Mission d’inspection à Sciences Po Paris suite à la démission du président de la Fondation nationale des sciences politiques

Auteur(s) moral(aux) : Inspection générale de l'Éducation, du Sport et de la Recherche

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Temps de lecture > 30 minutes

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Ce rapport d’inspection générale fait suite à la démission le 4 janvier 2021 du président de la Fondation nationale des sciences politiques, consécutive aux accusations portées contre lui, et à la déstabilisation que cette démission a provoquée au sein de Sciences Po Paris.
Le rapport examine dans un premier temps la chronologie des événements qui révèle les responsabilités du directeur de Sciences Po ainsi que celles d’autres personnes exerçant des fonctions au sein de l’établissement, analyse les améliorations possibles de la gestion de crise et enfin aborde les suites possibles au plan de la gouvernance et des dispositifs internes en matière de déontologie et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Revenir à la navigation

Sommaire

Liste des recommandations
Introduction

1. Une chronologie en trois temps qui révèle des erreurs dans la gestion des accusations portées contre M. Duhamel par le directeur de Sciences Po Paris

1.1. Une chronologie des faits en trois temps
1.1.1. Premier temps : la chronologie des faits relatifs aux accusations d’agressions sexuelles concernant M. Duhamel
1.1.2. Deuxième temps : la chronologie relative à la connaissance des accusations par la direction de Sciences Po Paris
1.1.3. Troisième temps : la chronologie des faits suite à l’annonce de la démission de M. Duhamel à la présidence de la FNSP

1.2. Des erreurs dans le traitement des accusations portées contre M. Duhamel qui ont fragilisé la bonne image dont bénéficiait le directeur de Sciences Po Paris
1.2.1. Le directeur de Sciences Po bénéficiait d’une très bonne image et fonctionnait en bonne complémentarité avec le président de la FNSP antérieurement à la révélation des accusations concernant ce dernier

1.3. Les réactions des communautés de Sciences Po à cette crise
1.3.1. Le choc et la sidération : entre le 4 et le 6 janvier
1.3.2. Après le 6 janvier au soir, le temps du doute

2. Des méthodes de gestion de crise à perfectionner malgré une réactivité notable dans la tenue des instances à la FNSP et à Sciences Po

2.1. Une gestion de crise informelle et une gestion de la communication peu maîtrisée mais réactive
2.2. Une réactivité satisfaisante dans la programmation et la tenue des instances

3. Une crise qui réinterroge la gouvernance et les dispositifs internes de Sciences Po

3.1. Une gouvernance rénovée en 2016 réinterrogée à l’occasion de cette crise
3.1.1. Une refonte profonde des statuts de 2016 reconnue mais dont l’achèvement est demandé
3.1.2. Le collège des fondateurs cristallise les revendications d’évolution
3.1.3. La proposition de création d’un comité paritaire de recherche pour une sortie de crise considérée comme constructive

3.2. Les questions de violences sexistes et sexuelles (VSS) et de déontologie
3.2.1. La lutte contre les VSS au coeur des préoccupations et de la communication de Sciences Po
3.2.2. Un dispositif interne précurseur à renforcer et à rendre plus visible
3.2.3. La prise en charge disciplinaire des situations de VSS à éclaircir
3.2.4. Un cadre déontologique à réaffirmer

Conclusion
Liste des annexes
Réponse de M. Mion

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 140 pages

Édité par : Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche

Collection :

Revenir à la navigation