Le changement climatique : entre politiques d'atténuation et d'adaptation

Alors que la Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 26) se réunit à Glasgow, du 31 octobre au 12 novembre 2021, Vie-publique.fr propose un dossier sur les engagements pris lors des précédents sommets sur le climat et sur la politique de la France face au changement climatique.

Climat : le cadre international

Avec le Sommet de la Terre à Rio en 1992, les dirigeants politiques ont initié une politique de “partenariat mondial” de lutte contre le réchauffement de la planète. Le protocole de Kyoto est l’illustration de cette tendance orientée autour d’une stratégie de réduction des gaz à effet de serre. L’adoption de la Convention-cadre sur les changements climatiques à Rio en 1992, puis du protocole de Kyoto en 1997, a marqué le début d’une nouvelle phase, celle d’une politique concertée entre les États.

Six ans avant le déroulement de la COP 26, l’Accord de Paris, conclu à la COP21 de décembre 2015 et ratifié par 191 pays (au 27 août 2021), prend acte du fait qu’en dépit de tous les efforts d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre qui seront réalisés, une part du changement climatique est jugée inévitable. Dès lors, l’accompagnement des effets des politiques d’atténuation ou de stabilisation de la hausse de température doit inclure un volet prenant en compte les questions de l’adaptation au changement climatique.

 

Climat : la politique de la France

Au niveau national, la loi du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, dite "loi Climat et Résilience", précède de peu la COP 26. Un certain nombre de ses dispositions est inspiré des conclusions de la Convention citoyenne pour le climat mise en place à la suite du mouvement des Gilets jaunes né à la fin 2018. Cette loi se veut une réponse à la nécessité d'accélérer la transition écologique de la société et de l'économie françaises. 

mots-clés :