Comment mieux assurer la visibilité des outre-mer dans l’audiovisuel public

D’ici 2020, la chaîne de télévision France Ô devrait être supprimée au profit d’une nouvelle plateforme numérique donnant plus de visibilité aux outre-mer. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’audiovisuel public. Deux rapports présentent des propositions alternatives.

3 minutes
Télécommande en action devant des écrans audiovisuels.
@Alextype - stock.adobe.com

Un état des lieux de l’audiovisuel outre-mer

Les deux rapports sur la représentation et la visibilité des outre-mer dans l’audiovisuel public, l’un de Maurice Antiste et Jocelyne Guidez, membres de la délégation sénatoriale aux outre-mer, publié le 9 avril 2019, l’autre rédigé par un groupe interparlementaire et remis en mars 2019 au ministre de la culture, font le constat d’une situation contrastée caractérisée par un dynamisme local mais un défaut de visibilité au niveau national.

Les 9 stations locales "La 1ère" sont en pointe sur les enjeux du numérique et pour promouvoir un média global (radio/télé/web), sans pourtant disposer de moyens adéquats pour la programmation de contenus.

La présence des outre-mer sur les chaînes publiques nationales se résume généralement à des clichés de carte postale ou à des images de catastrophe. Les exigences de diffusion de contenus dédiés aux outre-mer figurant dans les cahiers des charges et les contrats d’objectifs et de moyens des France Télévisions ne sont pas respectées.

La chaîne France Ô porte de nombreuses missions de service public (lien avec le territoire métropolitain, transversalité des problématiques communes aux territoires d’outre-mer, relais et vitrines des cultures d’outre-mer). Cependant, son budget en 2018 représente à peine plus de 1% du coût de la grille de l’ensemble des antennes de France Télévisions.

Des recommandations pour une meilleure visibilité des outre-mer dans l’audiovisuel public

Au lieu de la suppression de France Ô et d’une évolution vers le tout numérique dès 2020, le rapport sénatorial recommande de faire de la chaîne "le pivot et le cœur de réseaux des outre-mer au sein de France Télévisions". Il suggère aussi d’engager un plan de développement d’un portail numérique de la chaîne et de maintenir sa diffusion sur la TNT avec un bilan à horizon 2025.

Pour assurer une effective et juste présence des outre-mer dans les chaînes publiques nationales, les rapports préconisent notamment :

  • la désignation de référents outre-mer dans les directions des programme et de l’information de France Télévisions ;
  • l’intégration des outre-mer dans le traitement ordinaire des sujets d’actualité et une augmentation de l’enveloppe dédiée aux productions ultramarines dans les territoires ;
  • une exigence chiffrée de programmation par créneau horaire et par type de contenu, mieux contrôlée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Le rapport du groupe interparlementaire missionné par le gouvernement s’est quant à lui prononcé pour l’instauration de quotas quantitatifs et qualitatifs.