Plan d'actions pour le développement urbain durable à Mayotte

Auteur(s) : Philippe Schmit

Auteur(s) moral(aux) : Conseil général de l'Environnement et du Développement durable

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Mayotte est confronté à une croissance démographique forte sur un territoire restreint. Les vagues migratoires et la faiblesse des revenus de ses habitants expliquent en partie le nombre de logements insalubres et indignes, le plus élevé des DOM. A cela s'ajoute une construction de logements insuffisante en nombre et inadaptée aux besoins. L'archipel doit densifier les programmes de construction pour répondre au quasi-doublement de sa population dans le prochain quart de siècle, assurer le développement d'une économie locale, notamment dans le BTP afin de favoriser l'emploi local, réduire les coûts de construction, définir des priorités d'aménagement consensuelles. Cette stratégie devra prendre en compte le « plan Mayotte 2025 » que le gouvernement prépare. La mission recommande de mener un exercice de prospective à l'horizon 2040-2050 destiné à éclairer les décideurs sur un certain nombre de choix impératifs à opérer. Les réponses aux besoins du territoire passent aussi par un renouveau de l'action de l'Etat : éviter une dispersion des moyens au sein des programmes prioritaires - orienter les crédits de la ligne budgétaire unique (LBU) sur l'aménagement adapté et les compléter par un fonds régional d'aménagement foncier et urbain (FRAFU) - lancer un plan de libération du foncier public - adapter les constructions aux besoins spécifiques des mahorais - doter le territoire des outils indispensables à son développement : un établissement public d'aménagement et d'intervention foncière, une opération d'intérêt national - développer des filières de production locale de matériaux et d'éléments préfabriqués. La mission recommande une simplification des modes d'acquisition du logement. Elle suggère de figer les aides à la personne durant la période d'acquisition et de les verser directement aux opérateurs pour sécuriser ceux-ci et les inciter à investir davantage. Enfin, l'action de I'ANRU devrait être renforcée, pour contribuer à la résorption d'importants bidonvilles, et, de manière dérogatoire, pour assister les collectivités dans l'attente de la mise en place d'une agence locale d'urbanisme.

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 162 pages

Collection :

Revenir à la navigation