Covid-19 : des vaccins efficaces à 90% pour les plus de 50 ans

La vaccination contre le Covid-19 réduirait de plus de 90% le risque d'hospitalisation et de décès chez les personnes de plus de 50 ans, jusqu’à au moins cinq mois après un schéma vaccinal complet. C’est ce que montrent les dernières études réalisées par l’Assurance maladie et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Main gantée tenant une seringue et le vaccin anti-covid.
Les auteurs de l'étude ont comparé les données de 11 millions de personnes vaccinées de 50 ans et plus avec celles de 11 millions de personnes non vaccinées dans la même tranche d’âge. © Leigh Prather - stock.adobe.com

Deux études menées par Epi-Phare, une structure associant l’Assurance maladie (Cnam) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), ont permis d’évaluer l’efficacité des vaccins pour prévenir les formes graves de Covid-19 :

Publiées le 11 octobre 2021, ces deux études ont été réalisées sur une période allant du 27 décembre 2020 (date du début de la vaccination en France) au 20 juillet 2021. Elles s’inscrivent dans le cadre du dispositif de surveillance renforcée des vaccins mis en place par l’ANSM pour identifier les éventuels effets indésirables des vaccins sur le territoire français qui n’auraient pas été observés lors des essais cliniques.

Les personnes vaccinées ont neuf fois moins de risque d'être hospitalisées

À partir du Système national des données de santé (SNDS), les auteurs de l'étude ont comparé les données de 11 millions de personnes vaccinées de 50 ans et plus avec celles de 11 millions de personnes non vaccinées dans la même tranche d’âge. Les résultats montrent un effet majeur de la vaccination sur la réduction des risques de formes graves de Covid-19. Les personnes vaccinées ont neuf fois moins de risque d'être hospitalisées ou de décéder de la maladie que les personnes non vaccinées.

Ce constat vaut pour les trois principaux vaccins utilisés en France :

  • Comirnaty (Pfizer) ;
  • Spikevax (Moderna) ;
  • Vaxzevria (AstraZeneca).

Chez les personnes âgées de 50 à 74 ans, 53,6% avaient reçu le vaccin Pfizer, 39,2% AstraZeneca et 7,1% Moderna. À partir du 14e jour après l’injection de la seconde dose, les chercheurs ont observé une réduction de 92% du risque d’hospitalisation et de 86% du risque de décès lors d’une hospitalisation.

Chez les personnes âgées de 75 ans ou plus, 85,3% avaient reçu le vaccin Pfizer, 8,7% Moderna et 6,1% AstraZeneca. Après un schéma complet, les vaccins ont réduit de 93% le risque d’hospitalisation et de décès lors d’une hospitalisation pour Covid-19.

Quelle efficacité face au variant Delta ?

L’efficacité de la vaccination semble persister dans le temps puisque la réduction du risque d’hospitalisation chez les personnes âgées de 50 à 74 ans atteignait 97% au bout de quatre à cinq mois. Chez les personnes âgées de 75 ans ou plus, la diminution du risque était de 94% après cinq mois pour le vaccin Pfizer. Toutefois, pour les vaccins Moderna et AstraZeneca, le suivi était trop court pour pouvoir étudier leur effet dans la durée.

Par ailleurs, afin d’examiner l’impact du variant Delta, les chercheurs ont estimé de manière spécifique la réduction du risque d’hospitalisation au cours de la période où le variant a commencé à circuler en France, entre le 20 juin et le 20 juillet 2021. Sur cette période, l’efficacité était de 84% chez les plus 75 ans et de 92% chez les 50-74 ans.

Ces études doivent cependant être poursuivies pour mesurer l’évolution de l’efficacité de la vaccination sur une plus longue période et mieux caractériser les effets du variant Delta.