Les élections législatives de 1997

Alors qu'il y détient la majorité absolue, Jacques Chirac dissout l'Assemblée nationale provoquant les onzièmes élections législatives de la Ve République. La gauche sort victorieuse du scrutin et une troisième période de cohabitation s'ouvre en France.

Le 21 avril 1997, le président de la République Jacques Chirac dissout l’Assemblée nationale, mettant ainsi un terme à la Xe législature de la Ve République. Selon le président dans une déclaration télévisée d’avril 1997, "[…] la France a besoin d’un nouvel élan. Cet élan ne peut être donné que par l’adhésion, clairement exprimée, du peuple français". Pour la première fois de la Ver République, la prérogative présidentielle de la dissolution n’est pas utilisée comme un outil de résolution d'une crise politique majeure.

Des élections anticipées sont organisées les 25 mai et 1er juin 1997, un peu moins d’un an avant la date initialement prévue. À l’inverse des résultats annoncés par les sondages, c’est la gauche plurielle, coalition des partis de la gauche parlementaire (Parti socialiste, Parti communiste, Les Verts, Les Radicaux de gauche et Le Mouvement des citoyens), qui l’emporte. Le socialiste Laurent Fabius est élu président de l'Assemblée nationale et Lionel Jospin, chef de la majorité, est chargé de constituer un gouvernement. Une nouvelle période de cohabitation, la troisième de la Ver République, s’ouvre en France.

Les résultats de l'élection