Mission d'évaluation du réseau associatif concourant à l'accueil des marins en escale et d'appui à la vente des hôtels des gens de mer

Auteur(s) moral(aux) : Conseil général de l'Environnement et du Développement durable - Inspection générale des Affaires maritimes

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Le processus de vente des hôtels appartenant à l'Etablissement national des invalides de la marine (ENlM) et gérés par l'Association pour la gestion des institutions sociales maritimes (AGISM) n'a pas progressé en 2014, les négociations entre les deux organismes ayant été paralysées dans l'attente du jugement du tribunal de grande instance de Paris (TGI) à propos de la procédure de redressement judiciaire subie par l'AGISM. En revanche, la mission a pu se concentrer sur la situation des foyers d'accueil des gens de mer, qui assurent dans les principaux ports l'accueil des marins en escale. La mission constate et regrette que l'Etat ait diminué fortement sa ligne budgétaire consacrée à l'accueil des marins. Mais elle a pu analyser les résultats positifs qu'a produits la création des « commissions de bien-être » dans les grands ports maritimes (GPM), instances qui permettent à la communauté portuaire de débattre des besoins des marins en termes d'accueil et d'évaluer l'activité et les besoins des seamen's clubs. L'Etat doit veiller à ce que l'aide versée soit équitablement répartie entre les ports. En ce qui concerne l'aide versée aux foyers d'accueil, elle pourrait mieux tenir compte de l'activité réelle des foyers et des contraintes de localisation. La mission a exploré des pistes de financement complémentaire des dépenses pour l'accueil des marins mais celles-ci se sont révélées soit impossibles à mettre en place, soit irréalistes. Plutôt que de les voir financées par de l'argent public, la mission estime que les dépenses des foyers pourraient être supportées par les armateurs.

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 42 pages

Revenir à la navigation