Parmi les propositions de la convention il y a l'idée d'étendre justement ce que vous avez déjà demandé à AIR FRANCE en contrepartie de cette aide, c'est-à-dire d'envisager la suppression des vols intérieurs, la proposition du vraiment c'est 2 heures 30 lorsque le trajet, un trajet équivalent peut être fait en 2 heures 30 en train, la convention propose de l'étendre à 4 heures. Ça c'est la voie à suivre ?

ÉliSABETH BORNE
C'est une des propositions de la Convention, là encore ça n'a pas été voté par les citoyens, on verra ce week-end…

RENAUD DELY
Mais est-ce que ça ne peut pas mettre en danger un peu plus la compagnie AIR FRANCE puisque vous dites que la survie de cette compagnie est en danger ?

ÉliSABETH BORNE
Attendez, je pense qu'il y a des enjeux de survie de la compagnie sur l'ensemble de son activité, il y a un enjeu aussi, et voyez, on pourrait vouloir que les choses soient simples, blanc ou noir, mais les choses elles sont moins simples…

RENAUD DELY
Si on supprime les vols intérieurs on risque de plomber un peu plus AIR FRANCE.

ÉliSABETH BORNE
Eh bien quand on… et certains le poussent et trouvent qu'on ne va pas assez loin sur la réduction des vols, évidemment ça a des conséquences en termes d'emplois, donc c'est aux dirigeants de l'entreprise d'aller dans le sens de la feuille de route qui leur a été donnée par le gouvernement, c'est sauver la compagnie, réduire son empreinte environnementale, être une des compagnies les plus performantes de ce point de vue en France, le débat il doit avoir lieu d'abord dans l'entreprise.

MARC FAUVELLE
Il y aura des exceptions à cette règle au niveau local si des contraintes d'aménagement du territoire le demandent, la règle des 2 heures 30 pour remplacer l'avion par le train ?

ÉliSABETH BORNE
En fait, vous savez, en termes d'aménagement du territoire, je peux vous assurer que les villes, comme Aurillac, comme Tarbes, ce n'est pas 2 heures 30 en train, donc l'aménagement du territoire ce n'est pas des liaisons qui font 2 heures 30 en train.

MARC FAUVELLE
Un mot, Élisabeth BORNE, de ce que vient de décider l'Autriche pour tenter d'épargner justement ses compagnies aériennes classiques, l'Autriche a décidé d'interdire tous les vols low cost à moins de 40 euros, il n'y en n'aura plus bientôt, est-ce que c'est envisageable aujourd'hui en France pour permettre à AIR FRANCE de relever un peu la tête ?

ÉliSABETH BORNE
Vous savez que de dire que le transport aérien a un coût écologique, et qui doit être reflété dans le prix des billets, c'est aussi le sens de ce qu'on a fait, en mettant en place une éco-contribution sur les billets, donc voilà, moi, dans le sens, dans l'esprit, je suis tout à fait d'accord avec ce qui est fait, ensuite c'est aussi un débat de savoir quel doit être le prix des billets, est-ce que c'est au gouvernement de fixer des prix minimum, je pense que ça peut se débattre, en tout cas qu'il y ait une éco-contribution, c'est bien ce qu'on a fait.

MARC FAUVELLE
Ça peut se débattre, mais vous y êtes favorable qu'on y réfléchisse, en tout cas à limiter, qu'on ne voit plus des promotions sur des Toulouse-Milan à 19 euros… ?

ÉliSABETH BORNE
Je pense que c'est assez choquant qu'on vous laisse croire qu'un Paris-Marrakech, ou un Paris-Prague, ça coûte 15 euros, ça coûte beaucoup plus que ça à la planète.

MARC FAUVELLE
Et qui paye quand le passager paye 15 euros ?

ÉliSABETH BORNE
Enfin, moi je ne gère pas une compagnie aérienne, c'est des tarifs d'appel, mais je pense que ça donne aussi une fausse image, et ça reflète mal le coût environnemental du transport aérien.

RENAUD DELY
Mais là aussi on se heurte aux nécessités aujourd'hui de l'industrie touristique de redémarrer.

ÉliSABETH BORNE
Enfin, je pense qu'il y a d'autres façons de redémarrer, et vous savez par exemple il y a des TGV, la SNCF reviendra à haut niveau normal de trafic d'ici fin juin, et on a un excellent réseau ferroviaire qu'on peut utiliser en France.

RENAUD DELY
Justement la SNCF, Élisabeth BORNE, pour autant les réservations pour cet été redémarrent de façon très lente, que ce soit pour le mois de juillet et encore plus pour le mois d'août, on a évoqué le plan de relance, enfin le plan de soutien, le plan d'aide à AIR FRANCE, est-ce qu'il faut envisager aussi un plan d'aide du même ordre pour la SNCF ?

ÉliSABETH BORNE
D'abord, vous avez raison de dire que les réservations démarrent lentement, et je pense que c'est important que les Français aient confiance dans le train, on voit que la fréquentation…

RENAUD DELY
Pourquoi ce n'est pas le cas aujourd'hui, pourquoi ils n'ont pas confiance aujourd'hui ?

ÉliSABETH BORNE
On voit que la fréquentation des transports en commun elle est beaucoup plus faible qu'avant, évidemment, si c'est pour prendre la voiture, moi je le regrette, donc je pense que c'est important que tous les Français aient en tête que les trains sont désinfectés, qu'il y a du gel hydro-alcoolique, que le port du masque il reste obligatoire dans les trains, donc voilà, que c'est vraiment un mode de déplacement sûr. Et pour répondre à votre question, bien évidemment la SNCF elle a aussi subi des grosses difficultés financières du fait de la crise, son trafic est tombé très bas, et les quelques trains qui circulaient étaient peu remplis, donc bien évidemment on va aussi aider la SNCF à surmonter cette crise, c'est un mode de transport que moi je souhaite renforcer, donc il y aura, le moment venu, un plan pour soutenir la SNCF, s'assurer qu'elle continue les investissements, sans précédent, sur lesquels nous sommes engagés depuis le début du quinquennat, donc il y aura bien un soutien à la SNCF.

RENAUD DELY
Pour renflouer le trou, envisagé à la fin de l'année, de l'ordre de 6 milliards d'euros à la SNCF ?

ÉliSABETH BORNE
Enfin, c'est vous qui dites 6 milliards, ce que je vous dis c'est que, évidemment, on veut que la SNCF continue à pouvoir proposer des offres de trains, à des prix abordables par tous, et qu'on continue la modernisation du réseau, qui est indispensable, et on fera le nécessaire pour la SNCF.

MARC FAUVELLE
Pour résorber cette dette de la SNCF, Élisabeth BORNE, est-ce qu'il est envisagé qu'on augmente le prix des billets ?

ÉliSABETH BORNE
Ce n'est pas du tout le sens de ce qu'on demande à la SNCF, vous savez qu'ils vont avoir deux fois plus de billets à petits prix…

MARC FAUVELLE
Ça c'est pour cet été.

ÉliSABETH BORNE
Cet été, mais ce n'est évidemment pas la bonne réponse…

MARC FAUVELLE
A la rentrée il n'y aura pas de flambée des billets ?

ÉliSABETH BORNE
Ce n'est évidemment pas la bonne réponse, alors qu'on souhaite que de plus en plus de Français prennent le train plutôt que la voiture, ça serait un contresens total d'augmenter le prix des billets.

MARC FAUVELLE
Élisabeth BORNE, la ministre de la Transition écologique et solidaire est l'invitée de France Info jusqu'à 9h00, on s'interrompt quelques instants, le temps du fil info à 8h50.

-Fil Info-

MARC FAUVELLE
Élisabeth BORNE, il y a quelques jours un ours a été abattu dans le département de l'Ariège, vous savez qu'il l'a tué ?

ÉliSABETH BORNE
Non, moi je n'ai pas fait l'enquête de police. On a porté plainte. Moi j'ai tenu évidemment à ce qu'on réagisse immédiatement. C'est une espèce protégée, donc c'est absolument intolérable, l'enquête est en cours et je n'en ai pas les résultats.

MARC FAUVELLE
Il y avait une manifestation qui était prévue ce week-end dans ce département, à Foix, qui a été interdite par la préfecture en raison de menaces à l'ordre public. Vous trouvez ça normal qu'on ne puisse pas manifester ? Il y a un tel climat de tension aujourd'hui autour de l'ours qu'on ne puisse pas aller manifester pour le défendre ?

ÉliSABETH BORNE
Evidemment, je ne trouve pas normal qu'on ne puisse pas manifester dans le calme. Vous voyez, on évoquait la Convention citoyenne qui nous montre que c'est possible de débattre de sujets…

MARC FAUVELLE
Vous voulez dire qu'il faudrait faire une convention sur l'ours et réunir pendant 3 mois 150 partisans et opposants.

ÉliSABETH BORNE
Je ne suis pas en train de vous dire nécessairement ça, je suis en train de dire que je pense que c'est très important, et la Convention citoyenne le démontre, de se dire qu'on doit pouvoir évoquer des sujets compliqués, sur lesquels des gens ont un point de vue et d'autres ont un point de vue radicalement différent, mais de le faire dans le calme. Et c'est ce que j'espère qu'on puisse faire sur cette question de l'ours, qui est une espèce protégée, qui fait partie de l'identité des Pyrénées. Evidemment il y a des éleveurs qui trouvent que ça les met en difficulté, moi je souhaite que ce débat il puisse se faire de façon apaisée.

MARC FAUVELLE
Et quand des associations proposent une prime de 30 000 euros pour obtenir des informations sur celui qui a tué cet ours, c'est-ce que ça, ça participe du calme que vous souhaitez ?

ÉliSABETH BORNE
Je pense que la bonne démarche, c'est qu'immédiatement moi j'ai souhaité qu'on dépose plainte, c'est-ce que la préfète a fait, et il y a une enquête judiciaire, et c'est comme ça…

RENAUD DELY
C'est légal cette prime de 30 000 euros.

ÉliSABETH BORNE
Je ne sais pas si c'est légal, en tout cas la bonne méthode c'est l'enquête judiciaire.

RENAUD DELY
Donc vous comptez, vous n'approuvez pas cet appel à la prime.

ÉliSABETH BORNE
Je pense que c'est très important que sur des sujets compliqués comme l'intérêt d'avoir des ours dans les Pyrénées, parce que ça fait partie du patrimoine naturel des Pyrénées, et en même temps des éleveurs peuvent nous dire qu'ils sont en difficulté, qu'évidemment on les accompagne, je pense que c'est important qu'on puisse avoir des débats de façon apaisée.

MARC FAUVELLE
Il y a 2 mois, Élisabeth BORNE, une autre source a été retrouvé mort, c'était Cachou, je ne sais pas si c'est un mâle ou une femelle, je ne suis pas très fort en ours, a été retrouvé mort mais de l'autre côté de la frontière, c'est-à-dire côté espagnol, on n'a jamais connu les résultats de l'autopsie, les Espagnols ne l'ont pas dévoilée, vous savez pourquoi ?

ÉliSABETH BORNE
Je ne sais pas, je peux vous dire qu'on demande et on va continuer à demander à nos voisins espagnols d'avoir les résultats de cette autopsie.

MARC FAUVELLE
Et qu'est-ce qu'on vous répond ?

ÉliSABETH BORNE
On va continuer à insister pour avoir ces résultats.

MARC FAUVELLE
… la mort de Cachou ?

ÉliSABETH BORNE
Ça doit être ça, vous voyez, en tout cas en France on aura une enquête judiciaire.

RENAUD DELY
Certains ont évoqué un empoisonnement, c'est une piste ?

ÉliSABETH BORNE
Franchement, je ne vais pas vous donner l'autopsie de Cachou que je n'ai pas, mais donc voilà, je pense que… en France on aura une enquête judiciaire, et franchement, le point important, c'est vraiment que, sur des sujets comme ça, il faut être capable d'avoir des débats apaisés, c'est ce que la Convention citoyenne nous montre, que sur des sujets compliqués 150 citoyens sont capables de trouver parfois des consensus, ou en tout cas des compromis, et c'est ce que, je pense, on doit faire sur tous les sujets.

MARC FAUVELLE
Le plan vélo, Élisabeth BORNE, vous avez annoncé il y a quelques semaines une aide de 50 euros pour tous ceux qui voulaient faire réparer leur vélo, combien de Français en ont bénéficié, vous le savez ?

ÉliSABETH BORNE
Alors c'est un succès incroyable puisque, aujourd'hui on doit être à plus de 200 000 vélos réparés, vous savez qu'au départ on était parti de l'idée d'accompagner 300 000 réparations, ça marche tellement bien que moi j'ai triplé le plan et qu'on mon vise 1 million de vélos réparés d'ici la fin de l'année.

MARC FAUVELLE
C'est donc valable jusqu'à la fin de l'année ?

ÉliSABETH BORNE
C'est valable jusqu'à la fin de l'année, moi je trouve que c'est un dispositif formidable, je trouve que le vélo c'est un mode de déplacement qui, en tout temps, est effectivement une bonne réponse, parce que c'est écologique, parce que ça coûte pas cher, parce que c'est bon pour la santé, et moi je suis vraiment très heureuse de voir que les Français se sont emparés de ce dispositif, voyez, en 1,5 mois, 200 000 vélos réparés.

MARC FAUVELLE
Je ne sais pas si vous entendu le débat des municipales avant-hier à Paris entre les trois candidates, mais votre candidate, Agnès BUZYN, a dit "moi je ne fais pas de vélo, c'est trop dangereux".

ÉliSABETH BORNE
Ecoutez, moi j'aime beaucoup le vélo, et j'en fais quand je peux.

RENAUD DELY
A propos des municipales, alors sans citer de villes ou de candidats, pour des raisons de temps de parole…

MARC FAUVELLE
Ah oui, j'avais oublié les règles du CSA, que je vais réexpliquer aux auditeurs, aux téléspectateurs, on n'a pas le droit de parler d'une ville précisément, Élisabeth BORNE, parce que si vous apportez votre soutien à une candidate ou à un candidat, il faut qu'on donne le même temps de parole à tous les autres.

RENAUD DELY
Donc on ne va pas parler, ni de villes, ni de candidats…

ÉliSABETH BORNE
Donc partout en France je suis favorable à maintenir les pistes cyclables temporaires, et du coup l'État accompagne toutes les collectivités, quelles qu'elles soient, pour maintenir…

RENAUD DELY
L'écologie est une priorité du gouvernement, vous l'avez expliqué tout au long de cette émission, et pour autant, dans de nombreuses villes, qu'on ne citera pas donc, La République en marche s'allie avec la droite pour faire barrage aux écologistes.

ÉliSABETH BORNE
Oui, enfin je pense que certains disent ça, La République en marche…

RENAUD DELY
Ce sont des faits.

ÉliSABETH BORNE
Elle est, depuis l'origine, dans le dépassement des clivages, et l'écologie elle la porte, enfin voyez, il n'y a pas un monopole de l'écologie qui serait détenu par un parti, tous nos candidats portent des projets écologiques partout en France.

RENAUD DELY
Mais des maires étiquetés Europe Ecologie-Les Verts pourraient être des alliés pour vous aider à porter vos projets.

ÉliSABETH BORNE
Je pense que nos candidats ils portent l'écologie, sur le terrain, comme nous le faisons, et si des alliances n'ont pas pu se faire, c'est des sujets de projets locaux, ou de volonté des uns et des autres, moi je ne vais pas le commenter ici. En tout cas, pour revenir aux pistes cyclables, je souhaite qu'elles soient toutes maintenues dans toutes les villes en France, et on accompagne financièrement les collectivités pour le faire.

RENAUD DELY
Donc ça veut dire que des candidats écologistes ne sont pas forcément des dangers, comme certains des candidats La République en marche, alliés notamment à la droite…

MARC FAUVELLE
Dans des villes dont on ne donnera pas le nom ici-même.

RENAUD DELY
Il y a une vraie contradiction en termes d'alliances électorales.

ÉliSABETH BORNE
Je vous dis, nos candidats portent des projets écologiques, ensuite…

RENAUD DELY
C'est la vraie écologie, les candidats d'Europe Ecologie-Les Verts ce ne sont pas des projets écologistes ?

ÉliSABETH BORNE
Je ne suis pas en train de vous dire que systématiquement ils ne portent pas des projets écologiques, je suis en train de vous dire que nos candidats portent des projets écologiques, ensuite, quand il y a des circonstances qui font que des alliances ne sont pas possibles, je ne vais pas le commenter maintenant.

MARC FAUVELLE
Et elle va être longue cette fin de campagne sans donner les noms des villes, on salue évidemment au passage nos amis du CSA. Merci beaucoup Élisabeth BORNE.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 juin 2020