Interview de Mme Roselyne Bachelot, ministre de la culture, à RTL le 16 mars 2021, sur les "protocoles robustes" et adaptés aux différents lieux culturels en préparation et les aides de l'état pour la culture face à la crise sanitaire notamment pour le cinéma.

Texte intégral

ALBA VENTURA
Bonjour Roselyne BACHELOT.

ROSELYNE BACHELOT
Bonjour Alba VENTURA.

ALBA VENTURA
Seuil critique, sursis, situation bientôt hors de contrôle, des semaines perdues, voilà ce que l'on entend de la part des scientifiques, et on le constate avec des déprogrammations dans les hôpitaux, des transferts de malades, notamment pour ce qui est de l'Ile-de-France. Le président MACRON a dit hier « nous aurons à prendre, dans les jours qui viennent, sans doute de nouvelles décisions adaptées et proportionnées. » Avec une déclaration comme ça, Madame la ministre, on a raison de s'inquiéter, notamment dans le monde de la culture ?

ROSELYNE BACHELOT
On a raison de s'inquiéter de la situation sanitaire effectivement, mais le président a aussi ouvert un message d'espoir en disant que nous étions en train de travailler à donner de la visibilité à la réouverture des lieux de culture, des lieux de sport, et d'autres lieux de convivialité. D'ailleurs c'est ce que nous faisons, au ministère de la Culture, en préparant des protocoles robustes et adaptés aux différents lieux culturels.

ALBA VENTURA
C'est-à-dire des tests en fait, pour tester ?

ROSELYNE BACHELOT
Oui, toutes sortes de travaux, sur les tests, sur les jauges, sur les conditions de sécurité, sur le développement de ce qu'on appelle les outils numériques, comme les QR codes qui permettent de retracer éventuellement des zones de contaminations.

ALBA VENTURA
C'est ça robustes, quand vous dites des protocoles robustes ?

ROSELYNE BACHELOT
Oui, des protocoles robustes, nous sommes en train d'y travailler, parce que bien entendu nous voyons les aléas de la pandémie et il va falloir s'en sortir, on ne peut pas attendre que la pandémie disparaisse, je crois qu'elle restera longtemps notre compagne de vie, avec toutes sortes de catastrophes qui peuvent arriver, donc nous sommes en train de bâtir, avec les professionnels, ces protocoles.

ALBA VENTURA
Mais alors, que dites-vous ce matin à tous les professionnelles, quelle perspective vous leur donnez ? Regardez, à New York ils viennent de leur dire « les salles de spectacle vont rouvrir le 2 avril », est-ce que vous leur dites « pour le mois d'avril faites une croix mes amis, on se donne rendez-vous au mois de mai » ?

ROSELYNE BACHELOT
Je n'en suis pas encore à faire ce type d'annonce, moi je ne veux pas prendre d'exemple sur les Etats-Unis, qui n'accompagnent pas absolument pas leur monde culturel, et qui les ont laissé vraiment sans la moindre aide, etc., nous nous ne sommes pas dans cette politique-là, nous nous sommes aux côtés du monde de la culture et nous le sommes massivement, aux côtés du monde du théâtre, du théâtre vivant, du cinéma, des festivals, de toutes les formes de spectacle, donc moi je ne suis pas dans le système américain, et je ne le serai jamais.

ALBA VENTURA
Il y a des festivals qui auront lieu cet été, est-ce que vous pouvez déjà leur dire qu'ils seront maintenus, est-ce que ça c'est quelque chose que vous pouvez dire ?

ROSELYNE BACHELOT
C'est quelque chose que nous avons travaillé, et je dois dire, sauf une catastrophe absolument impossible dans la pandémie, il y aura des festivals cet été.

ALBA VENTURA
Et vous aviez ouvert la porte au deuxième trimestre, donc, deuxième trimestre, si je compte bien, c'est avril, mai, juin, donc là vous n'êtes pas sûre encore ?

ROSELYNE BACHELOT
Ecoutez, moi ce que je veux c'est avoir un message résolument optimiste, je dis aux équipes on travaille, on travaille, on fait des répétitions, on se met en position d'être apte à ouvrir ces festivals, à ouvrir des lieux de culture, si une catastrophe se produisait, bien entendu nous serions à leurs côtés pour les indemniser, et c'est ça le plus important.

ALBA VENTURA
On va en parler. Puisque j'ai aussi une ancienne ministre de la Santé en face de moi, je vous pose cette question, est-ce qu'il faut se méfier du vaccin ASTRAZENECA ?

ROSELYNE BACHELOT
Ecoutez, je ne vais pas répondre sur ces questions-là, ça c'est le boulot d'Olivier VERAN, moi je dis une seule chose, il faut se faire vacciner, ça c'est tout à fait important. On a vacciné avec ASTRAZENECA, les effets secondaires ont été quand même très minoritaires par rapport au nombre de millions de personnes qui ont été vaccinées, maintenant je laisse Olivier VERAN prendre les décisions et faire les annonces sur ce sujet, je ne suis pas non plus ministre, je ne sais pas, des Sports, des Finances…

ALBA VENTURA
Vous avez été vaccinée vous ?

ROSELYNE BACHELOT
Je suis vaccinée bientôt, je suis rentrée dans les publics prioritaires.

ALBA VENTURA
D'une manière plus générale, Roselyne BACHELOT, est-ce que dans une crise comme ça on prend forcément des décisions impopulaires ? Vous avez été aux premières loges, vous avez été ministre de la Santé en pleine crise.

ROSELYNE BACHELOT
Est-ce qu'on prend des décisions impopulaires ? moi je pense qu'on ne prend pas des décisions impopulaires, on prend des décisions difficiles, parce que quand je vois certaines réactions, comme si c'était une sorte de plaisir pervers et sadique que nous aurions à fermer des lieux de culture, mais moi je ne rêve que d'une chose, c'est que les lieux de culture ouvrent, marchent, fonctionnent, qu'on puisse s'y retrouver. Nous apportons toutes les aides possibles, elles sont inégalées dans le monde les aides que nous apportons à la culture, 7 milliards l'an dernier pour soutenir tous ces lieux culturels, à la fois par des mesures transversales, des mesures sectorielles adaptées. Regardez par exemple ce que nous avons fait, en quelques jours, pour aider le monde de la culture et du théâtre vivant, 100 millions d'euros. Nous avons 30 millions d'euros pour aider les festivals, 20 millions sur l'emploi artistique, 17 millions pour un fonds d'urgence pour les gens qui ne relèvent pas de l'intermittence du spectacle, 22 millions pour les artistes auteurs…

ALBA VENTURA
Et donc vous voulez dire quoi, que les Français ne s'en rendent pas compte ?

ROSELYNE BACHELOT
15 millions d'euros pour les tournages.

ALBA VENTURA
Vous voulez dire que les Français ne s'en rendent pas compte ou que les artistes sont ingrats ?

ROSELYNE BACHELOT
Moi je ne porte pas de jugement de valeur sur les gens, j'écoute leur détresse, je comprends qu'on puisse être dans le désespoir, dans la frustration, moi je ne suis pas là pour pleurnicher, je suis là pour aider.

ALBA VENTURA
Vous avez aimé votre première cérémonie des César ?

ROSELYNE BACHELOT
…Alors, moi je me suis posé…

ALBA VENTURA
Un silence qui en dit long.

ROSELYNE BACHELOT
Non, mais attendez, ce que j'ai ressenti n'a strictement aucune importance, moi je suis la défenseure du monde de la culture, et je me pose une seule question, qui a d'ailleurs été posée à ce micro en creux par Gérard JUGNOT dès le lendemain matin de la cérémonie, est-ce que cette cérémonie a été utile au cinéma français ? je crois qu'elle n'a pas été utile au cinéma français. Moi, ce qui m'a frappé, c'est que finalement le côté meeting politique de cette affaire, je pense, a nui à l'image du cinéma français, alors que le cinéma français est massivement aidé, dans aucun pays du monde un Etat n'aide le cinéma français comme on le fait, 1,2 milliard d'aide en 2020, et nous continuons en 2021. La deuxième chose qui m'a frappée, c'est la rupture avec le public. Sur les réseaux sociaux, sur les commentaires, alors que les gens aiment leur cinéma, il y a une espèce de…

ALBA VENTURA
Mais quoi, c'est un monde qui se regarde le nombril, c'est ça que vous êtes en train de nous dire ?

ROSELYNE BACHELOT
Je ne sais pas, je ne veux pas porter de jugement de valeur, je constate des faits, il s'est secrété une antipathie absolument incroyable. Et, troisième élément, le cinéma c'est une industrie, ce qu'on appelle une industrie culturelle et créative, donc les César c'est une vitrine pour vendre notre cinéma à l'international. Est-ce que vous voyez l'image que ça a donné ? Donc, c'est navrant de voir des artistes piétiner leur outil de travail.

ALBA VENTURA
L'Etat a aidé le cinéma à hauteur de 1,2 milliard d'euros au total, avec prolongation des droits à indemnisation pour les intermittents, ce qu'on appelle l'année blanche, est-ce que cette année blanche va être reconduite ?

ROSELYNE BACHELOT
Alors, nous sommes en train de travailler, et on aura les résultats de la mission qui a été confiée à un spécialiste de ces questions, qui s'appelle André GAURON, et qui va… parce que nous ne serons pas dans la même année que 2020-2021, il y aura une reprise bien entendu des activités culturelles, on voit à peu près à quelle échéance, donc on est en train de travailler, le travail sera remis le 31 mars, donc dans 15 jours, et là nous aurons un système qui, de toute façon, je le dis solennellement, protégera les artistes, il n'y aura aucun droit qui sera écorné, ça c'est le plus important à savoir.

ALBA VENTURA
Un peu de baume au coeur par rapport à cette soirée des César, Florian ZELLER, six nominations aux Oscars pour son film « The Father » issu de la pièce « Le père », là vous êtes contente Roselyne BACHELOT.

ROSELYNE BACHELOT
Mais, écoutez, il faut d'abord se battre pour notre cinéma, et pour les gens qui travaillent, et qui ne se sont pas reconnus d'ailleurs dans la cérémonie, j'ai reçu des centaines de messages avec des gens qui me disaient un mot « on a eu honte », c'est terrible d'ailleurs ce mot, et de dire que le cinéma français est finalement le seul cinéma européen, et ça à cause de qui ? A cause du talent des artistes, des créateurs, des réalisateurs, mais aussi à cause de l'Etat français, tant mieux.

ALBA VENTURA
Et on croise les doigts pour Florian ZELLER. Roselyne BACHELOT, l'Etat va restituer un tableau de Gustav KLIMT à une famille juive spoliée en 1938 en Autriche, « Rosiers sous les arbres », c'est le nom de ce tableau…

ROSELYNE BACHELOT
Magnifique.

ALBA VENTURA
Oui, magnifique. L'Etat rend donc le seul KLIMT que la France possédait, il était jusqu'à présent exposé au musée d'Orsay, alors, c'est une bonne nouvelle pour cette famille, mais c'est une triste nouvelle pour nous ?

ROSELYNE BACHELOT
Moi je ne considère pas que de rendre un tableau à une famille juive spoliée par les nazis, et dont Madame Nora STIASNY a donc été assassinée dans les camps de concentration, je ne considère pas que c'est un appauvrissement de la France, je considère que c'est un enrichissement de la France que de rendre une oeuvre spoliée, parce qu'on ne s'enrichit pas seulement avec des tableaux, on s'enrichit avec des valeurs.

ALBA VENTURA
Une oeuvre ça coûte cher à entretenir, il y a certaines familles, vous savez, qui revendent après, vous êtes mieux placée que moi pour le savoir, on peut espérer le récupérer, ou est-ce qu'il peut y avoir une cagnotte nationale ou un mécène ?

ROSELYNE BACHELOT
Ecoutez, est-ce que la famille, est-ce que les ayants-droit de Nora STIASNY décideront de vendre ce tableau, ils pourront décider de l'accrocher dans leur salon, c'est une oeuvre qui leur reviendra, ils en sont propriétaires, si elle venait à être remise sur le marché, à ce moment-là la France regarderait la façon de racheter un KLIMT…

ALBA VENTURA
Combien ça coûte un tableau comme ça ?

ROSELYNE BACHELOT
Oh, ça veut plusieurs centaines de millions.

ALBA VENTURA
Il pourrait y avoir d'autres oeuvres que la France pourrait restituer ?

ROSELYNE BACHELOT
Nous sommes effectivement, et j'y tiens absolument, dans une politique de restitution des oeuvres spoliées, il y a tout un travail qui est fait par des historiens, des scientifiques, qui regardent l'origine des oeuvres. Je tiens à signaler d'ailleurs que quand elle a acheté en 1980, elle a été achetée par le musée d'Orsay en toute légalité, le travail scientifique à ce moment-là n'était pas abouti, il y a des lettres qui ont été retrouvées et qui ont permis de revoir le cheminement de l'oeuvre.

ALBA VENTURA
Roselyne BACHELOT, vous aurez à faire un choix difficile à la fin du mois, qui de la baguette de pain, des couvreurs-zingueurs, ou de la fête viticole du Biou d'Arbois, fera son entrée cette année dans le patrimoine immatériel de l'UNESCO. Alors qui ?

ROSELYNE BACHELOT
Ces trois choses méritent d'être regardées, je suis en train d'y travailler, mais je ne vous ferai pas d'annonce ce matin sur RTL…

ALBA VENTURA
Ah mince !

ROSELYNE BACHELOT
Ah, bien fait, mais j'en ferai très vite.

ALBA VENTURA
Parce que nos auditeurs sont très friands de la baguette de pain, de la fête du Biou d'Arbois et des couvreurs-zingueurs.

ROSELYNE BACHELOT
…Moi ce que je propose, c'est qu'on monte sur un toit de Paris, avec un sandwich à la baguette, et puis un peu de vin d'Arbois.

ALBA VENTURA
Avec plaisir. Merci Roselyne BACHELOT.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 17 mars 2021