Parcoursup : les premières réponses aux voeux d'orientation des futurs étudiants

Les futurs bacheliers et étudiants en réorientation inscrits sur Parcoursup ont reçu mardi 22 mai 2018 en soirée les premières réponses à leurs voeux d'inscription dans l'enseignement supérieur.

3 minutes
Façade des université de Paris
Façade des université de Paris - © wjarek - stock.adobe.com

La veille, le 21 mai, la ministre de l'enseignement supérieur et le secrétaire d'État au numérique avaient rendu public l'algorithme national de la plateforme d'admission universitaire.

Une réponse positive pour plus de la moitié des candidats inscrits sur Parcoursup

La phase principale d'admission de la nouvelle procédure d'affectation post-bac, Parcoursup, a débuté le 22 mai à 18 heures. Elle doit durer jusqu'au 5 septembre 2018.

Sur 812 000 candidats inscrits sur Parcoursup, 419 000 ont reçu au moins une réponse positive à leurs voeux d'inscription. Les autres candidats sont sur listes d'attente. Ces listes sont réactualisées chaque matin, en fonction des désistements des candidats admis. Ainsi, le 23 mai au matin, 17 000 places se sont libérées portant à environ 434 727 le nombre de jeunes ayant reçu au moins un "oui". 346 129 candidats étaient encore en attente de recevoir une proposition à l'un de leurs voeux. Le ministère de l'enseignement supérieur s'attend à environ 350 000 places supplémentaires dans les prochains jours.

Les 29 000 candidats qui n'ont demandé que des filières sélectives (BTS, DUT, etc.) et reçu que des "non" peuvent saisir, dès maintenant, une commission placée auprès de chaque recteur. Après les résultats du baccalauréat, cette commission pourra également prendre en charge les candidats qui n'ont pas de proposition d'admission.

A partir du 26 juin, une procédure complémentaire sera par ailleurs ouverte aux candidats qui ne se sont jamais inscrits sur Parcoursup, à ceux qui n'ont pas confirmé de voeux au 31 mars ou à ceux qui souhaitent simplement faire de nouveaux voeux.

La publication de l'algorithme principal de la plateforme

Afin d'aider à la compréhension de Parcoursup, son code "open source" a été publié le 21 mai. Toutefois, cette publication ne concerne que l'algorithme national régissant la plateforme.

Lors de l'adoption de la loi du 8 mars 2018 sur l'orientation et à la réussite des étudiants, le gouvernement a souhaité exclure de l'obligation de publication les algorithmes locaux élaborés par les universités pour trier les dossiers. Cette exception au principe de transparence des algorithmes a été décidée au nom de la protection du secret des délibérations des équipes pédagogiques. Elle est inscrite dans le code de l'éducation (article L612-3). Les candidats peuvent cependant demander aux universités les conditions d'examen de leur dossier et les motifs pédagogiques qui ont justifié un refus.

Lors du débat sur le projet de loi relatif à la protection des données personnelles, la Commission des lois du Sénat souhaitait la modification de l'article L612. Le gouvernement a, une nouvelle fois, défendu cette exception.

Le Conseil constitutionnel doit prochainement statuer sur la constitutionnalité de certaines dispositions du projet de loi relatif à la protection des données personnelles. Cette loi adapte le droit français au règlement général sur la protection des données (RGPD), qui encadre les décisions individuelles automatisées.