L'enseignement français à l'étranger : insuffler une nouvelle dynamique - Communication à la commission des finances du Sénat

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Cour des Comptes

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

L’enseignement français à l’étranger dispose d’un réseau unique au monde, aussi bien par sa taille, par sa diversité que par l’excellence de ses résultats. Confronté à une concurrence de plus en plus vive sur le marché mondial de l’éducation, il peine toutefois à évoluer, constate la Cour. L’absence de décisions ambitieuses le condamnerait à l’incertitude, voire à un lent déclin, à la fois en raison de crédits publics qui ne cessent de diminuer, d’une solvabilité des familles qui n’est pas sans limites et de dépenses par nature dynamiques. Dans ce contexte, la gestion des ressources humaines par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger représente un enjeu crucial. Dans un rapport demandé par la commission des finances du Sénat, la Cour formule huit recommandations pour que soient engagées les évolutions indispensables au devenir de ce réseau. Retrouvez également le <a href=https://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/174000006-rapport-d-information-fait-au-nom-de-la-commission-des-finances-sur-l-enquete-de-la-cour>rapport de la commission des finances</a>.

Revenir à la navigation

Sommaire

AVERTISSEMENT

SYNTHÈSE

RECOMMANDATIONS

INTRODUCTION

CHAPITRE I DES ADAPTATIONS ENCORE INSUFFISANTES PAR RAPPORT AUX ATTENTES

I - L’ORGANISATION DU RÉSEAU : LE FRUIT D’UN HÉRITAGE
 A - Une multitude de situations, un enchevêtrement d’acteurs
 B - La Mission laïque française : un réseau à part entière
 C - Une géographie de la demande difficile à établir
 D - Des priorités géographiques multiples
 E - Des ajustements pertinents mais aux effets limités

II - L’ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L’ÉTRANGER DOIT MIEUX RÉPONDRE À SES MULTIPLES VOCATIONS
 A - Une demande de scolarisation en partie satisfaite
 B - Une fidélisation fragile des élèves
 C - Une concurrence croissante des systèmes environnants
 D - De nouvelles offres complémentaires
 E - Des liens perfectibles avec l’enseignement supérieur
 F - Une valorisation insuffisante du réseau des anciens élèves

CHAPITRE II UN MODÈLE ÉCONOMIQUE FRAGILISÉ

I - DES DÉPENSES DYNAMIQUES PAR NATURE
 A - Des dépenses de personnel en augmentation
 B - Des dépenses d’aide à la scolarité en progression
 C - Des dépenses immobilières inéluctables
 D - Des dépenses des établissements en gestion directe en hausse

II - DES RESSOURCES SOUS CONTRAINTES
 A - Une capacité contributive des familles fortement entamée
 B - Des possibilités de financements alternatifs marginales
 C - Un désengagement régulier de l’État

CHAPITRE III UNE AUTRE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES, CONDITION DE LA PÉRENNITÉ

I - UN CORPS ENSEIGNANT MULTIPLE, DES SITUATIONS FIGÉES
 A - Les enseignants expatriés : à la recherche d'une nouvelle place
 B - Le statut de résident est un point de blocage pour la gestion des ressources humaines
 C - La qualité des recrutés locaux constitue un enjeu pour l’avenir du réseau

II - LE PERSONNEL NON ENSEIGNANT
 A - Le personnel expatrié non enseignant : un apport largement reconnu
 B - Le personnel non enseignant recruté localement est très divers

III - QUATRE ENJEUX MAJEURS POUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
 A - Moduler les possibilités de redéploiement sous une contrainte budgétaire croissante
 B - Mieux affecter une ressource enseignante rare
 C - Répondre aux besoins de formation des recrutés locaux
 D - Renforcer l’évaluation des enseignants du second degré

CONCLUSION

ANNEXES

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 172 pages

Édité par : Cour des comptes

Revenir à la navigation