Édition de jeux vidéo et de logiciels applicatifs : un secteur en croissance malgré la crise

Dans un contexte économique détérioré par la crise sanitaire du Covid-19, le secteur de l’édition de logiciels a maintenu sa bonne santé et son dynamisme. Une étude de l’INSEE analyse la structuration du secteur et les spécificités du marché.

Créateur de contenu utilisant un logiciel moderne pour la post-production vidéo.
Le monde de l'édition de logiciels et de jeux électroniques représente un chiffre d'affaires de 15,2 milliards d’euros annuels. Il se répartit entre le monde professionnel et la sphère des loisirs. © DC Studio - stock.adobe.com

En mars 2020, début du premier confinement, le chiffre d’affaire du secteur édition de logiciels et jeux électroniques a connu un pic. Entre 2010 et 2019, le secteur a connu une croissance forte et constante (+8,1% en moyenne annuelle). En 2020, cette croissance s’est maintenue (+3,3%) dans un contexte économique général pourtant morose. C'est ce que montre l’étude statistique de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) publiée fin mars 2021.

Structure du secteur et du marché

Le marché représente un chiffre d'affaires de 15,2 milliards d’euros annuels. Il se répartit entre les logiciels applicatifs, principalement à destination du monde professionnel (administrations et entreprises) et les jeux électroniques dans la sphère des loisirs.

Le jeu électronique, qui représente une part importante du chiffre d’affaires, ne représente qu’une partie mineure de l’activité (7,6%) en termes d'effectifs et de nombre d'entreprises, tandis que les logiciels applicatifs occupent 45 000 des 60 700 salariés et plus de deux tiers des 5 600 entreprises du secteur. Avec plus d’un tiers du chiffre d’affaires réalisé à l’exportation, le marché est très orienté vers l’étranger, notamment en ce qui concerne le jeu électronique (58,8%).

Les acteurs sont en majorité des microentreprises très spécialisées. Elles sont, dans la plupart des cas, rattachées à des groupes, dont 60,2% sont français.

En outre, l’INSEE observe un taux de renouvellement des entreprises plus élevé que dans les autres secteurs en raison d'une concurrence intense et de mutations technologiques permanentes.

Les facteurs de dynamisme

Hormis la progression intrinsèque liée à la nature technologique de ces domaines, que ce soit en matière de jeux vidéo ou de logiciels applicatifs, plusieurs facteurs plus conjoncturels concourent à la bonne santé du secteur :

  • un confinement qui a accru les usages numériques ;
  • le développement de l’offre dématérialisée, en particulier dans le secteur du jeu électronique (79% de l’offre en 2018) ;
  • des besoins de plus en plus importants dans les entreprises avec l’accroissement du télétravail et la numérisation de l’économie ;
  • une demande étrangère plus forte (en particulier pour les jeux électroniques).