La Commission européenne présidée par Ursula von der Leyen est entrée en fonction

Le 27 novembre 2019, la nouvelle Commission européenne présidée par Ursula von der Leyen a été approuvée par le Parlement européen à une large majorité. La nouvelle Commission est entrée en fonction le 1er décembre.

2 minutes
Drapeaux européens flottants devant le Parlement européen de Bruxelles.
Toujours membre de l'Union européenne, le Royaume-Uni a refusé de proposer un nom avant les élections législatives anticipées du 12 décembre 2019. © Grecaud Paul - stock.adobe.com

Un nouveau collège de commissaires

Les députés du Parlement européen ont approuvé par 461 voix pour, 157 contre et 89 abstentions, les 26 nouveaux commissaires présentés par la présidente élue Ursula von der Leyen. Avant de se prononcer, les députés européens ont rencontré chaque commissaire désigné lors d'auditions destinées à évaluer leurs compétences et leurs capacités. Le collège des commissaires a pris ses fonctions le 1er décembre 2019 pour cinq ans.

La nouvelle équipe de commissaires européens est composée de douze femmes, soit trois de plus que dans l'équipe de la commission de Jean-Claude Juncker à ses débuts. La plupart des commissaires a occupé une fonction de ministre dans leur gouvernement national et neuf commissaires sont d'anciens députés européens.

Le nouvel exécutif européen ne compte pas de représentant du Royaume-Uni. Toujours membre de l'Union européenne, le Royaume-Uni a refusé de proposer un nom avant les élections du 12 décembre 2019, entraînant la mise en oeuvre d'une procédure d'infraction.

Les engagements de la présidente de la Commission

Dans son discours d'ouverture de la session plénière du Parlement, la présidente a rappelé les engagements pris en juillet et ceux des commissaires pris lors de la procédure des auditions.

Parmi les grandes orientations de la Commission pour 2019-2024 figurent la protection de l’environnement et le changement climatique (le green deal - pacte vert, pour une Europe neutre en carbone à l'horizon 2050), la croissance, l’inclusion, l’innovation et le numérique, ainsi que la protection de la démocratie, des valeurs européennes, des droits des citoyens et de l’État de droit.