Insécurité et délinquance : les premiers chiffres de 2019

Pour l'année 2019, les statistiques de la délinquance fournies par la police et la gendarmerie font apparaître une hausse significative des violences sexuelles (+12%), des coups et blessures (+8% dont les violences intrafamiliales qui augmentent de 14%) et des homicides (+76 décès).

3 minutes
Voiture de police de nuit.
Le nombre de violences sexuelles progressent moins vite en 2019 qu’en 2018, en hausse de 12% en 2019 contre 19% en 2018. © Артем Константинов - stock.adobe.com

Le ministère de l’intérieur, via son Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), a publié le 16 janvier 2020 un premier bilan de la délinquance en 2019. Le bilan complet sera publié fin mars.

Les violences sexuelles et les homicides continuent d’augmenter

Le nombre de violences sexuelles progresse encore en 2019 (+12%) mais moins vite qu’en 2018. Toutefois, les viols sont en nette augmentation. En 2019, 22 900 viols (ou tentatives de viols) ont été recensés par les services de police et de gendarmerie nationale, soit +19% par rapport à 2018. Les autres agressions sexuelles, dont font partie les harcèlements sexuels, qui avaient fortement augmenté entre 2017 et 2018 (+ 20%) évoluent de 8% entre 2018 et 2019. Dans l'ensemble, les violences sexuelles enregistrées augmentent depuis trois ans. Cela s'explique par l'évolution du comportement de dépôt de plainte des victimes et aussi par l'amélioration des conditions d'accueil des victimes par les services de police et de gendarmerie.

Par ailleurs, l’étude constate une hausse des homicides. Le nombre total de victimes s’élève à 970, soit 76 victimes de plus qu'en 2018. La Corse et la Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) affichent des taux sensiblement supérieurs aux autres régions, de trois à cinq fois plus élevés que dans la région la moins touchée qui est la Bretagne.

Le nombre de victimes de coups et blessures volontaires (sur personnes de 15 ans ou plus) augmente de 8%. Cette hausse est nettement supérieure à la hausse moyenne de 2,2% enregistrée sur les cinq années précédentes. Près de la moitié des victimes subissent ces violences dans le cadre familial. L’étude explique "qu'un effet positif du Grenelle des violences conjugales a pu inciter les victimes à davantage déposer plainte" cette année.

Les vols de voitures en légère diminution

Les vols avec violence sont en baisse de 2%. Cette statistique confirme une tendance à la baisse ces trois dernières années. Du côté des vols avec armes, l’étude observe une stagnation alors qu’ils connaissaient une forte baisse l’an dernier (-10%). En revanche, les vols sans violence sur des personnes augmentent de 3%.

Les vols associés aux véhicules sont globalement en diminution. Les vols d’accessoires reculent de 5% et les vols de véhicules de 1%. 

Les escroqueries et infractions assimilées augmentent de 42% depuis 2012 dont une augmentation remarquée de 11% pour la seule année 2019. Elles ont touchées près de 363 000 personnes cette année. 

Les cambriolages de logements connaissent une baisse importante dans certaines régions telles que le Centre-Val-de-Loire, la Normandie, la Bretagne et la Corse.