Système universel des retraites : les annonces du Premier ministre

Alors qu'un mouvement social contre la réforme des retraites se poursuit, le Premier ministre a confirmé la mise en place d'un système universel à points pour les retraites à partir de 2022 pour les nouveaux entrants sur le marché du travail et 2025 pour la génération 1975.

3 minutes
Dossier pension
Le projet de loi de réforme des retraites devrait être présenté au Conseil des ministres du 22 janvier 2020. © tashatuvango - stock.adobe.com

"Nouveau pacte entre les générations", "fidèle aux principes du Conseil national de la résistance (CNR)", c'est ainsi que le Premier ministre a souhaité présenter le système de retraites qui devrait être mis en place à partir de 2022. Dans un discours prononcé au Conseil économique, social et environnemental, il a détaillé les trois objectifs de la réforme des retraites. 
 

Universalité

Le nouveau système de retraites est un système universel, à points. Il s'agit de ne plus dépendre de la démographie de certaines professions et d'adapter le calcul des retraites aux nouveaux parcours professionnels. La réforme conduit à la suppression des 42 systèmes de retraite existants, dont le système de la SNCF et celui de la RATP. Le système sera le même pour tous, y compris les hommes politiques a précisé le Premier ministre.

Dans ce système, chaque actif paiera la même cotisation sur les revenus jusqu'à 120 000 euros annuels (au-delà, une cotisation de solidarité sera prélevée sans ouvrir de droits). Les euros cotisés seront transformés en points. La valeur du point sera garantie par les partenaires sociaux et elle sera indexée sur les salaires.

Justice sociale et équité

Pour prendre en compte les nouvelles formes de précarité, une retraite minimale de 1 000 euros net par mois sera garantie pour une carrière complète au SMIC.

En supprimant le calcul par trimestres de cotisation, le système fera que chaque heure travaillée pourra donner des points.

Pour les femmes, la maternité sera compensée à 100% et une majoration de 5% sera accordée dès le premier enfant (cette majoration sera attribuée à la mère sauf si le couple en décide autrement). À partir du troisième enfant, une majoration supplémentaire de 2% sera perçue.

Responsabilité

Le nouveau système de retraites sera géré par les partenaires sociaux sous le contrôle du Parlement. La nouvelle gouvernance sera mise en place dès l'année prochaine et les partenaires sociaux devront définir une trajectoire de retour à l'équilibre du régime de retraite.

Le Premier ministre a cependant précisé que le système des retraites devait être fondé sur des bases financières solides. Pour cela, des incitations à travailler plus longtemps vont être définies, notamment via un âge d'équilibre avec un malus pour ceux qui partiraient avant cet âge et un bonus pour ceux qui partiraient après. Dans son dernier rapport, le Conseil d'orientation des retraites (COR) a proposé que l'âge pivot soit fixé à 64 ans.

Les carrières longues (personnes qui ont commencé à travailler avant 20 ans) ou les personnes qui exercent des métiers pénibles, y compris dans la fonction publique, auront la possibilité de partir deux ans plus tôt que les autres. Par exemple, les policiers, pompiers et militaires conserveront leurs dérogations d'âge.

Par ailleurs, pour éviter que les enseignants soient fortement pénalisés par la réforme, leurs rémunérations seront revalorisées et leur carrière repensée.

La réforme devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2022 pour les nouveaux entrants dans la vie active (génération 2004). La réforme sera alors irréversible. En 2025, elle devrait entrer en vigueur pour la génération 1975. Pour ces derniers, 70% de la retraite seront calculés sur l'ancien système et 100% des droits acquis dans les anciens systèmes seront conservés.

Le projet de loi de réforme des retraites devrait être présenté au Conseil des ministres du 22 janvier 2020.