Ventes d’armes : la France se tourne vers l’Europe

Avec une part de 45% du total des exportations d’armement, l’Europe supplante en 2019 le Moyen-Orient comme premier client de l’industrie de défense française, selon le ministère des armées.

3 minutes
Navire militaire dans un port.
Sur les cinq premiers clients de la France en 2019, trois sont européens. © Fred - stock.adobe.com

Selon le rapport 2020 sur les exportations d'armement de la France, les ventes d’armes ont atteint 8,3 milliards d’euros en 2019, dont la moitié a été réalisée dans le secteur naval. Avec des prises de commandes qui se sont élevées à 8,3 milliards d'euros, les exportations 2019 se situent dans la moyenne des dix dernières années.

Selon ce rapport, ces résultats situent la France parmi les cinq premiers exportateurs mondiaux, bien que la concurrence soit particulièrement vive avec la suprématie américaine et l’émergence de nouveaux grands exportateurs comme la Chine.

 

Le Proche et le Moyen-Orient en recul

Le Proche et Moyen-Orient, première région d'exportation de la France en 2018, passe cette année en deuxième position derrière l'Europe. En effet, plusieurs pays ont commencé à mettre en place des mesures destinées à développer localement leur industrie de défense. Seuls les Émirats arabes unis ont continué à passer d’importantes commandes (1,5 milliard d’euros), ce qui en fait le deuxième client de la France cette année.

Sur les cinq premiers clients de la France en 2019, trois sont européens. La Belgique a acheté pour 1,8 milliard d’euros de navires chasseurs de mines, devenant ainsi le premier client de la France. La vente de 26 hélicoptères de combat à la Hongrie (631 millions), et celle de deux satellites de télécommunications à l’Espagne (435 millions) placent ces deux pays respectivement au 3ème et au 4ème rangs. L’Australie arrive en cinquième position (433 millions) avec la signature de deux accords liés à la construction de 12 futurs sous-marins.

L’année 2019 a également vu la livraison du premier avion Rafale indien. La France avait signé en 2016 un contrat pour fournir 36 Rafale à l’Inde. Fin 2019, le cap des 200 Rafale livrés a été franchi (76% pour la France et 24% à l’exportation).

C’est surtout grâce au secteur naval que les exportations d’armes françaises se sont maintenues à un haut niveau en 2019. Ce secteur a représenté la moitié des prises de commandes, contre une moyenne de seulement 10% les années précédentes.

Une montée en puissance des exportations vers les pays européens

Sur la période 2010-2019, à l'exception de l'Inde, les cinq principaux clients de la France sont des pays du monde arabe. L’Europe n’arrive qu’en sixième position avec la Belgique.

Le bilan 2019 montre néanmoins une inversion de tendance. La part représentée par l’Europe progresse par rapport à 2018. 45% des ventes d’armes françaises ont été réalisées avec des partenaires européens (42% avec un pays membre de l’UE), contre 25% en 2018 et 10% à 15% les années précédentes.

La France a signé en octobre 2019 un accord avec l’Allemagne dans le but de créer un véritable marché européen des équipements de défense. Elle compte poursuivre en 2020 cette politique d’exportation européenne.

La loi de programmation militaire 2019-2025 prévoit une augmentation sensible des moyens financiers consacrés à l’industrie de défense. Le soutien à l’innovation par le ministère des Armées sera ainsi porté à 1 milliard d’euros par an dès 2022.