Développer l’hydrogène décarboné : une priorité pour la France

La France s’est fixé l’objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. L’hydrogène décarboné n’induisant aucune émission de gaz à effet de serre, le gouvernement encourage son usage dans l’industrie et les transports. Il a l’ambition d’en faire un secteur de pointe.

Temps de lecture  3 minutes

© La rédaction

Le gouvernement a lancé le 8 septembre 2020 la stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France. À quels enjeux répond cette stratégie et quels sont ses principaux axes ?

Asseoir la souveraineté énergétique et industrielle

L’hydrogène est actuellement surtout produit à partir d’énergies fossiles, par des procédés émettant beaucoup de gaz carbonique (CO2). Il peut aussi être produit par électrolyse de l’eau, à l’aide d’électricité décarbonée (d’origine nucléaire) ou renouvelable : il est alors dit “décarboné” car ni sa production, ni son utilisation n’émettent de CO2.

Le développement de l’hydrogène décarboné répond à des enjeux environnementaux, technologiques et économiques. Il doit permettre à la France d’accélérer la transition écologique, de moins dépendre des importations d’hydrocarbures et de valoriser ses atouts technologiques.

La stratégie hydrogène française a déjà reçu une enveloppe de deux milliards d’euros dans le cadre du plan de relance économique engagé le 3 septembre 2020. Elle bénéficiera au total de sept milliards d’euros de soutiens publics jusqu'en 2030.

Trois priorités d’intervention

La stratégie hydrogène consiste à :

  1. décarboner l’industrie, premier consommateur d’hydrogène, en faisant émerger une filière française de l’électrolyse. La France privilégie ce procédé de fabrication d’hydrogène, qui lui paraît le plus prometteur et pour lequel elle dispose d’industriels à fort potentiel. Augmenter le nombre et la capacité des électrolyseurs permettra d’abaisser les coûts de production et de passer à l’échelle industrielle ;
  2. déployer une offre de mobilité lourde fonctionnant à l’hydrogène décarboné. L'hydrogène répond aux besoins de forte puissance motrice et assure une autonomie supérieure à celle des batteries électriques. Il convient particulièrement aux véhicules lourds. La stratégie hydrogène prévoit de convertir les transports terrestres (camions, bus, trains) à cette énergie et de favoriser la mise au point de bateaux et d’un modèle d'avion fonctionnant selon le même mode ;
  3. soutenir la recherche et l’innovation et renforcer les compétences sur les futurs usages de l’hydrogène. La France a pour objectif de bâtir une filière industrielle dédiée susceptible de créer 50 000 à 15 000 emplois directs et indirects d’ici 2030.

Un enjeu européen

La Commission européenne a publié le 8 juillet 2020 sa stratégie hydrogène pour l’Union. Celle-ci mise notamment sur l’hydrogène décarboné pour atteindre ses objectifs climatiques et créer des emplois industriels.

La Commission a présenté à cette occasion la Clean Hydrogen Alliance (Alliance pour l’hydrogène propre), chargée de coordonner les travaux des États membres et des industriels en la matière. Un projet important d’intérêt européen commun sur l’hydrogène sera élaboré conjointement afin de financer des projets innovants.