Déclaration de M. Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de la protection de l'enfance, lors de l'ouverture de la deuxième journée des assises de la santé mentale, le 28 septembre 2021.

Intervenant(s) :

  • Adrien Taquet - Secrétaire d'État chargé de la protection de l'enfance

Circonstance : Deuxième journée des assises de la santé mentale, le 28 septembre 2021

Prononcé le

Temps de lecture 12 minutes

Texte intégral

Je suis très honoré d'ouvrir avec vous cette deuxième journée des assises de la santé mentale et de la psychiatrie.

Je me réjouis que nous ayons collectivement organisé cet évènement important, pour nous, pour les professionnels et pour les Français.

La crise que nous avons traversée depuis un an et demi a fortement remis en visibilité l'enjeu du bien-être et de la santé mentale. Elle a été le révélateur et l'amplificateur de difficultés structurelles, profondes :

  • Les souffrances auxquelles doivent faire face nombre de nos concitoyens : troubles anxieux, dépressions, qui frappent à tous âges, y compris les jeunes enfants et dans tous les milieux.
  • L'insuffisance des moyens aujourd'hui mobilisés pour répondre à toutes ces demandes, alors même que le rôle clé que vous, professionnels, jouez n'a jamais été aussi nécessaire pour les patients de tout âge.

Dès la rentrée 2020, la santé mentale de nos enfants et adolescents s'est imposée comme une préoccupation majeure. Je tiens à saluer les professionnels qui ont su attirer notre attention sur les difficultés particulières rencontrées par ces classes d'âge.

J'ai été personnellement marqué par des témoignages de gestes suicidaires chez des enfants très jeunes, par l'intensité et la fréquence des troubles de l'humeur ou des troubles de l'alimentation chez les adolescents. Vraisemblablement avec des différences territoriales, , du fait sans doute des contextes sociaux et familiaux.

Pour ne reprendre qu'un seul chiffre : les recours aux urgences pour troubles de l'humeur chez les moins de 15 ans ont augmenté de 40 % fin 2020 par rapport à ce qui était observé à la même période en 2018 et 2019.

Nous avons d'ailleurs constaté que les données consolidées manquent pour appréhender globalement la santé mentale des enfants en France. Le Président de la République a ainsi souhaité en janvier dernier qu'une enquête pérenne sur la santé mentale des enfants soit mise en place. Elle sera conduite par Santé publique France avec l'Education nationale dès 2022, en lien avec la Direction générale de la santé et la Direction des recherches et des études statistiques de ce ministère.

La santé mentale, sujet encore trop souvent tabou, est ainsi l'affaire de tous et ces assises seront l'occasion de reposer les enjeux, l'état des moyens pour y faire face et les perspectives d'amélioration à court et moyen terme

Dans ce contexte, il nous faut évidemment plus que jamais agir. Nous ne partons pas de rien car dès juin 2018, le Ministère des solidarités et de la santé s'est engagé dans une feuille de route pour la santé mentale et la psychiatrie pour répondre aux défis de l'amélioration de l'accès aux soins et de l'accompagnement des personnes vivant avec un trouble psychique.

Avec Olivier Véran et Franck Bellivier délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, nous portons cette ambition commune. Nous souhaitons renforcer les moyens de la psychiatrie et répondre ainsi aux attentes nombreuses des professionnels mises en évidence par l'enquête réalisée par Opinion Way sur près de 15 000 d'entre eux.

Nous savions qu'il y avait des besoins et cette enquête nous le confirme. Le renforcement des moyens est souhaité par 54% des répondants et constitue leur deuxième priorité après celle d'une meilleure considération des métiers.

Depuis ma nomination il y a 2 ans et demi, il n'est pas un déplacement dans lequel les acteurs ne me parlent de la pédopsychiatrie qu'il faut renforcer. Pas un seul déplacement où on ne me parle des 6 à 18 mois d'attente dans les CMP infanto-juvéniles.

La mise en œuvre de cette feuille de route en santé mentale, puis le Ségur qui marque une réelle avancée pour notre système de soins, et aujourd'hui les assises de la santé mentale témoignent de la détermination de ce Gouvernement à agir pour le soin, mais également pour la prévention, bien entendu.

Aujourd'hui les thèmes que vous allez aborder reflètent l'étendue des questions de santé mentale, de leurs enjeux, des attentes de nos concitoyens, des responsabilités que nous partageons, décideurs et professionnels. Permettez-moi d'en dire quelques mots, avec le prisme qui est le mien.

1/ Agir dès le plus jeune âge pour la santé mentale par le soutien à la parentalité


Vous le savez dans le cadre des 1000 premiers jours, nous sommes en train de réinvestir le champ de la parentalité dès le plus jeune âge. Nous partons du principe simple que les parents ont besoin d'être mieux accompagnés dans cette période de la vie où tout commence pour leur enfant.

Je salue ici le travail réalisé par la commission de Boris Cyrulnik et la qualité du rapport qu'il m'a remis en septembre 2020. Pour les neurosciences, il est parfaitement admis aujourd'hui que les 1000 premiers jours, de la grossesse aux deux ans de l'enfant, constituent la période où tout commence pour un individu. Nous devons l'investir pleinement dans nos politiques publiques !

La santé mentale des parents est un élément crucial de cette période des 1000 premiers jours. Juste un chiffre, 100 000 femmes par an souffriraient de la dépression du post partum (15% je crois que c'est le chiffre couramment admis). Dans un sondage récent (Opinion Way 23 septembre), 30% des mères et 18% des pères disent avoir connu un épisode dépressif !

Nous avons besoin d'une mobilisation majeure face à cette problématique de santé publique, face à ce tabou !.

J'ai été marqué par un déplacement en mai dernier à Brumath, à côté de Strasbourg, par la qualité de la prise en charge proposée par les professionnels en psychiatrie périnatale, par les soins apportés aux troubles psychiques des parents, en intégrant l'enfant dans ce projet de soins. Ils disposent aujourd'hui d'une offre complète, allant de l'hospitalisation conventionnelle à l'équipe mobile, en passant par l'hospitalisation de jour. L'équipe mobile a été installée récemment suite à l'appel à projet mis en place par la délégation à la santé mentale et la direction générale de l'offre de soins.

Ainsi, à l'échelle du territoire national, nous allons, avec les Agences régionales de santé, conforter l'offre en psychiatrie périnatale dans le cadre des 1000 premiers jours, en ouvrant 5 à 10 nouvelles unités de soins conjoints parents-bébé et en créant 15 à 20 nouvelles équipes mobiles. L'appel à projet est lancé avec 10 M€

Il convient évidemment également de souligner le rôle clé des maternités, des PMI, des professionnels libéraux dans le repérage de ces situations ; c'est en ce sens que nous allons instaurer début 2022 un entretien postnatal systématique autour de la 5ème semaine après l'accouchement. Pour les femmes à risque, il sera suivi d'un second entretien autour de la 12ème semaine ; ce sera un jalon supplémentaire dans le parcours des jeunes parents et il permettra je l'espère de mieux structurer le suivi postnatal.

2/ L'école promotrice de la santé

L'école se situe au carrefour des enjeux : à partir de trois ans, tous nos enfants franchissent les portes de l'école, c'est une fierté et c'est une responsabilité majeure pour répondre à leurs besoins multiples.

Car la santé fait bien entendu partie des enjeux majeurs de l'école.

Les professionnels de la communauté éducative ont un rôle clé à jouer sur les questions de prévention et de promotion de la santé.

Je me réjouis ainsi que nous portions l'ambition d'une stratégie de renforcement des compétences psychosociales des enfants et des adolescents ; ce sont ces compétences de vie indispensables à leur bien-être mental, physique et social. Elles contribuent à prévenir de nombreux comportements et attitudes néfastes à leur santé et permettent d'améliorer leur bien-être, leur résilience, leur réussite scolaire, et de réduire les conduites à risque de façon significative (troubles anxio-dépressifs, suicide, comportements sexuels inappropriés, violence, addictions, etc.).

Je voudrais ajouter un mot sur le parcours de santé de nos enfants. Jusqu'à l'âge de seize ans, un enfant bénéficie de vingt visites médicales obligatoires remboursées à 100 % par l'Assurance maladie. Elles sont destinées à suivre sa croissance et sa santé, et à dépister rapidement d'éventuels problèmes médicaux nécessitant un traitement.

Mais aujourd'hui qui est en capacité de suivre ce parcours de santé, de s'assurer qu'il est bien effectué ?

Nous devons nous appuyer sur les examens de santé réalisés à l'école, même si aujourd'hui tous les enfants n'en bénéficient pas encore1 : ils constituent le pivot d'un véritable parcours de santé préventive que nous devons instaurer avec la coordination de l'ensemble des acteurs impliqués sur chaque territoire.

Ainsi, pour les enfants de 3-11 ans, le Projet de loi enfance voté en première lecture à l'assemblée nationale en juillet, nous permettra, avec l'assentiment des sénateurs, d'ouvrir une expérimentation sur une structure de coordination à l'instar de celle existante pour les 12-17 ans, les maisons des adolescents. Je souhaite qu'elle nous permette d'avancer sur ce sujet.

3/ Le rôle de la pédopsychiatrie

Je l'ai rappelé à l'instant, depuis quelques années, nous mettons de nouveaux moyens pour la pédopsychiatrie et c'est parfaitement légitime, tant les enjeux sont majeurs

Ainsi, nous avons financé 10 postes par an de chef de clinique assistant depuis 2019 et lancer des appels à projets à hauteur de 20 M€/an (en 2021 nous en sommes au troisième)

On ne peut pas collectivement se satisfaire des délais d'attente dans les CMP ou de l'impossibilité d'hospitaliser en urgence des adolescents faute de place

Nous poursuivrons donc ces efforts ; les annonces à venir devraient permettre d'obtenir de nouveaux moyens, notamment pour la psychiatrie de secteur, pour les postes d'enseignants chercheurs, pour la prise en charge du psychotraumatisme ou encore pour la prévention

Et au-delà, je crois que nous devons faire en sorte de rendre la discipline plus attractive !


Je voudrais profiter de ce moment pour vous redire à quel point les attentes sont fortes dans le secteur de la protection de l'enfance que je côtoie depuis 2 ans et demi

J'ai pu échanger la semaine dernière avec quelques-uns d'entre-vous, je mesure les progrès que nous réalisons dans « l'aller-vers », avec par exemple la création d'équipes mobiles

Là aussi ces assises devront nous permettre de conforter les efforts engagés et d'aller plus loin, notamment :

- sur le dispositif d'accueil familial thérapeutique, qui offre une prise en charge en famille d'accueil, avec un suivi pédopsychiatrique permanent, dispositif qui a été mis en Lumière à Reims lors de la visite du Président de la République en avril dernier
- ou encore sur le tarif de consultation en ville pour le bilan de santé des enfants confiés ; l'expérimentation « santé protégée » conduite en Loire-Atlantique nous montre une voie pertinente pour la mise en place d'un parcours de santé coordonné qui mobilise à la fois les professionnels libéraux et les professionnels hospitaliers, la pédiatrie et la psychiatrie

Plus largement, vous le savez, le social et le sanitaire ne se connaissent pas bien alors qu'ils sont imbriqués ; je crois que c'est vous Anne-Catherine Rolland qui nous disiez la semaine dernière qu'une rupture dans le parcours d'hébergement d'un enfant de l'ASE, conduisait la plupart du temps à une rupture dans le parcours de soins

Je crois sincèrement que nous devons en permanence nous poser la question qui permet de remettre l'usager au centre de notre politique et de faire en sorte d'adapter nos dispositifs à ses besoins, et pas le contraire. Et cela passe bien entendu par de la coordination entre les acteurs et les institutions.

Je reste sincèrement optimiste sur notre capacité à relever les défis devant nous : les initiatives qui nous sont rapportées à Marseille, Poitiers ou Pau et bien d'autres encore vont dans ce sens.

Je ne voudrais pas être long dans ce propos introductif, la journée va être riche et de nombreuses interventions sont prévues

Vous allez aborder les questions de recherche et d'innovation, essentielles. Les besoins évoluent, les pratiques thérapeutiques progressent

Une table ronde est consacrée aux questions d'addictologie dont on sait qu'elles sont déterminantes pour les adolescents et les jeunes adultes ; là aussi les attentes sont fortes, vous le savez bien

Je crois que vous évoquerez également l'actualité avec le rôle des psychologues dans la prise en charge et l'accompagnement des patients.

Nous avons besoin des compétences des psychologues pour répondre aux besoins de santé mentale des Français ; ils y ont toute leur place.

La question de l'accessibilité aux psychologues libéraux est aujourd'hui posée ; je suis personnellement favorable à ce que nous trouvions rapidement une issue

Nous avons déjà initié des dispositifs intéressants, par exemple avec les maisons des adolescents et l'expérimentation Ecout'émoi.

Je pense aussi à l'expérimentation menée cette année en lien avec la CNAM et les CPAM pour répondre à l'urgence : le forfait 100% psy enfant ado lancé le 15 juin dernier. Il offre 10 séances de psychologues financées pour les enfants de 3 à 17 ans. Ce ministère s'est fortement mobilisé pour sa mise en place : plus de 500 psychologues ont rejoint la démarche en quelques mois et plusieurs milliers de familles en bénéficient. Nous pouvons capitaliser sur ces expériences

Les psychologues jouent par ailleurs un rôle important dans les établissements, aux côtés des médecins et de toutes les autres professions (je n'oublie pas les infirmiers, les orthophonistes, les
psychomotriciens, les ergothérapeutes, etc) ; ils doivent pouvoir jouer un rôle plus important en ville !


Mesdames, messieurs


Je vous le redis, je me réjouis sincèrement de l'organisation de ces assises, j'en profite pour remercier toutes celles et tous ceux qui ont oeuvré à leur organisation

Je vous souhaite donc une excellente deuxième journée des assises de la santé mentale et de la psychiatrie


source https://toute-la.veille-acteurs-sante.fr, le 14 octobre 2021