Les avoirs bancaires et les contrats d’assurance-vie en déshérence - Communication à la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire de l’Assemblée nationale

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Cour des Comptes

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

La situation actuelle des avoirs bancaires inactifs puis en déshérence ainsi que des contrats d’assurance-vie non réclamés soulève de réels enjeux de protection des épargnants. Après avoir analysé les lacunes juridiques et les défaillances opérationnelles susceptibles de porter préjudice à l’épargnant, la Cour s’est attachée à définir un ensemble de mesures de nature à renforcer sa protection dans le cadre d’un dispositif offrant une plus grande sécurité. Retrouvez également le rapport de la commission des finances.

Revenir à la navigation

Sommaire

Avertissement

Résumé

Recommandations

Introduction

CHAPITRE I - LES AVOIRS BANCAIRES NON RECLAMES PUIS EN DESHERENCE : DES LACUNES JURIDIQUES ET DES DEFAILLANCES OPERATIONNELLES

I - Un cadre juridique à compléter
 A - Les obligations du banquier dépositaire
 B - Les exigences applicables dans le cas des avoirs inactifs
 C - Le reversement à l’État des avoirs et titres prescrits

II - Des encours sous-évalués
 A - Les comptes bancaires inactifs
 B - L’estimation des avoirs bancaires « non réclamés »

III - Une gestion par les banques non harmonisée et parfois défaillante
 A - Les avoirs bancaires inactifs
 B - Les difficultés de mise en oeuvre des dispositions relatives à la prescription trentenaire
 C - Des difficultés liées à la durée de la prescription trentenaire
 D - La prévention de la déshérence

IV - Un rôle actuellement modeste de la Caisse des dépôts et consignations dans la gestion des comptes inactifs
 A - Un nombre très faible de comptes inactifs à la Caisse des dépôts et consignations teneur de compte
 B - La faculté de transfert à la Caisse des dépôts et consignations : une procédure très peu utilisée par les banques

V - L’obligation de dépôt des avoirs bancaires non réclamés à la Caisse des dépôts et consignations : une voie à privilégier
 A - Pour les comptes inactifs depuis dix ans : une plus grande sécurité
 B - Pour les comptes inactifs des personnes décédées, une protection renforcée
 C - Les modalités de mise en oeuvre
 D - Un capital qui devra être préservé après transfert à la Caisse des dépôts et consignations

CHAPITRE II - LES CONTRATS D’ASSURANCE-VIE NON RECLAMES : UNE LEGISLATION MAL APPLIQUEE

I - Le nombre de contrats non réclamés
 A - Le dispositif AGIRA 1 : un nombre croissant de saisines, une efficacité opérationnelle limitée
 B - La consultation du RNIPP : une utilisation croissante, une efficacité prouvée
 C - Un encours de contrats d’assurance-vie et de capitalisation non réclamés estimé à 2,76 Md€ au minimum
 D - Améliorer la transparence sur les contrats non réclamés

II - Des défaillances dans l’application des dispositions relatives aux contrats non réclamés
 A - Une identification partielle des assurés décédés
 B - Une recherche des bénéficiaires insuffisante
 C - Une revalorisation hétérogène du capital garanti post mortem
 D - L’existence de contrats collectifs de retraite non réclamés

III - Accompagnement, contrôle et sanction
 A - Des mesures d’accompagnement insuffisantes
 B - Des contrôles de l’Autorité de contrôle prudentiel révélant des défaillances sérieuses
 C - L’absence de sanctions à ce jour

IV - Une voie à privilégier : le transfert obligatoire à la Caisse des dépôts et consignations des sommes dues au titre de contrats non réclamés
 A - Les avantages et les inconvénients d’une obligation de transfert
 B - Les contrats d’assurance-vie et de capitalisation concernés
 C - Les modalités de mise en oeuvre

CHAPITRE III - LA MISE EN OEUVRE DE LA PRESCRIPTION : LE DESINTERET DE L’ÉTAT

I - Un dispositif de contrôle insuffisant et inadapté
 A - Les limites du contrôle par la direction générale des finances publiques
 B - Des superviseurs qui n’ont pas compétence sur les avoirs bancaires et d’assurance en déshérence

II - Des modalités d’encaissement perfectibles
 A - Le positionnement en retrait de France Domaine
 B - Des procédures d’encaissement éclatées

III - Des reversements à l’État au titre des avoirs bancaires et d’assurance prescrits de faibles montants
 A - Des versements qui ne sont pas isolés sur le plan budgétaire
 B - Le faible montant des reversements au titre des avoirs bancaires prescrits
 C - Des versements au titre des contrats d’assurance sur la vie prescrits d’un montant limité

ANNEXES

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 215 pages

Édité par : Cour des comptes

Revenir à la navigation